Draft NBA

Profil Draft 2018 : Kevin Knox, un grand potentiel mais avec quelle envie de dominer ?

Kevin Knox
Source image : YouTube

On continue les profils de Draft et on a un grand phénomène aujourd’hui, il s’agit de Kevin Knox. Le dernier produit formé par l’université de Kentucky n’a peut-être pas la hype des autres copains de sa cuvée, mais le potentiel est immense. Par ici le profil détaillé !

Profil

# Âge : 18 ans. Bordel.

# Position : ailier. Dans la lignée des freaks actuels, pourra jouer 4.

# Équipe : Kentucky. Chats sauvages.

# Taille : 207 centimètres. Ah ouais.

# Poids : 100 kilos. Ah nan.

# Envergure : 213 centimètres. Tava.

# Statistiques 2017 : 15,6 points, 5,4 rebonds, 1,4 passes, 0,8 interception à 45% au tir, le tout en 32 minutes.

# Comparaison : Tobias Harris… 2 ou 3.0 ?

# Prévision TrashTalk : entre 10 et 15.

Qualités principales

  • Mensurations parfaites
  • Scoreur polyvalent
  • Extrêmement jeune
  • Agressif de nature

Il s’agit d’un des joueurs les plus jeunes de toute cette Draft, et pourtant on ne dirait pas quand on le voit sur un terrain. Kevin Knox, 18 ans et toutes ses dents, c’est avant tout un physique qui sort du lot. Dès que vous le regardez, vous sentez le basketteur. Parfait pour les ailes modernes, donc long, mobile et avec de quoi poser du poids à l’avenir, le gamin fait penser visuellement à un cross entre Paul George et Giannis Antetokounmpo, rien que ça. Scoreur-né avec une gestuelle de tir très propre, Kev peut trouver ses points de différentes façons et assez efficacement. Une bête féroce en transition, notamment à cause de ses longues enjambées et sa capacité à tracer avec la balle calée sous le bras. Une menace derrière l’arc, grâce à de beaux fondamentaux sur son shoot. Un petit jeu sympa à mi-distance et le handle pour aller provoquer des lancers, c’est plus que complet. Le plus intéressant concernant Kevin, et c’est là une qualité qui pourrait l’aider tout de suite au niveau supérieur, c’est cette agressivité naturelle qu’il a sur le terrain. Une fois que vous lui donnez la balle ? C’est entre lui et l’arceau, quel que soit le défenseur en face. Ce qui peut parfois lui poser problème, mais en NBA les joueurs les plus déterminés s’en sortent souvent assez bien. Bonus mentionné en intro et qui pourrait faire saliver les scouts de différentes franchises, le garçon n’aura 19 ans qu’en août, on parle donc d’un phénomène capable de trouver ses bases chez les pros vers 22-23 ans. Fils d’un sacré athlète, Monsieur Kevin Knox Sr qui jouait en NFL.

Défauts majeurs

  • Unidimensionnel ?
  • Pas sûr que ce soit un playmaker
  • Capable de devenir fantomatique 

Ce n’est pas pour rien que la comparaison avec Tobias Harris est réalisée. Très bon scoreur, capable de planter buckets sur buckets, l’ailier des Clippers est un garçon qui peut épater… comme totalement disparaître. Et c’est là que ça grince pour Knox, qui ne semble pas avoir la vision du jeu élite pour devenir un créateur au niveau supérieur. Chez les grands ailiers modernes qui dictent le jeu, la conduite de balle est suprême et les décisions doivent être prises rapidement. Ce que Kevin pourra développer avec le temps, mais c’est bien là que le doute s’installe. Est-ce qu’on peut avoir un Paul George à l’avenir, ou bien seulement un Tobias Harris ? Pour l’un, tu peux construire une grande franchise avec, pour l’autre, tu l’intègres dans ta rotation sans en faire une priorité. Extrêmement jeune, KK peut aussi être victime de chutes de concentration, ce qui va vite tester son caractère et ce qu’il désire vraiment. Concrètement, c’est surtout cette interrogation menée en titre qui va diriger la carrière du joueur formé chez les Wildcats : est-ce qu’il souhaite devenir une brute à son poste, ou bien se satisfera-t-il de quelques belles saisons sans devenir All-Star ? C’est entre ses mains, et il a tout le potentiel pour magnifiquement grandir en NBA.

Conclusion

On est habitués à voir Kentucky nous envoyer des perles en NBA chaque année, mais où se situe Kevin Knox ? Plutôt un avenir à la Jamal Murray, donc bon mais sans être transcendant, ou bien plutôt un avenir à la Devin Booker, donc surprenant All-Star annoncé ? Le pari en vaut la peine, à vous de jouer.

1 Comment

1 Comment

  1. VinceR

    15 juin 2018 à 7 h 46 min at 7 h 46 min

    Super cuvée cette année rien a dire … du tout bon matos!!! Pourquoi se faire chier a faire du tanking une religion quand tu vois le talent que tu peux gratter si loin dans le tableau. Stars a développer en ‘veux-tu ?en voilà ‘. Tu donne ça à manger aux Spurs ou à Buldenhozer et il t.’en font une bête assoiffée de sang

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top