One-on-One

Le Top 30 des joueurs de la saison régulière sur TrashTalk : Russell Westbrook (#5) !

Russell Westbrook

Le MVP en titre a réussi à réaliser l’impossible… deux fois de suite.

Source image : NBA League Pass

Trente jours, trente coups d’œil dans le rétroviseur sur trente joueurs qui ont laissé leur empreinte sur la saison 2017-18. Alors que les Finales battent leur plein, retrouvez le classement made in TrashTalk des plus grands acteurs de la dernière régulière. Six mois de compétition intenses notamment marqués par plusieurs performances historiques : c’est l’heure de faire les comptes !

Trois critères principaux ont été sélectionnés pour établir cette hiérarchie des meilleurs joueurs de la saison régulière 2017-18, avec un ordre d’importance minutieusement défini, comme vous pourrez le voir ci-dessous. Le classement a ensuite été élaboré en fonction des avis de tous les membres de la rédaction, pour former une moyenne du rang final. Ainsi, le Top 30 de cette saison respecte à la fois les responsabilités d’un joueur, sa production quotidienne, et son impact sur les résultats de son équipe.

  1. Les statistiques individuelles
  2. Les statistiques collectives
  3. Leadership au sein de la franchise

Ce système permet notamment de départager certains clients, lorsque ceux-ci ont des tâches nettement différentes. Par exemple, un Bradley Beal aura beaucoup plus de pression et de poids dans la victoire des siens qu’un Klay Thompson aux Warriors. Du coup, si leurs statistiques pourront être similaires, ce qui les départagera sera le bilan collectif ainsi que le rôle au sein de l’équipe. Sans plus attendre on prend la direction d’Oklahoma City pour découvrir notre client du jour !

___

# Statistiques individuelles 2017-18 : 25,4 points, 10,1 rebonds, 10,3 assists et 1,8 interception à 44,9% au tir dont 29,8% de loin en 36 minutes.

# Résultats collectifs : 48 victoires pour 34 défaites, 4ème de Conférence.

# Meilleur match de la saison (@ Toronto, le 18/03) : 37 points, 13 rebonds et 14 passes à 15/22 au tir et 17 pions pour le seul money-time pour valider la win.

Difficile de faire mieux que la saison précédente d’un point de vue personnel, surtout avec l’arrivée de deux All-Stars durant la free agency. Sauf que le MVP en titre a pris l’habitude de repousser les limites de l’impossible et c’est encore ce qu’il a fait cette année. Malgré la présence de deux aspirateurs à ballons comme Melo et PG à ses côtés, il a tout de même réussi l’exploit de réaliser une seconde saison consécutive en triple-double de moyenne. Alors que l’on pensait cette performance inatteignable il y a deux ans, le numéro 0 l’a réalisé en back-to-back pour ainsi s’octroyer définitivement le surnom de Mister Triple-Double. Malheureusement pour lui, la récompense individuelle suprême ne sera pas pour lui cette année, la faute à des résultats collectifs trop décevants par rapport au talent présent dans l’effectif de Billy Donovan. Progresser de seulement une victoire en un an après une telle free agency relève presque de la faute professionnelle et le Marsupilami possède évidement sa part de responsabilité. Jamais les trois All-Stars n’ont vraiment semblé être sur la même longueur d’onde durant la saison ce qui se traduira d’ailleurs par une belle déroute en Playoffs. Tout défoncer individuellement c’est bien, mais le Brodie va devoir régler quelques petits détails avec sa franchise s’il veut obtenir une bague à OKC.

Pour découvrir le Top 30 au complet c’est par ici !

1 Comment

1 Comment

  1. Manu

    23 juin 2018 à 18 h 55 min at 18 h 55 min

    J’ai du mal à comprendre pourquoi vous le mettez devant Lillard. Ok il a des stats incroyables mais je trouve que Lillard a vraiment porté Portland tout seul et finit devant OKC

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top