Draft NBA

Profil Draft 2018 : Robert Williams, qui veut d’un freak à développer dans la peinture ?

Robert Williams

Des tomars comme ceux-là, Williams peut en mettre 12 par matchs.

Source image : Youtube

Si Mo Bamba avait un concurrent sur le niveau des qualités athlétiques, il s’appellerait sûrement Robert Williams. On ne parle pas du chanteur, mais bien du pivot de Texas A&M, qui pourra prétendre à une place en milieu de premier tour de la prochaine Draft.

PROFIL

# Age : 21 ans. Pleine bourre.

# Position : pivot. Ailier-fort en NBA, en attendant de gonfler.

# Equipe : Texas A&M. Tiens DeAndre Jordan, t’as pas deux trois conseils à donner à ton collègue ?

# Taille : 208 centimètres. Pour le small ball.

# Poids : 108 kilos. Le développé-couché sera ton ami.

# Envergure : 223 centimètres. Peut servir.

# Statistiques 2017 : 10,4 points à 63% au tir, 9,2 rebonds, 0,8 steal, 2,6 blocks, le tout en 25 minutes de jeu.

# Comparaison : DeAndre Jordan, pour le clin d’œil à Texas A&M et le coté freak.

# Prévision TrashTalk : milieu de premier tour.

QUALITÉS PRINCIPALES 

  • Détente sèche
  • Potentiel défensif
  • Rebondeur offensif acharné 
  • Qualités athlétiques 

Si vous vous attardez sur les highlights de mister Williams, vous le verrez sans aucun doute monter pas mal de fois très haut. Genre, vraiment très haut. Quand le bonhomme va au contre, ce n’est pas pour diriger la balle vers un coéquipier comme pouvait le faire Bill Russell, c’est pour tout balayer sur son passage. Grâce à son bon jeu de jambe et ses bras longs comme une file d’attente à la poste, il arrive non seulement à imposer sa loi défensivement, mais aussi à aller chercher des rebonds offensifs au-dessus de tout le monde. Dominant par ses capacités physiques impressionnantes, il traverse le terrain à vitesse grand V, pour aller finir au cercle sur une passe de son meneur. Vous l’aurez donc compris : encore un freak au physique affirmé en NBA l’année prochaine, qui pourrait bien intégrer certaines formations small ball.

DÉFAUTS MAJEURS 

  • Un peu court physiquement pour jouer 5 en NBA
  • Apport offensif limité 
  • Veut parfois jouer trop vite
  • Irrégulier défensivement

Vous voulez la définition du grand baba qui panique pas mal dès qu’il a la balle en main ? Tapez « Robert Williams » sur Youtube, vous ne serez pas déçu. Un peu à l’image de DeAndre Jordan ou de Kevon Looney, Rob n’aime pas avoir la gonfle dans les mimines, et préfère largement catcher les lobs que son meneur lui offre au-dessus du cercle pour finir en tomar. Peu de moves au poste, des passes à la limite de la sécurité… Williams ne constitue actuellement pas un point de fixation référencé dans la peinture en attaque, même avec son physique. Ainsi, les scoots ont peur qu’il soit juste à son arrivée dans la Ligue, surtout offensivement. Qualités qu’il faudra développer assurément, en même temps que sa musculature. Défensivement, il se permet parfois quelques largesses, qu’il ne faudra pas rendre trop fréquentes s’il veut gagner sa place en NBA (surtout pas avec Thibodeau, ça non).

CONCLUSION

Une bonne option pour le jeu small ball actuellement pratiqué par pas mal de franchises NBA, qui devra néanmoins développer son jeu offensif s’il veut durer. Il possède déjà d’excellentes qualités défensives, ce qui pourrait arranger les coachs aimant faire switcher leurs gars sur tous les postes.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top