Lakers

Les Lakers préparent leur comm : s’il n’y a pas de star signée cet été, pas de stress on retente en 2019

Rob Pelinka
Source image : ESPN

Présents dans les rumeurs de transferts des plus gros agents libres de l’été, les Lakers devraient voir leur équipe bien remodelé à la reprise de la NBA en octobre. Mais si des négociations échouent, la direction de L.A. ne s’alarmera pas. La free agency de 2019 pourrait être encore plus intéressante.

Le bout du tunnel n’est pas encore là, mais on s’en approche pour les fans des Lakers. Après avoir assisté à une saison 2017/18 encourageante de leur jeune équipe, dans laquelle le ratio win/loss au Staples Center s’est trouvé équilibré (20-21), les Angelinos vont désormais sortir le pop-corn en actualisant le fil Twitter d’Adrian Wojnarowski, le gourou des breaking news d’ESPN. Car si les jeunes Lakers n’ont pas pu jouer la post-season sur les parquets, le front office de la franchise entre lui en piste maintenant, et se sait plus attendu que ses joueurs ne l’étaient cette saison. En ne se cachant pas d’avoir comme seul principal objectif de dégraisser sa masse salariale depuis plus d’un an, Magic Johnson et Rob Pelinka vont attaquer la free agency, à partir du 1er juillet, le couteau entre les dents. LeBron James attiré par Los Angeles, où il a l’habitude de passer ses vacances, Paul George sur le potentiel départ (?) d’Oklahoma. Sans parler d’un Kawhi Leonard ne jurant plus que par un trade vers la baie des anges. Pour autant, pour le manager général interrogé par Ohm Youngmisuk d’ESPN, il n’y a pas de raison de s’affoler si les choses ne tournaient pas en leur faveur cet été.

« La route est flexible pour nous. Si on a une ou deux superstars le 1er juillet, c’est génial. Si ça n’arrive pas, nous aimons le noyau de jeunes que nous développons et savons que 2019 peut présenter d’incroyables opportunités également. Donc vraiment, peu importe la route que nous prendrons, nous sommes confiants. Mais forcément, pour les fans des Lakers nous voulons être bons, nous voulons revenir en Playoffs où les Lakers méritent d’être, et se battre pour le titre. »

Vu l’avance qu’ont pris leurs voisins d’Oakland, la charge de travail est grande pour réussir à construire une équipe capable de leur disputer le titre, parlez-en aux Rockets. Mais l’arrivée d’un LeBron James qui a à cœur de remplir les dix tampons de sa carte de fidélité aux finales (il en est à 9) pourrait considérablement accélérer le process. Et si on imagine que les fans pourront encore être indulgents une année de plus, il ne faudra pour le coup pas se rater en 2019 avec les monstres disponibles. Pêle-mêle : Kawhi donc, mais aussi Klay Thompson, Jimmy Butler ou encore Kyrie Irving pour ne citer qu’eux.

« Personnellement, je ressens un sentiment d’urgence jusqu’à ce que nous remportions un (nouveau) titre. Je ne me reposerai pas avant. Je suis fait comme ça et je sais que Magic (Johnson) et Jeanie (Buss) aussi. On n’est pas là pour jouer des matchs, on est là pour gagner des titres, donc il y aura un sentiment d’urgence tant que ce n’est pas accompli. »

Rob Pelinka prépare le terrain et assure ses arrières en cas d’échec dans la free agency de juillet. Si le discours est cohérent, il va néanmoins falloir être incisif dès cet été pour gagner la confiance de fans qui risqueraient de rapidement perdre patience dans le cas contraire. Évoquant le refus des Spurs d’entrer en contact sur le dossier Leonard, le GM a une théorie : les autres franchises n’hésiteront pas à mettre des bâtons dans les roues du projet de reconstruction de sa franchise aux 16 titres NBA. « Si vous avez du succès pour quoi que ce soit dans votre vie, vous vous exposez à cela« . Une manière de justifier l’échec de son staff de ne pas avoir obtenu un autre pick, désiré, au début de deuxième tour, à la Draft de jeudi ? Pas sûr que ce genre d’excuses suffise à convaincre un Staples Center en soif de réussite, charge à l’ancien agent de joueurs de faire valoir son carnet de contacts.

Parler de la free agency de 2019 quand celle de 2018 n’a pas encore débuté ? Une belle méthode de com’ pour détourner l’attention (énorme) qui sera portée sur les Lakers le 1er juillet. Mais on a du mal à imaginer que la franchise mythique ne signera aucun All-Star cet été, surtout que les Thompson, Irving et (à moins forte raison) Butler évoqués ont de douces chances de prolonger dans leurs franchises respectives l’été prochain. Bien tenté Rob, mais on te surveille. Les soldes, c’est le weekend prochain !

Source : ESPN

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top