Draft NBA

Profil Draft 2018 : Miles Bridges, l’ailier que les arceaux vont redouter en NBA

Miles Bridges
Source image : YouTube

On continue les profils de Draft et on a du lourd pour aujourd’hui, faites place à Miles Bridges, l’animal en cage qui monte au poster sur tout le monde et qui a un jeu bien plus complet que celui d’un simple dunkeur. Par ici le profil détaillé !

Profil

# Âge : 20 ans. Au top.

# Position : ailier. Combo, donc pourra se décaler en deux.

# Équipe : Michigan State. Hey, Magic Johnson.

# Taille : 201 centimètres. Ailier.

# Poids : 105 kilos. Moderne.

# Envergure : 208 centimètres. Meh.

# Statistiques 2017 : 17,1 points, 7 rebonds, 2,7 passes, 0,8 contre à 46% au tir, le tout en 31 minutes.

# Comparaison : Sean Elliott a bouffé un taureau

# Prévision TrashTalk : entre 10 et 15.

Qualités principales

  • Ailier typique du jeu moderne
  • Qualités athlétiques exceptionnelles
  • Grand compétiteur à fort moteur
  • Le shoot qui va avec

Attention, athlète. On a déjà évoqué pas mal de joueurs venant d’une autre planète, le petit Bridges est lui aussi d’un autre système solaire quand on voit ce qu’il apporte d’entrée sur un terrain. Parfaites mensurations pour un ailier, suffisamment physique pour jouer des 4 et rapide pour se décaler parfois sur des 2, Miles est dans la veine des joueurs « sans position » pouvant tout faire. Pour ce qui est du spectacle, on a probablement ici un des futurs meilleurs fournisseurs de highlights, et pas pour n’importe quelle raison : dunker sur tout ce qui bouge, ça le botte clairement. Une fois l’appel un ou deux pieds pris, décollage instantané et on termine tous sur YouTube. Et parce que le jeu actuel demande à pouvoir sanctionner de près comme de loin, Bridges a une superbe mécanique de tir lui permettant de planter à quasiment 38% derrière l’arc, sur des volumes de tirs importants. En bref, dans la catégorie des ailiers qui pourraient créer la surprise et devenir une star, le bonhomme formé à Michigan State a de quoi lever la main. Bonus non-négligeable et remarqué par tous ses coéquipiers, bibi est le premier à la salle, joue chaque match à fond et n’a peur de rien. Le genre de leader que t’aimes avoir dans ton équipe, surtout qu’il peut être clutch sans problème.

Défauts majeurs

  • Conduite de balle approximative
  • Pas de jeu in-between
  • Ne pas tout miser sur le physique

Demandez aux meilleurs joueurs de la planète, et même deux du passé, il y a un élément majeur qui sépare les bons joueurs des excellents joueurs au niveau supérieur. On appelle ça la conduite de balle. Le handle, voilà ce qu’il manque vraiment à Bridges pour devenir une potentielle star et grimper à la Draft. Pour le moment, Miles tire à distance, pénètre pour finir en puissance ou slash pour avoir deux points faciles. C’est efficace et sympathique, mais dans la NBA moderne les ailiers sont capables de prendre des écrans et créer balle en main. Voilà un gros point sur lequel Bridges va devoir bosser, et il a plutôt intérêt car il a une bonne vision du jeu. Du coup, quand vous ajoutez à ce manque d’efficacité dans le dribble un jeu à mi-distance assez faible, cela limite vos possibilités offensives. L’ailier aura du temps pour bosser et il a le mental pour se buter à la salle, mais c’est bien là la grande question qui empêche pas mal de monde de le prendre plus haut : est-ce que c’est une futur star ou est-ce que c’est un bon ailier de complément qui n’ira jamais toucher les étoiles ? En abusant par moments de sa supériorité athlétique plutôt que de jouer sur sa technique, Miles Bridges peut la jouer facile. Ce sera interdit chez les adultes, eux qui le feront payer d’une manière ou d’une autre.

Conclusion

Miles Bridges a très clairement les bases pour devenir une star en NBA. Après deux belles saisons offertes à Michigan State, le marsupial participera à la Draft et autant être cash direct : la franchise qui misera sur lui aura de quoi se frotter les mains. Car entre les tomars pour les fans et le potentiel du bonhomme, ça peut sentir le steal à plein nez…

1 Comment

1 Comment

  1. VinceR

    14 juin 2018 à 8 h 53 min at 8 h 53 min

    Waouh…il déchire celui -la …il me fait penser à Westbrook. Bastien a raison : le steal pour cette draft (il aidera en tout cas d’emblée son équipe avec 11 à 12 points de moyenne dès sa saison rookie).

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top