Blazers

Nik Stauskas rejoint Portland : l’espoir déchu canadien espère se relancer dans l’Oregon

Nik Stauskas

Un joli chemin de croix cette carrière.

Bill Streicher/USA Today Sports

Grand espoir à la sortie de Michigan, Nik Stauskas n’est jamais parvenu à montrer sa valeur en NBA. Après trois échecs retentissant du côté de Sacramento, Philadelphie et de Brooklyn, l’ex-Wolverine pose cette fois-ci ses valises à Portland. Chez les Trail Blazers, ils comptent bien lancer une carrière… qui n’a jamais vraiment commencée. 

Il était l’un des grands paris de la Draft 2014 mais malheureusement, Nik Stauskas n’est jamais parvenu à confirmer les attentes placées en lui. Sélectionné en huitième position par les Kings, le lituano-canadien avait brillé en NCAA sous le maillot des Wolverines de Michigan. Ses qualités de shooting et son adresse à trois points avaient fait des ravages dans les championnat universitaires, à tel point qu’il sera élu joueur de l’année de la Big Ten Conference et figurera dans le second cinq de l’année All-Americans. Un début de carrière prometteur qui pousseront ses collègues de la cuvée 2014 à le citer comme étant le deuxième meilleur shooter des prospects derrière … Doug McDermott. Raté. Picked en huitième place par des Kings décidément inspirés lorsqu’il s’agit de drafter, Stauskas fait davantage parler de lui dans les médias avec sa déclaration : « Je comprends que je suis un rookie et que je suis blanc, donc les gens vont m’attaquer », à défaut de briller sur les parquets. Après des débuts poussifs à Sacramento, l’arrière va être transféré par la suite aux Sixers qui croient pouvoir le relancer. Encore raté. Direction Brooklyn où il est inclus dans l’échange de Jahlil Okafor. Chez les Nets, Nik Stauskas ne joue que 13 minutes par match pour 5,1 points, 1,8 rebond et 1,1 passe de moyenne. Seuls ses 40,4 % de réussite à 3-points peuvent encore donner confiance à une équipe de l’engager.

Et cette équipe ce sera finalement les Trail Blazers. Sweepée au premier tour par New-Orleans, la bande à Terry Stotts n’a pour l’instant rien bougé à son socle de la saison passée, seul Ed Davis ayant fait le chemin inverse en rejoignant la Big Apple à l’image d’Allen Crabbe l’an dernier. Napier n’a pas été conservé et le Canadien pourrait bien être son remplaçant sur les lignes arrières de la second unit. Selon Chris Haynes, il s’est engagé pour un an au salaire minimum, c’est-à-dire 1,6 millions de dollars. De quoi essayer de se relancer derrière la paire d’arrière intouchables McCollum-Lillard ? Seul l’avenir nous le dira. La saison prochaine à Portland semble en tout cas – déjà – être celle de la dernière chance pour Nik Stauskas. Annoncé comme un futur grand, il peine pour l’heure à n’être qu’un simple petit et à s’imposer dans la Grande Ligue. Après des échecs à répétition, l’ancien de Michigan n’a plus le choix, il faut marquer les esprit et surtout des points dans l’esprit de Terry Stotts. Du côté de Portland, pas grand chose à signaler. La franchise de l’Oregon pourrait toutefois se montrer agressive en cas de buy-out de Carmelo Anthony du côté d’OKC. Pour rappel, les Blazers apprécient le profil de Melo et avaient souvent été évoqués dans des trades probables à l’époque de son départ des Knicks.

Sauce Castillo jouera bien en NBA la saison prochaine et compte se relancer dans l’Oregon. Derrière les artificiers McCollum et Lillard, à lui de montrer ses qualités en sortie de banc. Après avoir refusé une première prolongation de contrat, on attend toujours le dénouement du dossier Nurkic dans l’Oregon. Plus le temps passe, plus la situation ne joue pas forcément en faveur de Portland.

Source: ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top