Rockets

Trevor Ariza et P.J. Tucker, ces soldats de l’ombre qui sont indispensables aux Rockets !

Ariza Tucker

Il faut qu’on parle de ces deux-là !

Source image : YouTube

Ils n’ont pas le statut de James Harden ou Chris Paul, ils n’ont plus les jambes de 20 ans de Clint Capela, ils ne sont pas capables de prendre feu comme Eric Gordon, mais ils sont extrêmement importants à l’équilibre de Houston. Ces gars-là, ils s’appellent Trevor Ariza et P.J. Tucker. Si les Rockets mènent aujourd’hui 3-2 contre Golden State, c’est aussi grâce à eux. 

Dos au mur il y a encore quelques jours, les Fusées ont répondu en patron en remportant les deux dernières rencontres face aux Warriors. Ces deux victoires, elles n’ont pas été décrochées grâce à leur attaque de feu qui a tout détruit sur son passage pendant la saison régulière. La preuve, les Rockets n’ont même pas atteint la barre des 100 points à une seule reprise. On ne parle même pas des pourcentages au tir, eux qui ont terminé à chaque fois sous les 40% de réussite. Elles n’ont pas non plus été décrochées grâce à des exploits individuels de James Harden ou Chris Paul, même si les deux stars de H-Town ont eu leurs moments. Non, si les hommes de Mike D’Antoni se retrouvent actuellement à un petit succès des Finales NBA, c’est avant tout parce qu’ils se sont battus comme des chiens, particulièrement en défense. Et s’il y a bien deux mecs qui symbolisent parfaitement cet état d’esprit, ce sont Trevor Ariza et P.J. Tucker. Le premier évolue dans le Texas depuis quatre saisons déjà, tandis que le second est arrivé l’été dernier après un passage express chez les Raptors. Aujourd’hui, ils apportent énormément à leur équipe et montrent à quel point ils peuvent être précieux face à un adversaire aussi talentueux que Golden State.

Commençons avec l’ami Trevor. Champion avec les Lakers en 2009 et habitué aux Playoffs, Ariza possède l’expérience des grands rendez-vous. Il possède aussi ce profil « 3 & D » (bon défenseur capable de shooter efficacement à trois points) qui correspond très bien au système de jeu de Mike D’Antoni. Dans cette série face aux Warriors, il s’est montré décisif en attaque lors du Game 2, avec 19 points à 7/9 au tir, mais c’est surtout de l’autre côté du terrain qu’il brille par son intensité et sa polyvalence. Combien de fois s’est-il jeté au sol pour tenter de récupérer un ballon malgré ses 32 balais ? Combien de fois a-t-il forcé des machines offensives comme Kevin Durant et Klay Thompson à prendre des shoots difficiles ? De plus, Ariza est également le genre de gars à s’incruster dans le camp des Warriors pendant un temps-mort, histoire de montrer que les Rockets ne font aucun complexe d’infériorité. Un vrai soldat quoi ! Quant à P.J. Tucker, 33 ans, c’est un autre animal. Physiquement, il en impose, lui qui indique plus de 110 kilos sur la balance pour « seulement » 1m98. Il doit faire face à un déficit de taille pour le poste d’ailier, mais il compense avec un cœur gros comme ça et n’a peur de personne. Il n’y a qu’à revoir le Game 4 d’il y a trois jours, où il a pris pas moins de 16 rebonds ! Sa très belle activité défensive doit aussi être signalée, lui qui fait un véritable chantier quand il s’agit de protéger son territoire. Bref, Tucker n’a pas besoin de marquer pour peser sur une rencontre. Cependant, ce n’est pas pour autant qu’il est incapable d’apporter en attaque, au contraire. Comme Ariza, il a sorti une très belle performance offensive durant le deuxième match, où il a marqué 22 points à 8/9 au shoot. Sur la série face aux Warriors, il tourne à 52,9% de réussite du parking. Pas rien quand même !

A travers leur profil polyvalent et leurs qualités de combattant, Trevor Ariza et P.J. Tucker posent beaucoup de problèmes aux Warriors dans cette série. Ce n’est pas un hasard si les deux ailiers titulaires ont joué plus de 40 minutes lors des deux dernières rencontres…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top