Warriors

Kevin Durant sur le toit du monde : deuxième bagouze, deuxième titre de MVP des Finales, respect !

Kevin Durant

Kevin Durant a encore tout raflé !

Source image : Bleacher Report

Si l’issue de la série ne faisait plus guère de doute suite au Game 3 remporté par Golden State, il restait un peu de suspense concernant le titre de MVP des Finales. Et malgré un dernier carton signé Stephen Curry, c’est bien Kevin Durant qui a réalisé le back-to-back.

Et de deux pour KD ! Déjà nommé MVP des Finales il y a un an après sa série sensationnelle contre LeBron James et les Cavaliers, la machine offensive des Warriors a une nouvelle fois été récompensée par le commissionnaire Adam Silver. Et on peut dire que c’est mérité. Sur les quatre rencontres de cette série contre Cleveland, Durant possède des moyennes de 28,8 points, 10,8 rebonds et 7,5 passes décisives, le tout à 52,6 % au tir dont 40,9 % du parking et 96,3 % aux lancers francs. C’est propre, c’est très très propre. Mais outre son festival offensif, c’est aussi sa défense qui a été impressionnante, avec notamment deux contres par match. Bref, il a véritablement pesé des deux côtés du terrain.

Un Game 1 moyen, et puis le carnage

Pourtant, KD avait commencé sa Finale sur la pointe des pieds, avec un Game 1 dans lequel il n’a pas vraiment brillé. Shoots forcés, mauvais choix, précipitation… pas fameux pour un mec de son standing. Mais ensuite, oh my god, on passe sur une véritable mixtape ! Durant la deuxième manche, il a été monstrueux d’efficacité dans l’ombre de Stephen Curry, avant de sortir un troisième match de légende. Sans aucun doute, c’est ce Game 3 qui fait la différence. Auteur de 43 pions accompagnés de treize rebonds et sept caviars, il a définitivement fait basculer la série du côté des Californiens pendant que les Splash Brothers étaient en galère. Son shoot assassin dans la dernière minute, comme lors des Finales 2017, a tué le King et sa bande. Cette perf a incontestablement marqué les esprits. Enfin, cette nuit, pour conclure en beauté, KD a réalisé son premier triple-double en carrière en Playoffs, avec un 20-12-10 qui a parfaitement complété le coup de chaud de son pote Steph. En parlant de ce dernier, il n’a pas démérité. Il a sorti deux gros premiers matchs à l’Oracle Arena, avec un record en prime, et 37 points lors du Game 4. Ses statistiques sur la série sont également celles d’un MVP. 27,5 points, 6,0 rebonds et 6,8 assists à 40,2 % au tir et 41,5 % from downtown. Mais sa contre-performance dans la troisième manche, pendant que KD bottait le cul des Cavs, aura finalement coûté cher au Baby Face Killer.

Kevin Durant s’assoit à la table des légendes

En remportant son deuxième titre de MVP des Finales consécutif, Kevin Durant rejoint plusieurs légendes de son sport. Avant lui, seulement cinq joueurs dans l’histoire de la ligue avaient réussi une telle prouesse. Leurs noms ? Michael Jordan, Hakeem Olajuwon, Shaquille O’Neal, Kobe Bryant et LeBron James. Un groupe de rêve, dans lequel se retrouve désormais KD. Et ça, ça doit forcer le respect. On peut critiquer son choix d’aller à Golden State. On peut dire que ses titres n’ont pas une grande saveur. On peut comprendre la frustration d’une grande majorité de fans NBA par rapport au fait que l’arrivée de ce monstre chez les Warriors a quasiment tué tout suspense. Mais en fin de compte, il ne faut pas oublier que le mec vient de sortir deux Finales NBA de malade mental face à LeBron James. Il a enchaîné les performances de folie, il a évolué à un niveau de jeu tout simplement hallucinant, sur la plus grande scène du basket mondial. Sans lui, pas sûr que les Dubs seraient actuellement double-champions, surtout quand on voit leur parcours en Playoffs cette année. La franchise de Golden State était déjà très forte avant le 4 juillet 2016, mais elle n’était pas non plus imbattable. Le numéro 35 a apporté une vraie plus-value à son équipe et a guidé les siens vers le succès. Ce n’est pas comme s’il était tranquillement resté dans l’ombre de Stephen Curry et Cie pour collectionner les bagouzes. Non, il est devenu la raison principale de la domination des Dubs sur la ligue.

