Dossiers NBA

Top 5 des pivots à aller chercher sur la Free Agency 2018 : du lourd sur la balance

DeMarcus Cousins

DMC sera un des arbitres de la free agency cette année, sa décision en entraînera beaucoup d’autres.

Source image : Youtube

Amateurs de sensations fortes, c’est le moment de s’accrocher ! Car dimanche prochain, le marché des agents-libres ouvre ses portes en NBA, et ça risque de faire pas mal de vagues. On voit les choses en grand pour terminer et on se fait un rapide point sur la crème de la crème des big men dispos à la free agency à partir du 1er juillet, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.

# DeMarcus Cousins (New Orleans Pelicans)

  • Statistiques 2018 : 25,2 points, 12,9 rebonds, 5,4 assists, 1,6 steal, 1,6 block et… 5 ballons perdus en 36 minutes (47% au tir dont 35% à 3-points) en 48 matchs.
  • Salaire 2018 : 18,063,850$
  • Situation contractuelle : Unrestricted free agent*.

Depuis qu’on ne peut plus s’extasier devant les performances monstrueuses de DeMarcus Cousins sur un parquet (foutu rupture du tendon d’Achille le 26 janvier pour les perchés), pas une seule discussion autour de la bête n’aborde pas le sujet de son avenir proche, même très proche désormais. Mais patience (ou inquiétude pour les fans des Pelicans), le dénouement final de la saga DMC arrive très vite. Pivot le plus dominant de la Ligue avant sa blessure, formant une raquette qui a dû provoquer pas mal de cauchemars et de pipis au lit avec Anthony Davis, Boogie va être très sollicité au mois de juillet. Mais le garçon n’est pas pressé, il a déclaré à plusieurs reprises qu’il se laisserait le temps de la réflexion avant de trancher, donc pas la peine d’attendre la Woj bomb dès le 1er juillet. C’est que le sympathique Cousins aura 28 ans en août et n’a toujours pas disputé un match de Playoffs. On l’a vu vivre à 200% la campagne de postseason sur le banc des oiseaux, cela lui a-t-il donné envie d’y revenir avec sa team, afin de ne pas laisser un sentiment d’inachevé sur l’association (d)étonnante qu’il forme avec Unibrow ? Sans doute, mais évidemment que l’envie n’est pas le seul facteur qui entre en compte dans le business de la NBA. Surtout si Dell Demps, limité financièrement par les contrats d’Holiday et de Davis, ne se décide pas à offrir un contrat max à DeMarcus (on parle avec insistance d’un contrat court de deux ans). Ce qui est sûr, c’est que le big man enchaînera les rendez-vous. Si le dossier Mavericks est régulièrement évoqué, les Wizards de son pote de Kentucky, John Wall, pourraient bien également se positionner sur le pivot, surtout après le départ de Gortat. Quant aux Lakers, ils ont l’espace suffisant pour lui offrir un gros contrat, mais il faudra certainement qu’ils fassent signer un LBJ ou un Paul George pour attirer le monstre. Faites vos jeux.

# Clint Capela (Houston Rockets)

  • Statistiques 2018 : 13,9 points, 10,8 rebonds et 1,9 block en 27 minutes (65% au shoot) en 74 matchs.
  • Salaire 2018 : 2,334,528$
  • Situation contractuelle : Restricted free agent**.

Qu’il est loin le temps où Clint Capela évoluait en G League (D-League à l’époque) ! Ah bah non en fait, ça ne fait que trois ans. Drafté en 25ème position en 2014, il ne dispute que 12 matchs en NBA dans sa saison rookie, peut-être underrated par le staff des Rockets, ou peut-être qu’il a fallu un temps d’adaptation au basket américain pour le Suisse. En tout cas, les Rockets ont bien fait de prendre leur temps avec leur jeune pivot, puisqu’il a évolué à une vitesse folle depuis, jusqu’à cette saison où il était même nominé pour le titre de MIP avec Victor Oladipo et Spencer Dinwiddie. Il est passé de simple joueur du roster à membre du Big Three depuis l’arrivée de Chris Paul. Et le board des Texans ne se fait pas d’illusions, l’ami Clint ne va pas se contenter longtemps du SMIC qu’il touchait cette année. Ça c’est pour la mauvaise nouvelle : il va falloir sortir les thunes et offrir le max. La bonne ? Vous êtes certains que votre chouchou reste à Houston. Vous l’aurez compris, on ne voit pas du tout Capela ne plus être là, mais si CP3 et lui signent un gros contrat, il restera trop peu d’espace pour faire signer un nouveau All-Star à Houston. Compromis bonjour.

# DeAndre Jordan (Los Angeles Clippers)

  • Statistiques 2018 : 12 points, 15,2 rebonds et 1,5 assist en 31 minutes (64% au shoot) en 77 matchs.
  • Salaire 2018 : 22,642,350$
  • Situation contractuelle : Player option***.

