Lakers

Le potentiel Death Lineup des Lakers : LeBron en pivot, Kuzma, Ingram, Hart et Lonzo pour galoper

LeBron James
Source image : YouTube

Si les réflexions sont déjà nombreuses autour de l’effectif 2018-19 des Lakers, un projet pourrait naître cet été et grandir sous nos yeux à la rentrée : un Death Lineup à Los Angeles avec LeBron en pivot ? Telle est l’idée…

Fatigué par ses multi-tâches à la mène, usé par son kilométrage et un peu trop de galop au bout de 15 saisons, LeBron James n’a pas décidé de déménager à Los Angeles pour reproduire le même modèle que celui qui l’a mené à 8 Finales NBA consécutives dans la Conférence Est. Le fameux ‘LeBron et 4 snipers pour lui offrir de l’espace‘, merci mais non merci. Cette frustration a été justement discutée entre LeBron et Magic Johnson, le gourou des Lakers ayant une vraie idée à vendre à son nouveau jouet doré. Et une des idées, notamment, consistait à offrir un nouveau challenge au King. Finies les soirées exténuantes passées à l’extérieur, même si les Lakers veulent jouer vite ils veulent surtout proposer un groupe suffisamment polyvalent, jeune et talentueux pour tenir le regard avec les terribles Warriors de Steve Kerr. L’entraîneur de Golden State, qui a notamment lancé son premier Death Lineup il y a trois ans, avait compris assez tôt que la mise en place d’un quintet avec des joueurs capables de tout faire serait la clé de son futur succès. Iguodala, Draymond, Klay, KD, Curry, Livingston, et avant cela Harrison Barnes, que des mini-freaks polyvalents et qui peuvent donc créer des situations troublantes pour les adversaires, des deux côtés du terrain. Chez les Lakers, si le poste de pivot sera éventuellement géré par JaVale McGee ou Ivika Zubac, il n’est pas impossible de voir… LeBron récupérer des minutes sous le cercle, dans un quintet qui offrirait 4 jeunes couteaux-suisses et un pivot petit mais bien robuste. Flippant ? Oui, potentiellement, et pas que dans le sens positif du terme.

“On ne le verra peut-être pas dès le premier jour, mais le coaching staff est excité à l’idée de dérouler un potentiel Death Lineup avec Lonzo [Ball], Josh Hart, Brandon Ingram, [Kyle] Kuzma et LeBron.” – Un membre du management des Lakers

Sur le papier, dans le concept même, on a envie de dire pourquoi pas ? Et de toute façon, avec ces Lakers 2018-19 on a envie de dire pourquoi pas. Après tout, si LeBron en a marre de faire le Monsieur-Je-fais-tout et qu’il veut responsabiliser des jeunes en étant une plaque tournante énorme en poste 5, le test se tente. On a bien vu des finales de conférences avec Jordan Bell contre Trevor Ariza en pivot sur certaines séquences, non pas que le jeu devienne globalement interdit aux géants mais Los Angeles pourrait tout à fait avoir sous la main un quintet petit et polyvalent. La grosse inquiétude vient surtout de l’investissement qu’aura LeBron en défense, vu ce qui nous a été proposé l’an dernier. Surchargé en attaque, le King n’en avait tout simplement plus rien à foutre de sa propre moitié de terrain, économisant son énergie à juste titre pour hisser les Cavs jusqu’aux Finales NBA. Chez les Lakers, le numéro 23 ne pourra pas trop se le permettre, ni à son poste naturel si sur celui de pivot, sous peine de voir un Death Lineup devenir littéralement le lineup de la mort… pour Los Angeles. La longueur de Ball, Ingram, Kuzma et Hart sera utile, mais dans une Conférence Ouest intraitable, les Anthony Davis, DeMarcus Cousins, Steven Adams et autres LeMarcus Aldridge se gaveront comme jamais. Ceci étant dit, là où on peut comprendre la logique des Lakers, c’est qu’un gros dilemme va vite tomber sur le poste d’ailier : Ingram, Kuzma et LeBron étant des joueurs évoluant en 3-4, difficile de mettre trois hommes titulaires sur deux spots. Caser BronBron sous l’arceau serait donc un moyen, malin mais sacrément culotté, de contourner le problème en laissant les deux jeunes évoluer ensemble aux côtés du King. Va savoir si l’efficacité d’un tel cinq sera au top, pour permettre à ces Lakers d’être pris suffisamment au sérieux…

L’idée, si elle est assez folle, a du sens. Demander à LeBron de jouer des coudes en bas et laisser les jeunes grandir sur les ailes, c’est tentant. Attention cependant, car entre dire et faire il y a un énorme pas, un que Luke Walton devra gérer avec des pincettes. Pas sûr que LBJ acceptera de faire l’éboueur de service bien longtemps, surtout si les petits ne font pas leur boulot sur les postes extérieurs. Et alors si la tentation du King revient au galop, watch out.

Source : Bleacher Report

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top