Qu’on le veuille ou non, Kevin Durant est aujourd’hui sur le toit du monde. Champion NBA, MVP des Finales, tout ça pour une deuxième année consécutive… c’est grand, peu importe le contexte. 

7 Commentaires

7 Comments

  1. Chapelle

    9 juin 2018 à 7 h 19 min at 7 h 19 min

    Comme tu l as dit toi même dans cet article cela n’a aucune saveur tout le monde le sait et probablement que DUrant le sait au fond de sa tête alors oui il est fort très fort trop fort peut etre même pour aller dans une équipe qui ressemble au Psg dans le championnat français aucun suspense une équipe qui sert à vendre des maillots aux footix.la seule légende sur le terrain restera Lebron car se battre tout seul contre ce genre d équipes c est un challenge dans le sens sportif du mot.Depuis 2017 et l arrivée de cupcake pour moi leurs titres valent plus rien du tout.

  2. Farbed

    9 juin 2018 à 12 h 06 min at 12 h 06 min

    exactement leurs titres ne valent rien le joueur ne mérite rien et je suis très content qu’il ait eu un 2ème MVP des finales

  3. VinceR

    9 juin 2018 à 12 h 56 min at 12 h 56 min

    comme c’est bon de voir et lire les autres chouiner. C’est sur que si Houston était passer ils auraient aussi ridiculiser CLE… et ça m’aurait détendu de les voir se faire sweeper de toute façon.
    Le choix de Durant porte bien ses fruits et les médias (comme les haters) ne pourront pas utiliser le prétexte du titre pour lui refuser une place au Hallof fame. En route pour le Three Peat !!!!

  4. Jean Kule

    9 juin 2018 à 15 h 41 min at 15 h 41 min

    « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » Corneille

  5. Venum

    9 juin 2018 à 15 h 52 min at 15 h 52 min

    Reconnaître que KD est une biatch qui a cherché la facilité et changé les bases du basket-ball ne fait pas de moi un hater juste un puriste. Il aura beau glaner tout les titres qu’il veut il sera jamais respecté. Iverson à mené son équipe en finale SEUL ton KD restera à jamais dans les annales (dans les deux sens) comme le premier joueur de l’histoire à aller donner son cul à ses agresseurs sexuels. No respect for ever

  6. Chapelle

    9 juin 2018 à 16 h 05 min at 16 h 05 min

    tout à fait d’accord avec venum .Le choix de Durant porte ses fruits périmés tous les gens qui regardent le basket depuis plus de 4 ans le savent ce n’est même pas être un hater c est juste le dégout des mercenaires qui vendent leur cul au plus offrant après s’être fait atomiser .Autant les titres d’avant Durant ne peuvent être remis en cause pour les warriors mais les 2 derniers sont sans saveur .KD est le plus gros ring chaser de l’histoire du basket mais cours t acheter son maillot comme ceux qui achetent celui du psg aujourd’hui et qui supportaient strasbourg 4 ans avant .Pleins de nouveuax parisiens pleins de nouveaux mecs d’Oakland c est fou …

  7. BLADE

    11 juin 2018 à 14 h 23 min at 14 h 23 min

    KD est pragmatique .. il veut des titres il va ou il a le plus de chance d en gagner POINT…
    Les « rois sans couronnes » dans l histoire de la NBA il y en a plein … fideles a une franchise ok mais si c est pour jamais rien gagner c est surtout du gros gachi.

    C est un sport collectif ; faut savoir s entourer .. les grand joueurs qui comprennent pas ça il auront une belle fanbase de locaux mais jamais de bague au doigt (ou trop peu vu leur talent)..

    On est pas dans le monde des bisounours … Durant ne démérite pas.. surtout que tu en vois certains comme Harden qui ont beau être bien entourés.. ça les empeche pas de se chier un peu dessus aux playoffs

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top