Une page de la courte histoire des Clippers pourrait se tourner avec le départ du dernier membre de leur feu Big Three cet été, après ceux de Chris Paul l’été dernier et de Blake Griffin en cours d’année. Il était déjà question d’un départ du gobeur de rebonds à Dallas en 2015, mais celui-ci avait finalement prolongé l’aventure en Californie. Cette fois, on voit mal comment DD resterait à L.A., après dix ans de bons et loyaux services pour aucune finale disputée. L’attachant pivot est annoncé avec insistance à Dallas, mais d’ici le 29 juin, il pourrait bien activer sa player option à 24 patates avant d’être transféré dans la foulée. Histoire de ne pas laisser SA franchise à poil. Le Texan d’origine rejoindrait une équipe en pleine reconstruction et formerait un improbable duo avec Dirk Nowitzki. DJ6 risque néanmoins de passer après DMC dans les priorités des Mavericks, surtout que ce dernier est agent-libre à coup sûr. Mais à force d’essayer de conclure, Dallas et Dédé finiront bien par conclure un jour.

# Enes Kanter (New York Knicks)

  • Statistiques 2018 : 14,1 points, 11 rebonds et 1,5 assist en 26 minutes (59% au shoot) en 71 matchs.
  • Salaire 2018 : 17,884,176$
  • Situation contractuelle : Player option.

Enes Kanter est un joueur qui donne corps et âme à l’équipe dans laquelle il joue, nous avons encore pu le mesurer cette année à New York. Une saison aura suffi pour que Kanter soit le bro’ de toute l’équipe, agissant comme un grand frère par exemple avec Frank Ntilikina lors de son altercation avec LeBron. Mais le Turc a aussi su se faire adopter en défonçant les raquettes adverses, même s’il a « profité » de la longue absence de Porzingis pour gober encore plus de rebonds qu’à l’accoutumée. Alors forcément, le profil de la Stache attire, « quatre à cinq équipes », a confié l’intéressé. Parmi elles, les Bucks, en manque d’un intérieur au côté du Greek Freak, semblent en bonne position. Mais il faudrait pour cela que N’Golo Kanter n’active pas sa player option vendredi (il assure ne pas savoir quelle sera sa décision à l’heure actuelle). Sachant qu’Enes the Menace est lui aussi tombé in love de Coach Fizdale, ce qui « jouera dans sa décision »… Ah la passion d’un début de relation.

# Jusuf Nurkic (Portland Trail Blazers)

  • Statistiques 2018 : 14,3 points, 9 rebonds, 1,8 assist et 1,4 block en 26 minutes (50% au tir) en 79 matchs.
  • Salaire 2018 : 2,947,304$
  • Situation contractuelle : Restricted free agent.

Tout allait bien, tout allait si bien pour Jusuf Nurkic dans l’Oregon… jusqu’au début des Playoffs. Écrasé par Anthony Davis, Nurquiche n’a rien pu faire de plus que ses coéquipiers pour empêcher le sweep des Blazers face aux Pelicans. Une belle fin de saison de merde pour les fans, alors que l’équipe tournait bien en régulière, terminant même sur le podium de la Conférence Ouest. Et pour le pivot de 23 ans, cela pourrait mettre un stop prématuré à sa carrière à Portland. L’ours bosnien de 213 centimètres pour 127 kilos semble pourtant bien léger face à d’autres big men et, au vu de la concurrence annoncée sur ce poste à la free agency de cette année, on le voit mal récolter un contrat max. Neil Olshey et son staff devraient se contenter de matcher les offres des Wizards, Hawks ou autres Mavericks, dans l’espoir que celles-ci ne montent pas trop haut, alors que la franchise de l’Oregon a les comptes dans le rouge.

# Mentions honorables

Moins hypés que les monstres cités plus haut, ils feraient le bonheur de pas mal de franchises :

  • Brook Lopez (Los Angeles Lakers – Unrestricted FA)
  • Greg Monroe (Boston Celtics – Unrestricted FA)
  • Kyle O’Quinn (New York Knicks – Unrestricted FA)
  • Nerlens Noel (Dallas Mavericks – Unrestricted FA)
  • Aron Baynes (Boston Celtics – Unrestricted FA)
  • Amir Johnson (Philadelphia Sixers – Unrestricted FA)
  • Zaza Aïe Pachulia (Golden State Warriors – Unrestricted FA)
  • JaVale McGee (Golden State Warriors – Unrestricted FA)
  • Alex Len (Phoenix Suns – Unrestricted FA)
  • Joffrey Lauvergne (San Antonio Spurs – Player option)

Avec celui des ailiers, le marché des pivots est sans aucun doute le plus excitant cette année. Des très très gros clients et des enjeux énormes pour l’avenir de certaines franchises. On souhaite bien du courage aux GM en question, qui risquent de suer jusqu’à leur dernière goutte en juillet.

* Le joueur est libre comme l’air

** L’équipe peut s’aligner sur toute offre qui sera transmise à son joueur

*** Le joueur a la main pour rester ou tenter d’aller gratter plus d’argent ailleurs.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top