Old-School

C’était il y a 10 ans : quand Leonardo DiCaprio a pris possession du corps de Paul Pierce en pleines Finales NBA

En cette période de Finales NBA, il est temps également de se replonger dans les séries qui ont marqué l’histoire de notre sport. Et il y a 10 ans jour pour jour, le 5 juin 2008, un épisode restera dans les mémoires des NBA Finals opposant les grands rivaux que sont Lakers et Celtics. Lors de leur premier affrontement, Paul Pierce sort en fauteuil roulant avant de revenir une dizaine de minutes plus tard, galopant tel une gazelle.

Allô Maman bobo

Allez, on se replonge 10 ans en arrière pour se remettre dans le contexte. Nous sommes en 2008, les Celtics du big three composé de Paul Pierce, Ray Allen et Kevin Garnett finissent en tête de l’Est mais vont connaitre des Playoffs bien mouvementés. Un premier tour contre Atlanta arraché en sept matchs, un deuxième face aux Cavs de nouveau remporté lors d’un Game 7 épique entre un Paul Pierce et un BronBron qui se rendent coup pour coup, des finales de conf où les Bostoniens se défont des Pistons et le tour est joué, ils sont en Finales NBA pour la première fois depuis 1987 (perdues contre L.A.). Et qui les Celtes vont-ils affronter cette année ? Ce sont bien entendu leurs rivaux de toujours, les Lakers, menés par Kobe et Pau Gasol, qui n’ont perdu que trois rencontres depuis le début de la postseason. Nous sommes désormais le 5 juin et les deux franchises les plus titrées de l’histoire se retrouvent pour la onzième fois à ce stade de la compétition. Le Game 1 est plutôt serré, les verts et les violets ne se lâchent pas d’un centimètre et le tournant de la partie survient au beau milieu de troisième quart-temps. Los Angeles est devant d’un petit point et le Black Mamba vient conclure près du cercle devant un Paul Pierce qui retombe mal. The Truth est recroquevillé par terre, se tenant le genou et c’est tout le cœur du TD Garden qui cesse de battre.

Et l’Oscar du meilleur acteur revient à…

Tout le monde retient son souffle et n’espère qu’une seule chose, que le numéro 34 de Boston se relève. Mais pour cela, il devra attendre que trois personnes le soulèvent et l’emmènent jusque dans le couloir menant aux vestiaires où l’attend un fauteuil roulant. Inutile de vous préciser qu’à ce moment là, on aurait presque pu entendre une mouche voler au sein de la mythique salle des C’s. On se dit que les Finales de l’ami Paulo sont sûrement terminées mais c’était sous-estimer les qualités d’acteur de notre ami Paulo qui va se pointer comme si de rien n’était à cinq minutes de la fin de la troisième reprise. Le TD Garden redevient chaud comme une baraque à frites alors que Monsieur Pierce, alias Leonardo DiCaprio, court vers la table de marque pour demander le changement. Bien sûr, l’histoire n’aurait pas été achevée si la Vérité n’allait pas être complètement on fire une fois de retour sur les parquets… Parce que c’est bien ce qu’il va se produire : le #34 plantera deux bombinettes du parking en 20 secondes, ce qui offrira cinq longueurs d’avance aux hommes du Massachusetts. Cinq pions que les Angelinos ne remonteront jamais, avant de s’incliner 98 à 88 devant un Paul Pierce à 22 patates, dont un 7 sur 10 au tir. Miracle du Saint-Esprit, piquouze de potion magique ou alors simulation méritant un oscar, toujours est-il que selon la franchise, Paulo n’avait strictement rien au genou…

Nous sommes aujourd’hui le 5 juin 2018 et on se demande encore pourquoi Paul Pierce s’est transformé en acteur de cinéma mais la réponse se trouve peut-être dans ses racines… Grandir en Californie, non loin d’Holywood, a certainement donné quelques idées à celui qui finira MVP de ces Finales, victorieux 4-2 des Lakers.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top