Draft NBA

Profil Draft 2018 : Jaren Jackson Jr., un pur défenseur qui doit encore bosser

Jaren Jackson Jr.

Il t’auras déjà contré trois fois avant que tu termines de lire cet article.

Source image : YouTube

Annoncé parmi les tous premiers de la Draft, JJJ est un contreur hors-pair mais son apport offensif est encore limité. À 18 piges, le potentiel est là et la marge de progression immense. Par ici le profil du tueur.

Profil

#Âge : 18 ans. Il est encore en pleine crise d’ado.

#Position : ailier-fort. Sur le papier.

#Équipe : Michigan State. Représente.

#Taille : 211 centimètres. Quand même.

#Poids : 109 kilos. Peut mieux faire.

#Envergure : 224 centimètres. Dans la moyenne.

#Statistiques 2017 : 10,9 points, 5,8 rebonds, 3 contres à 51% au tir dont 40% du parking en 22 minutes.

#Comparaison : Serge Ibaka ou Jermaine O’Neal pour les nostalgiques.

#Prévision TrashTalk : entre 3 et 7.

Qualités principales

  • Grosse défense
  • Polyvalence (peut jouer 3, 4 ou 5)
  • Qualités athlétiques
  • Shoot efficace

Avec Jaren Jackson Jr. dans les parages, il va falloir poser ses couilles sur la table pour tenter la pénétration car, en deuxième rideau, le garçon ne pardonne pas, c’est block sur block. Trois contres de moyenne en 22 minutes cette année, le tueur choisit une victime toutes les sept minutes, un vrai carnage. En bon freak qu’il est, il peut rattraper son retard sur des gazelles prenant un peu trop leur temps. Idéal pour faire perdre la confiance à un shooteur, sa présence peut être sacrément dissuasive. D’autant que sur les tirs extér’, le fils de Jack monte si haut qu’il peut faire sortir un sniper de sa zone de confort easy. Plus étonnant pour son profil, il est diablement efficace au tir malgré sa mécanique à la Joakim Noah et pourrait noircir méchamment sa ligne de stats sur un nombre de minutes plus conséquent. Parfaitement dans la lignée des intérieurs modernes et bien encadré par un papa champion NBA avec les Spurs en 1999 et une maman directrice des opérations en WNBA, le fiston ne peut que réussir dans la ligue majeure, reste à savoir jusqu’à quel point.

Défauts majeurs

  • Problème de fautes
  • Irrégularité dans l’effort
  • Diamant brut à polir

C’est souvent le revers des jeunes défenseurs et Jaren Jackson Jr. n’y échappe pas : les fautes. Le jeunot en fait plus qu’il ne fait de contres : 3,2. En 22 minutes… ça craint pour les fins de match car ça risque de se ressentir salement dans son temps de jeu. Surtout qu’en NBA, face à de vieux renards ne cherchant que ça, les débuts risquent d’être encore plus compliqués à ce niveau-là. En outre, le gars ne semble pas (encore) avoir un esprit de combattant de la première à la dernière seconde. Concentré sur ses tâches défensives, il en oublie parfois l’autre côté du terrain et peine à trouver sa place dans la raquette adverse, ce qui se ressent à son faible nombre de rebonds offensifs. Il ne faudra pas oublier non plus que Jaren n’a que 18 ans (il en aura 19 à la reprise de la NBA), et que ça demandera donc du temps à la franchise qui en fera l’élu de son roster avant qu’il ne soit un vrai joueur dominant, s’il l’est un jour…

 

Conclusion

Annoncé dans le Top 5 de la Draft, Jaren Jackson Jr. semble être une valeur sûre mais ne sera peut-être jamais véritablement dominant sans un gros travail dans ses premières années. Avec un staff qui taffe, il peut faire du sale et détruire des pourcentages au tir, mais il faudra quand même se montrer patient avec le jeune homme. On préfère prévenir.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top