Warriors

Kevin Durant revient sur sa rencontre avec la mif de Golden State dans les Hamptons : les Warriors avaient mis le paquet…!

Kevin Durant
Source image : Youtube

Replongeons-nous au coeur d’un des épisodes les plus marquants de ces dernières années en NBA : la signature de Kevin Durant chez les Warriors. Il y a presque deux ans, le Cupcake a brisé le coeur des 500 000 habitants d’Oklahoma City en allant s’installer chez les rivaux. Et pour s’attirer les services de KD, Golden State avait mis le paquet…

On se replace gentiment dans le contexte de l’événement qui a choqué le monde de la balle orange, il y a deux ans de cela. On est le 4 juillet 2016 et les Warriors viennent de s’incliner dernièrement face aux Cavaliers après avoir mené 3-1 dans la série, chose qui n’était jamais arrivé dans l’histoire des Finales NBA. Et cela n’a apparemment pas plu à Bob Myers le GM, qui va s’empresser de renforcer sa team. C’est vrai que c’est hyper compliqué de remporter un titre avec Stephen Curry, Klay Thompson, Draymond Green et Harrison Barnes. Pour ne pas connaitre cette déconvenue une nouvelle fois, la franchise californienne remplacera l’ami Barnes par sa version améliorée puissance 1000 en la personne de Kevin Durant. Le numéro 2 de la Draft 2007 s’engagera sur deux ans pour un chèque de 54,5 millions de dollars (avec une option sur la seconde qu’il activera bien sur) avec les guerriers de la Baie d’Oakland. On en connait un qui a mal digéré son élimination en finales de conf par GS…

Sa venue sera bien entendu critiquée de toute part tant il prônait la loyauté lorsqu’il portait le maillot du Thunder. Mais on a beau lui cracher dessus autant qu’on veut, pépère est parti pour orner ses doigts d’une jolie bagouse et il a accompli sa mission avec la manière : une victoire 4-1 sur les Cavs avec une bombe du parking ultra clutch lors du Game 3 en prime et la récompense d’être élu MVP des Finales 2017. On peut dire sans trop se tromper que cet investissement a été payant pour les Warriors qui ont sorti tout ce qu’ils pouvaient pour que le Slim Reaper pose ses valises en Californie. C’est l’anecdote qui nous est venu de Tim Kawakami, journaliste chez The Athletic : le deal aurait été réglé quand Durantula a rencontré toute la famille de Golden State dans les Hamptons (île réputée pour ses plages et ses dunes dans le Nord-Est des Etats-Unis). Et lorsque l’on dit « toute », c’est bien TOUTE la famille qui s’est pointé pour convaincre celui que l’on appellera le Snake. Les propriétaires Joe Lacob, Kirk Lacob, le GM Bob Myers, le coach Steve Kerr, les stars de l’équipe Curry, Thompson, Green, Iguodala, tout le monde était présent. On nous dit dans l’oreillette que même le concierge de l’Oracle Arena s’est incrusté à la réunion pour promouvoir la qualité de l’enceinte dans laquelle le MVP 2014 pourrait évoluer (lol). Et c’est tout cet amour que les Dubs lui ont montré qui aurait fait pencher la balance…

« Je savais que les quatre Warriors allaient venir. Mais on ne sait jamais, un des gars pourrait avoir des soucis de transport, un problème d’avion. Donc je savais qu’ils allaient venir, mais je ne m’y attendais pas. Peu importe ce qui allait arriver, je voulais au moins parler à plusieurs joueurs, Bob et Steve. Mais ils sont tous venus, ils ressemblaient à une famille. Et quand ils se sont tous présentés, c’était plutôt cool, c’était très cool du point de vue du basketball. Tout le monde était dans la même voiture : Joe, Steve, Bob, Draymond, Klay, Steph, André, Kirk Lacob, Ça ressemblait déjà à une famille et je voulais en faire partie. Ma première question était, vous venez de remporter un titre et de vous incliner lors d’un Game 7, pourquoi voulez-vous que je sois dans l’équipe ? Et tout le monde me regardait comme si j’étais fou, ils se disaient plutôt : pourquoi nous ne te voudrions pas ? Ce serait super spécial, je veux faire partie de quelque chose de super spécial.

Tout le monde pensait comme moi, il n’y avait pas d’égo. À cette époque de ma carrière (il venait de perdre contre les Warriors en finales de l’Ouest alors qu’OKC menait 3-1), je ne savais pas ce que les autres pensaient de mon jeu. Et je savais que j’étais sacrément bon et je savais que je travaillais extrêmement dur, mais j’avais besoin de cette validation de mes pairs, des équipes et des GMs , des gens qui sont vraiment dans le jeu, pour vraiment m’aider à me sentir bien dans ma peau, à m’aider à me sentir en confiance et à me faire savoir que ce que je faisais fonctionnait. Alors quand ils sont tous venus, et ils ont tous mis des choses sur le côté pour venir à la réunion, je me disais, mec, c’est incroyable. La meilleure équipe de la ligue, certains des meilleurs joueurs, les joueurs les plus accomplis me veulent dans leur team et veulent ce que je fais, ce que j’apporte. Parce que je regarde toute cette histoire autour basket du point de vue d’un enfant, je suis toujours excité, j’apprends encore, donc pour avoir autant d’amour pour la façon dont je joue au basket, c’est cool. Pour me connaître en tant que personne, j’étais confiant, mais du côté du basket, j’étais comme un homme. Et c’est vraiment cool que les gens apprécient ma façon de jouer et veulent que je joue avec eux. Donc, dès que je me suis assis, j’ai eu la première conversation, je me suis dit que je devais y aller et pour le reste, ce serait la cerise sur le gâteau.»

Voilà un article qui devrait rappeler quelques bons souvenirs aux fans de la Chesapeake Energy Arena. Si Kevin Durant a fait en quelque sorte le traître lors de cet été 2016, son choix de rejoindre les Warriors est quelque peu compréhensible lorsque l’on voit les résultats : une bague et une deuxième en ligne de mire puisque Golden State mènent 2 à 0 dans ces Finales.

Source texte : The Athletic

2 Commentaires

2 Comments

  1. JD3307

    4 juin 2018 à 18 h 18 min at 18 h 18 min

    Ah OK ! Ca c’est passé comme ça !? Alors tout va bien ! Il avait juste besoin d’une famille…

    Mais quel lâcheur. :-)

  2. ThreeRavens

    4 juin 2018 à 22 h 10 min at 22 h 10 min

    En creux : il en avait marre de la mégalomanie de Westbrook. Il cherchait un vrai collectif.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top