Nuggets

Les Nuggets cherchent à éviter la luxury tax : qui veut d’un intérieur surpayé ?

Kenneth Faried

Les roses sont rouges, les violettes sont bleues, Kenneth Faried est transférable, et c’est fabuleux.

Source image : YouTube/Denver Nuggets

Après être passé à un Taj Gibson d’une qualification en Playoffs, les Nuggets sont dans une position ambiguë. Loin de la postseason depuis maintenant cinq ans, le roster actuel devrait les positionner dans la luxury tax, du fait des nombreux gros contrats successivement signés. Il faut donc faire du ménage, ce qui pourrait leur coûter cher.

Les Nuggets ont un choix difficile à faire. Avec plusieurs gros contrats garantis l’année prochaine, le roster, s’il reste inchangé, devrait valoir à sa franchise de payer la luxury tax pour cette saison. Si le propriétaire de la franchise Josh Kroenke est prêt à sortir le chéquier, ces dépenses ne se justifient pas forcément : l’équipe a une nouvelle fois loupé les Playoffs, et semble loin de concurrencer les cadors de la Conférence Ouest. Il devient donc primordial de purger la franchise de ses gros contrats, surtout après les prolongations de Nikola Jokic et Will Barton cet été. Wilson Chandler a déjà été contraint de faire ses valises, emmenant ses 13 millions de dollars en Pennsylvanie et faisant économiser la bagatelle de 50 millions de dollars à la franchise du Colorado.

Le match se jouerait principalement entre deux joueurs. D’un côté, Kenneth Faried : l’allier-fort est devenu un véritable running gag dans la Ligue, son nom revenant dans toutes les rumeurs de transfert depuis la signature de son contrat en 2014 de 60 millions de dollars sur cinq ans. De l’autre, Mason Plumlee, pivot remplaçant qui était payé… 10 fois plus que Jokic, le titulaire à son poste la saison dernière. Les deux intérieurs gagnent respectivement 13 et 14 millions de dollars, et pourraient faire économiser beaucoup en cas de trade. Le problème : il est difficile de trouver un pigeon une équipe prête à absorber un des deux contrats, tant leur apport statistique est faible par rapport à leur salaire. Il faudra donc leur attacher des pièces intéressantes pour faire avaler la pilule à l’autre franchise : les noms de Malik Beasley, Trey Lyles, ou encore des tours de draft, sont évoqués. Mais une autre option est envisagée. En effet, à la fin de cette saison, les contrats de Kenneth Faried, Darrell Arthur et Trey Lyles vont expirer. Si la franchise réussit à transférer Plumlee et renonce à la team option de Paul Millsap (soit 30,5 millions de dollars), les Nuggets se retrouveraient avec pas moins de 30 millions de dollars en salary cap, leur permettant même de signer du gros poisson à la free agency.

Plusieurs choix s’offrent à Denver cet été. La franchise peut d’ores et déjà commencer à dégraisser, et éviter la taxe de luxe, ou prendre son mal en patience, garder ses assets et voir plusieurs gros contrats s’envoler, créant un espace non négligeable pour la free agency de 2019. La balle est donc dans les mains du front office, qui a toute la saison pour prendre une décision.

Source texte : FanSided

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top