Suns

DeAndre Ayton vs Joel Embiid, Mikal Bridges vs Philly : une future rivalité entre Suns et Sixers ?

DeAndre Ayton - Mikal Bridges - Suns

Regard noir.

Source : Youtube / NBA on ESPN

Ils sont encore bien loin du niveau montré par les Sixers tout au long de la saison 2017-18, si tant est qu’ils ne l’atteignent un jour. Pour autant, les Suns ont désormais eux aussi une équipe très bien équipée en jeunes talents aux égos grandement dimensionnés et à l’ambition dévorante. Et plusieurs éléments liés à la soirée de Draft de jeudi dernier peuvent laisser imaginer de futures frictions et une belle rivalité s’installer entre l’escouade du Process et celle des Cactus que l’on aime appeler The Timeline du côté de Phoenix. 

Dès l’annonce – sans surprise – de la sélection par les Suns de DeAndre Ayton en premier choix de la cuvée 2018, les observateurs y sont allés de leurs plus belles comparaisons pour le grand et costaud nouveau pivot de la franchise d’Arizona. David Robinson (rien que ça !) a été évoqué principalement mais également Joel Embiid. Et cela n’a pas du tout plu au numéro 21 des Sixers qui s’est empressé de débarquer sur Twitter pour signifier son désaccord avec cette comparaison, sans ménager le futur rookie…

« Ne me comparez pas à Ayton non plus… Moi, je DEFENDS »

BIM ! Bienvenue en NBA, DeAndre. Au cas où tu n’aurais pas encore entendu parler de lui, voici Joel Embiid, un pivot parmi les plus dominants de la ligue actuellement et parmi les plus gros trashtalkers du moment aussi. Et bien évidemment, les journalistes n’ont pas manqué d’interroger Ayton sur le sujet lors de la conférence de presse de présentation des rookies à Phoenix. C’est Dave King du Bright Side of the Sun qui s’y est collé, non sans en rajouter puisqu’il a trouvé le moyen de s’emmêler tout seul dans sa question et d’appeler DeAndre du doux nom de Joel. Volontaire (humour ?) ou pas, cela n’a pas franchement fait sourire Ayton qui a gardé tout son calme mais n’avait pas l’air d’en penser moins. Néanmoins King a enchaîné en demandant à Ayton à quel point il avait envie de répondre du tweet de Embiid. Ce à quoi la réponse du numéro de la Draft fut aussi simple que sèche :

« Pas du tout… Je n’ai aucun commentaire à faire là-dessus. »

Pas de commentaire mais un regard qui peut en dire long sur ce qu’il pense réellement de cette « agression twitterienne » de la part du pivot camerounais des Sixers. Nul doute que – visiblement énervé par ces comparaisons – l’ami Joel va marquer en rouge les oppositions face aux Suns sur la saison prochaine. Mais nul doute que le rookie Ayton va en faire de même ! Nul doute que Jojo a un niveau de All-Star et qu’il n’a pas tort en pointant du tweet le gros point faible du jeune poste 5 de Phoenix. Mais nul doute aussi que cela ne peut que motiver Ayton à bosser dans ce secteur et lui donner encore plus envie de montrer ce dont il est capable du haut de ses 2m15. Déjà que le garçon a l’air très confiant en ses moyens et muni d’un gros caractère… En tout cas, il n’a pas l’air du genre bavard ni du genre à s’étaler dans les médias. Peut-être qu’il est juste du genre à répondre sur le terrain ? Ce serait la meilleure des nouvelles pour les Suns et leurs fans.

Assis aux côtés d’Ayton, Mikal Bridges a aussi eu droit à quelques questions sur son état d’esprit puisqu’il a d’abord été drafté par les Sixers avant d’être transféré chez les Suns 20 minutes plus tard. Et comme il l’a expliqué, cela n’a pas été si simple à vivre sur le coup. Notamment parce que le garçon est né à Philadelphie et a joué pour l’université de Villanova en Pennsylvanie :

« J’étais avec des médias puis quand je me suis dirigé vers la sortie, on m’a dit que j’avais été échangé… C’est fou, je ne le savais pas. »

Bridges est un jeune homme très poli. Il n’a fait aucune réflexion désagréable sur la façon dont ça s’est passé avec les dirigeants des Sixers qui ne l’ont pas du tout prévenu (en même temps, un soir de Draft où tout va très vite, ils avaient sûrement autre chose à faire…). Mikal s’est contenté de dire qu’il était très content de se retrouver chez les Suns, qu’il connait déjà un peu DeAndre Ayton, qu’il a été très bien accueilli par le staff et qu’il est impatient de découvrir la NBA. Toujours est-il que ce bon Mikal a montré avec sa fac qu’il est un sacré compétiteur, un défenseur solide et un gagneur. Possible que ce manque de considération lui donne envie de se rappeler au bon souvenir du front office des Sixers à chaque qu’il croisera leur route. Possible qu’il ait envie de se défoncer encore à chaque fois qu’il aura l’occasion de jouer sur le parquet du Wells Fargo Center, devant sa famille. Cela nous fait donc déjà deux jeunes Cactus possiblement très motivés quand ils affronteront les Sixers. En face, il y aura un Joel Embiid qui voudra casser du Ayton sur et en dehors du terrain. Ajoutez à cela le fait que Devin Booker a montré que lui aussi aime jouer contre Philadelphie en plantant 46 points là-bas en avril dernier et vous avez une bonne base pour qu’il se passe des choses dans les affrontements entre ces deux équipes.

Enfin, tout cela n’est que de la petite « prise de contact » ou du « fait de transfert » comme il y en a tous les ans en NBA. Mais c’est sans compter la hype qui entoure déjà les Sixers après la saison écoulée et leur premier tour de Playoffs et celle qui semble vouloir se mettre en place autour de ces Suns dont le groupe peut vite devenir très sexy pour peu qu’il ne se mette à gagner… Alors ? Rivalité à venir ? 

1 Comment

1 Comment

  1. WestWorld

    23 juin 2018 à 19 h 52 min at 19 h 52 min

    Je salive , encore une raison pour acheter le NBA league pass

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top