One-on-One

Le Top 30 des joueurs de la saison régulière sur TrashTalk : Donovan Mitchell (#17) !

Donovan Mitchell
Source image : NBA League Pass

Trente jours, trente coups d’œil dans le rétroviseur sur trente joueurs qui ont laissé leur empreinte sur la saison 2017-18. Alors que les Finales battent leur plein, retrouvez le classement made in TrashTalk des plus grands acteurs de la dernière régulière. Six mois de compétition intenses notamment marqués par plusieurs performances historiques : c’est l’heure de faire les comptes !

Trois critères principaux ont été sélectionnés pour établir cette hiérarchie des meilleurs joueurs de la saison régulière 2017-18, avec un ordre d’importance minutieusement défini, comme vous pourrez le voir ci-dessous. Le classement a ensuite été élaboré en fonction des avis de tous les membres de la rédaction, pour former une moyenne du rang final. Ainsi, le Top 30 de cette saison respecte à la fois les responsabilités d’un joueur, sa production quotidienne, et son impact sur les résultats de son équipe.

  1. Les statistiques individuelles
  2. Les statistiques collectives
  3. Leadership au sein de la franchise

Ce système permet notamment de départager certains clients, lorsque ceux-ci ont des tâches nettement différentes. Par exemple, un Bradley Beal aura beaucoup plus de pression et de poids dans la victoire des siens qu’un Klay Thompson aux Warriors. Du coup, si leurs statistiques pourront être similaires, ce qui les départagera sera le bilan collectif ainsi que le rôle au sein de l’équipe. Sans plus attendre on prend la direction de Salt Lake City pour découvrir notre client du jour !

___

# Statistiques individuelles 2017-18 : 20,5 points, 3,7 rebonds, 3,7 assists et 1,5 à 43,7% au tir dont 34% de loin en 33 minutes.

# Résultats collectifs : 48 victoires pour 34 défaites, 5ème de Conférence.

# Meilleur match de la saison (vs. New Orleans, le 01/12) : 41 points, 4 passes et 4 rebonds à 13/25 au tir dont 6/12 du parking et une victoire importante contre un adversaire direct à la maison.

La dernière fois qu’un rookie était le meilleur scoreur de son équipe et la qualifiait pour les Playoffs, c’était Melo avec les Nuggets en 2004. Mais l’avenir de Spida semble encore plus beau quand on voit jusqu’où il a mené son crew en postseason. Pour en revenir à la régulière, parce que c’est ce dont il est question aujourd’hui, le treizième choix de la dernière Draft n’a eu besoin que de onze matchs pour gagner sa place de titulaire au détriment de Rodney Hood que certains voyaient pourtant parmi les favoris pour le MIP en début de saison. Une fois installé dans le cinq majeur, le rooks n’a fait que progresser pour rapidement devenir la principale option offensive du Jazz et la plus safe aussi. Adroit et complet, il peut tout aussi bien mettre le parking à feu et à sang que s’envoler au-dessus des plus gros baobabs de la Ligue pour écraser un dunk bien féroce à la manière de ceux qui lui ont permis de remporter le Slam Dunk Contest à Los Angeles. En défense aussi, le produit de Louisville est un bon client qui ne craint jamais d’aller au contact avec ses anciennes idoles qui sont aujourd’hui ses pairs. Gros bosseur et étudiant du jeu, son seul défaut à été de tomber la même année que Ben Simmons. Mais il l’a déjà dit, entre les trophées individuels et les victoires collectives, Donnie a déjà fait son choix et ce sont les dirigeants du Jazz qui se frottent les mains. Cela dit, il pourrait presque prétendre au All-Star Game la saison prochaine s’il continue sur sa lancée.

Pour découvrir le Top 30 au complet c’est par ici !

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top