One-on-One

Le Top 30 des joueurs de la saison régulière sur TrashTalk : Victor Oladipo (#10) !

Victor Oladipo Meilleure progression

Honnêtement, qui y croyait il y a neuf mois ?

Source image : YouTube

Trente jours, trente coups d’œil dans le rétroviseur sur trente joueurs qui ont laissé leur empreinte sur la saison 2017-18. Alors que les Finales battent leur plein, retrouvez le classement made in TrashTalk des plus grands acteurs de la dernière régulière. Six mois de compétition intenses notamment marqués par plusieurs performances historiques : c’est l’heure de faire les comptes !

Trois critères principaux ont été sélectionnés pour établir cette hiérarchie des meilleurs joueurs de la saison régulière 2017-18, avec un ordre d’importance minutieusement défini, comme vous pourrez le voir ci-dessous. Le classement a ensuite été élaboré en fonction des avis de tous les membres de la rédaction, pour former une moyenne du rang final. Ainsi, le Top 30 de cette saison respecte à la fois les responsabilités d’un joueur, sa production quotidienne, et son impact sur les résultats de son équipe.

  1. Les statistiques individuelles
  2. Les statistiques collectives
  3. Leadership au sein de la franchise

Ce système permet notamment de départager certains clients, lorsque ceux-ci ont des tâches nettement différentes. Par exemple, un Bradley Beal aura beaucoup plus de pression et de poids dans la victoire des siens qu’un Klay Thompson aux Warriors. Du coup, si leurs statistiques pourront être similaires, ce qui les départagera sera le bilan collectif ainsi que le rôle au sein de l’équipe. Sans plus attendre on prend la direction d’Indianapolis pour découvrir notre client du jour !

___

# Statistiques individuelles 2017-18 : 23,1 points, 5,2 rebonds, 4,3 assists et 2,4 interceptions à 47,7% au tir dont 37,1% de loin en 34 minutes.

# Résultats collectifs : 48 victoires pour 34 défaites, 5ème de Conférence.

# Meilleur match de la saison (vs. Denver, le 10/12) : 47 points, 7 rebonds et 6 passes à 15/28 au tir dont 6/12 du parking.

Envoyé à Indianapolis comme une vulgaire monnaie d’échange en compagnie de Domantas Sabonis il y a un an, Vicky arrivait dans un contexte peu favorable à son épanouissement personnel. Après une année à regarder Russell Westbrook collectionner les triple-doubles, il arrivait dans une équipe où le franchise player s’appelait Myles Turner et qui était vouée à passer une saison dans les bas-fonds de la Conférence Est. On ne sait même pas par où commencer tellement on s’était trompé concernant cette franchise et ce joueur qui ont été la grosse surprise ce cette saison 2017-18. Proposant un jeu offensif plaisant avec de nombreux shooteurs dans les corners, Indy a surpris tout le monde et Totor n’y est pas pour rien. Prenant immédiatement les rênes de cette équipe en montrant la voie en attaque et en défense, Oladipo fait immédiatement comprendre qu’il est le seul franchise player de cette équipe et qu’il est prêt à assumer cette charge. La mayonnaise prend et tout le monde reste soudé derrière le favori ultime pour le titre de MIP cette saison qui en profite pour gratter sa première invitation au All-Star Game à Los Angeles. Et quand un groupe est sur la même longueur d’onde, les résultats suivent avec le plateau des 50 victoires tutoyé par les hommes de Nate McMillan, qui auraient même pu espérer prendre l’avantage du terrain pour le premier tour des Playoffs face aux Cavaliers et ainsi avoir encore plus de chances de choker le King. Ce qui se passe en postseason reste en postseason mais il fallait se lever très tôt pour annoncer que les Pacers allaient jouer les avant-postes au sein de la Conférence Est cette saison. Et c’est en grande partie dû à la transformation du deuxième choix de la Draft 2013 déjà retenu parmi la All-Defensive First Team avec ses 2,4 steals de moyenne (leader en NBA).

Pour découvrir le Top 30 au complet c’est par ici !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top