Rockets

Officiel : les Rockets signent James Ennis pour deux ans, il est là le futur back-up de Melo

James Ennis

T’as le permis James ? Ça te dérange pas d’aller chercher un mec à l’aéroport ?

Source image : Youtube

Il y a deux catégories de fans des Rockets. Ceux qui se voilent la face et qui pensent qu’à l’heure actuelle leur franchise peut faire mieux qu’une presque victoire face aux Warriors en Playoffs, puis ceux qui pleurent en pensant aux départs des meilleurs chiens de garde de la franchise et à la potentielle arrivée de Carmelo Anthony. L’arrivée en ville de James Ennis rassure peut-être les premiers, mais elle ne va pas faire arrêter les seconds de chialer…

On va pas se mentir, c’est un peu le bordel à Houston

Une finale de conférence exceptionnelle que les Rockets auraient probablement géré si Chris Paul ne s’était pas blessé… et patatra, pourquoi ne pas profiter de l’été pour faire plein de conneries. Exit Trevor Ariza parti jouer les monos à Phoenix, exit Luc M’Bah A Moute qui n’aura même pas eu le temps de vendre sa maison à L.A., et voilà que les Rockets semblent forts dépourvus dans les ailes, et notamment au niveau défensif puisque Trevor et Luc sont mine de rien de sacrés spécialistes. Rajoutez à cela un dossier Capela qui commence à traîner (mais qui devrait néanmoins bien se terminer dans les jours qui viennent), un chèque énorme signé à Chris Paul, l’ombre de Melo qui plane sur le Texas… et vous obtenez donc une situation étrange pour une franchise à deux doigts et une phalange de la bague en juin dernier.

Mais rassurez-vous, le sauveur est enfin là

La notification est arrivée hier en toute fin de soirée, et chaque fan des Rockets a pu sué quelques secondes avant de découvrir que le nouvel ailier de Houston se nommait… James Ennis. Allez, un coup dans l’eau.

Passé par Miami, Memphis, New Orleans ou plus récemment Detroit, James Ennis reprendra donc la gâche du 3&D des Rockets, une tâche compliquée quand on sait l’importance que pouvait avoir Trevor Ariza dans le système de Mike D’Antoni. Également connu pour avoir postérisé Rasual Butler un soir d’opening game en 2014, Ennis reste à 28 piges un athlète complet capable de faire la diff des deux côtés du terrain et, avant même de signer Melo ou n’importe quel autre boulet joueur, c’est exactement le profil de joueur sur qui les Rockets devaient rapidement se positionner. Un bon signe pour Houston ? Avec 7,5 points par match la saison dernière avec les Pistons, James Ennis sort de sa meilleure saison en carrière au scoring, et mieux vaut ainsi récupérer un joueur moyen dans son prime qu’un multiple All-Star mais sur le déclin.

En attendant Carmelo Anthony et Clint Capela, les Rockets ont donc enfin récupéré un vrai joueur de basket en pleine possession de ses moyens, n’en déplaise à Michael Carter-Williams. Si les deux premiers cités signent au bas de la feuille et que Daryl Morey arrive à tricoter une pelote autour du cas Ryan Anderson, on pourra enfin dire que la free agency des Fusées n’est pas vilaine. Mais il y a encore un peu de boulot. Ils ouvrent à quelle heure les bureaux à Houston ?

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top