One-on-One

Le Top 30 des joueurs de la saison régulière sur TrashTalk : Lou Williams (#28) !

Lou Williams

En attendant le Sixth Man of the Year Award.

Source image : NBA League Pass

Trente jours, trente coups d’œil dans le rétroviseur sur trente joueurs qui ont laissé leur empreinte sur la saison 2017-18. Alors que les Finales battent leur plein, retrouvez le classement made in TrashTalk des plus grands acteurs de la dernière régulière. Six mois de compétition intenses notamment marqués par plusieurs performances historiques : c’est l’heure de faire les comptes !

Trois critères principaux ont été sélectionnés pour établir cette hiérarchie des meilleurs joueurs de la saison régulière 2017-18, avec un ordre d’importance minutieusement défini, comme vous pourrez le voir ci-dessous. Le classement a ensuite été élaboré en fonction des avis de tous les membres de la rédaction, pour former une moyenne du rang final. Ainsi, le Top 30 de cette saison respecte à la fois les responsabilités d’un joueur, sa production quotidienne, et son impact sur les résultats de son équipe.

  1. Les statistiques individuelles
  2. Les statistiques collectives
  3. Leadership au sein de la franchise

Ce système permet notamment de départager certains clients, lorsque ceux-ci ont des tâches nettement différentes. Par exemple, un Bradley Beal aura beaucoup plus de pression et de poids dans la victoire des siens qu’un Klay Thompson aux Warriors. Du coup, si leurs statistiques pourront être similaires, ce qui les départagera sera le bilan collectif ainsi que le rôle au sein de l’équipe. Sans plus attendre on prend la direction de Los Angeles pour découvrir notre client du jour !

___

# Statistiques individuelles 2017-18 : 22,6 points, 2,5 rebonds, 5,3 assists et 1,1 interception à 43,5% au tir dont 35,9% de loin en 33 minutes.

# Résultats collectifs : 42 victoires pour 40 défaites, 10ème de Conférence.

# Meilleur match de la saison (@ Oakland, le 10/01) : 50 points, 7 passes et 2 rebonds à 16/27 au tir et 8/16 du parking et un blowout des champions dans leur salle.

De retour à Los Angeles dans le cadre du trade de Chris Paul à Houston, le polygame découvrait le deuxième vestiaire des locaux au Staples Center. Dans une saison compliquée pour les Clippers, marquée par les départs de leurs deux joueurs stars, Loulou a pris à sa charge le scoring de sa team où il a terminé la saison en tant que meilleur marqueur et meilleur passeur malgré son rôle en sortie de banc (19 titularisations). Rarement dans l’histoire de la Ligue un sixième homme n’avait eu autant d’impact dans son équipe, ce qui lui prédit déjà son deuxième SMOY Award après celui obtenu à Toronto en 2015. Grand oublié du All-Star Game en février, chez lui, à Los Angeles, Lou Will est passé de bon joueur de complément au leader de sa franchise en quelques mois et les rumeurs de trade ont vite été remplacées par une prolongation de contrat de trois ans chez les Clippers. Certes il n’a pas disputé les Playoffs, mais le bilan de la saison de L.A. aurait été bien pire sans son joker de luxe. La preuve ? Il n’y a qu’à citer son énorme coup de chaud chez les voisins de Golden State pour une victoire improbable de près de 20 points chez les champions en titre.

Pour découvrir le Top 30 au complet c’est par ici !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top