Celtics

Gordon Hayward est de retour et il a faim : « Nous avons tout ce qu’il faut pour aller au bout »

Kyrie Irving Gordon Hayward

Rendez-vous en octobre pour enfin voir le duo s’exprimer sur un parquet.

Source image : YouTube

Loin des parquets après seulement cinq minutes de jeu sur cette saison 2017-18, Gordon Hayward n’a jamais vraiment pu briller avec sa nouvelle franchise. De retour pour cette saison, l’ailier croit fort aux chances des Celtics, surtout avec les différents mouvements tout autour de la Conférence Est.

Souvenez-vous. Premier match de la saison entre Celtics et Cavaliers. À côté des retrouvailles très attendues entre LeBron et Kyrie Irving, la NBA attendait les premières minutes de Gordon Hayward sous le maillot vert. Signé au contrat max, l’ancien du Jazz devait leur permettre de tenir le regard des cadors de l’Ohio, et enfin détrôner le King de sa dictature sur la Conférence Est. Mais les attentes n’auront duré que cinq petites minutes. Au terme d’un alley-oop backdoor totalement anodin, l’ailier retombe mal, et nous offre les images les plus dures de la saison. Fracture de la cheville et saison terminée pour Gordon. S’en suivra une année tout simplement sublime des Celtics : série de victoires, éclosion de jeunes talents, et un groupe de plus en plus soudé. Malgré les autres blessures qui s’enchaînent, les hommes de Brad Stevens réussiront à surmonter ces épreuves, pour au final chuter au Game 7 des Finales de Conférence contre un LeBron James injouable. Une saison réussie, qui n’augure que du bon pour Boston, comme l’affirme Gordon Hayward, interrogé par ESPN.

« L’Est sera toujours une Conférence coriace ; je pense que beaucoup de gens négligent l’Est. Il y a eu quelques surprises l’an dernier, et il y aura toujours des équipes de jeunes talents qui ont gagné beaucoup d’expérience et qui seront des adversaires difficiles pour nous. Ceci étant dit, je suis persuadé que nous avons tout ce qu’il faut pour aller au bout. […] Nous avons beaucoup de profondeur [d’effectif, ndlr]. Nous avons globalement re-signé tout le monde, et donc on va remettre tout ça. Je suis très enthousiaste, très enthousiaste sur ce que nous pouvons faire en tant qu’équipe. L’année dernière a été une superbe année, malgré les blessures. Évidemment pas pour moi individuellement, mais une superbe année pour les Celtics, en ce qui concerne les gars gagnant de l’expérience en étant mis dans des situations où ils n’auraient probablement jamais été mis. C’est incommensurable, et donc je pense qu’on s’améliore. »

Comme Gordon Hayward, tout le Massachussetts sent en effet que cette saison peut être spéciale. Avec tout le monde de retour, le potentiel est déjà là. On ajoute à cela le départ de LeBron vers l’Ouest, que Bean City a très certainement célébré comme un titre, et pouf : ça ne fait pas des chocapics mais un shot sérieux aux Finales NBA. Mais la route, si elle est plus libre, ne manque pas d’obstacles. Les Raptors, meilleur bilan de la Conférence Est l’an dernier, viennent d’acquérir l’un des meilleurs joueurs de la Ligue, en la personne de Kawhi Leonard. Si pour l’instant l’ailier continue ses caprices et ne semble pas franchement chaud pour aller jouer au Canada, on peut quand même espérer un minimum de professionnalisme. Et vu la qualité d’effectif autour, les Dinos risquent de ne pas être faciles à éliminer. Ensuite, comment ne pas parler des Sixers. Certes éliminés par un Al Horford transformé en Bill Russell et un Jayson Tatum totalement insolent à 20 piges, Philly aura à cœur de se rattraper, et de s’imposer comme un cador durable de l’Est. Aussi, ne pas oublier les Bucks qui, avec Mike Budenholzer au coaching et Giannis avec une année d’expérience en plus, pourraient enfin passer le cap du premier tour des Playoffs, et qui sait où s’arrêteront les cervidés. Mais globalement, les Celtics apparaissent comme les favoris : à un match de faire chuter LeBron sans leurs deux meilleurs joueurs, Boston a accumulé une expérience considérable, et semble avoir un groupe capable de faire de grande chose. On y ajoute le vrai Coach Of The Year le magicien Brad Stevens, et autant vous dire que les verts vont entamer la saison comme la véritable équipe à battre dans leur Conférence.

Après une saison blanche, Gordon Hayward semble avoir déjà hâte de retourner tâter les parquets NBA. Surtout que cette saison sera primordiale, étant la première de l’ère post-LeBron, qui verra pour la première fois depuis huit ans une équipe autre que celle du King sortir gagnante de la Conférence Est. Alors Boston, Philly, Raptors, Bucks ? On ne veut pas vous influencer, mais Gordon a l’air bien confiant…

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top