Timberwolves

NBA Flashback 2017-18 #2 : quand Andrew Wiggins offrait le premier moment Tissot de la saison

Carmelo Anthony

Merde, Melo avait failli être clutch.

Source image : youtube

Les anciens en ont pris l’habitude et les petits nouveaux vont le découvrir, les deux mois d’été sur TrashTalk sont chaque année l’occasion de dormir un peu de vous faire revivre le meilleur de la saison écoulée. Perfs individuelles, séries de Playoffs, posters de cannibale, game winners ou patates de forain, il y en aura pour tous les goûts et ce jusqu’au 31 août prochain. Allez, mode rétroviseur enclenché, parce qu’elle était vraiment pas mal cette saison 2017-18…

Deux franchises new-look à l’Ouest, ça change des Warriors-Spurs habituels de ton oncle et ton grand-frère

22 octobre 2017, à peine une semaine de compétition dans les jambes et la NBA nous offre déjà un affrontement entre deux des armadas les plus attendues de ce nouvel opus. Thunder-Wolves c’est la nouveauté, un peu de folie dans une Conférence Ouest cannibalisée depuis quelques saisons par les Warriors, les Spurs ou les Rockets. Comme la NBA est bien faite ? Elle va donc nous offrir un match splendide, au dénouement qui le sera encore plus. Le match ? L’occasion de voir Andre Roberson lâcher deux air-balls de suite aux lancers, de voir Steven Adams offrir un touchdown à Russell Westbrook ou encore d’apprécier un poster de Karl-Anthony Towns sur Patrick Patterson alias le double Pat. Un match à l’image du début de saison des deux franchises, indécis, mais qui va finir par nous offrir une fin hitchockienne, de celles qui nous font comprendre pourquoi on se lève la nuit.

C’est plus un money time ça, c’est un liasse de biffetons time

Trente secondes à jouer, les Wolves mènent 110-107. Russell Westbrook est défendu par son chien de garde Jimmy Butler mais son bodyguard chevelu fait péter un écran pour libérer son meneur. Pull-up du parking, 110-110. A neuf secondes de la fin Karl-Anthony Towns redonne deux points d’avance aux Wolves sur un tear-drop puissant mais c’est… Carmelo Anthony qui score de loin et qui ponctue un très gros match (23 points à 9/19, 3 steals), donnant un petit point d’avance à ce Thunder new generation, alors que les hommes de Thibodeau ont la balle sous leur cercle et plus aucun temps mort à leur actif… No time-out, no problem pour les Wolves. Taj Gibson trouve Andrew Wiggins dans sa partie de terrain, et l’international canadien profite d’un écran full HD (du genre celui allumé avec du catch sur NT1) de Karl-Anthony Towns pour passer la ligne médiane et décocher une prière au nez et au duvet d’Alex Abrines. Buzzer, ficelle, joie, peines, et dire que Melo était à deux doigts de devenir un héros qu’il n’aura finalement jamais été de toute la saison. Comme quoi la vie.

Une victoire 115-113 des Wolves, qui s’affirmaient déjà à l’époque comme l’une des nouvelles forces de frappe de l’Ouest. Six mois plus tard le constat sera le même pour l’une comme pour l’autre des des deux franchises, mais avec des ambitions différentes à la base. Quoiqu’il en soit, ce premier moment Tissot vous était offert par Andrew Wiggins. Et on n’oublie pas Flic-Flac ni les horloges comtoises, parce qu’on est pas là pour faire de la pub.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top