Grizzlies

Jaren Jackson Jr n°4 de la Draft 2018 : hélas pour le gaillard, c’est bien à Memphis qu’il va devoir grandir

Jaren Jackson Jr.

Hashtag sourire forcé.

Source image : youtube

Il checke son ancien collègue de Michigan State Miles Bridges, il a le sourire jusqu’aux oreilles mais notre ami Jaren Jackson Jr ne va pas nous la faire, l’idée de faire ses premiers pas sur les parquets NBA avec les Grizzlies n’a pas du le ravir plus que ça.

IL N’AVAIT PAS L’AIR EMBALLÉ PAR LES GRIZZLIES ET POURTANT, C’EST SANS SURPRISE QU’IL ATTERRIT À MEMPHIS

Un peu comme Deandre Dayton dont la destination semblait actée depuis quelques semaines ou comme Marvin Bagley III dont la ville où il allait poser ses valises était connue depuis quelques heures, c’est sans surprise que Jaren Jackson Jr. est choisi en quatrième position par les Grizzlies. On pouvait imaginer que le pari Michael Porter Jr pouvait être tenter par Chris Wallace mais le GM de Memphis a préféré jouer la carte de la « sûreté ». Il faut dire que les vraies bonnes affaires pouvaient se faire pour les franchises du Top 3 avec Luka Doncic mais on le sait, malgré des efforts considérables pour figurer dans les bas fonds de la Ligue, les Oursons n’ont récolté que le 4ème pick (2ème pick prévu avant la Lottery).

Y’AVAIT T’IL PIRE DESTINATION EN NBA ?

On va quand même souhaiter la bienvenue à Jaren Jackson Jr au sein de la Grande Ligue mais également lui souhaiter bon courage pour ses prochaines années qu’il va passer dans le Tennessee. Parce que le copain Robert Pera, accessoirement le proprio de la franchise de Memphis, est bien gentil d’afficher son ambition de gratter la cinquantaine de victoires la saison prochaine mais la qualité de la team ne semble pas pouvoir disputer autre chose que la course au tanking. Ok, si Mike Conley revient à 100 %, cela peut aider mais ce n’est pas avec JJJ que les Grizzlies vont être un contender sérieux aux Playoffs. Parce que s’il y en a un avec qui il faut être patient dans cette cuvée, c’est bien l’ex pensionnaire de Michigan State. Du haut de ses 18 ans, le pépère est encore assez brut de décoffrage, avec une bonne présence défensive de par ses grandes tentacules qui lui servent de bras mais dont le potentiel offensif est à peaufiner. Et encore, c’est un euphémisme… C’est là qu’on peut s’inquiéter pour le gros morceau de barbaque qui devra progresser sous les ordres de JB BickerStaff ! Putain JB Bickerstaff ! Franchement, est ce qu’il y a plus mauvais coach en NBA ? La question se pose.

Pour un mec dont le talent est encore totalement à découvrir, on pouvait espérer mieux pour le développement de Jaren Jackson Jr que de se retrouver dans la galère de Memphis avec un peintre comme entraineur…

1 Comment

1 Comment

  1. U. Drew

    22 juin 2018 à 8 h 38 min at 8 h 38 min

    Paye ta depression.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top