Knicks

Kristaps Porzingis proche d’atterrir à Phoenix l’été dernier : Phil Jackson a tout fait pour couler les Knicks

Kristaps Porzingis
Source image : NBA League Pass

Imaginez deux petites secondes une triplette Booker, Doncic et… Porzingis ! Oui, la Licorne. L’animal extraordinaire qu’est notre ami Kristaps aurait pu rejoindre Phoenix l’année dernière lorsqu’un certain Phil Jackson envisageait de trader le Letton.

On le sait, Phil Jackson n’a pas laissé de très bons souvenir aux fans du Garden en tant que président des Knicks. Dégagé l’été dernier, le Zen Master a bien failli laisser une petite crotte sous le tapis des Knicks en partant… Bien loin du génie dont il a fait preuve comme coach des Bulls de Jordan et des Lakers de Kobe et Shaq, sa démission a souvent été demandée depuis son arrivée en 2014 du coté de New York. Sorties médiatiques scandaleuses, signatures critiquables (Noah pour 72 millions sur quatre ans), Philou a enchaîné les boulettes. Et il était à deux doigts d’en faire une dernière l’été passé en se séparant de Kristaps Porzingis. Selon le passe-partout d’ESPN, aka Adrian Wojnarowski, Monsieur 11 Rings aurait proposé un trade aux Suns envoyant Porzingod dans l’Arizona en échange de Dragan Bender, Marquese Chriss et le quatrième choix à la Draft 2017 des Suns, transformé plus tard en Josh Jackson. On le savait peu à l’aise avec la casquette de président le Phil, mais de là à prendre deux gamins dont le potentiel n’est pas folichon ainsi qu’un choix draft (probablement Lauri Markkanen car PJ l’avait rencontré à Big Apple), contre un mec de 2m22 capable de shooter à 5, 6, 7, 8, 9 mètres et potentiellement amené à devenir MVP un jour ou l’autre… Les amoureux de NY auraient sûrement fait une descente chez le Zen Master pour lui faire payer.

Si l’on réfléchit bien, les deux franchises ont fait une bonne affaire en ne concluant pas ce deal. Explications. Toujours d’après le Woj, ce sont les Suns qui ont refusé le transfert et ils ont certainement eu raison puisque KP (arrivant en fin de contrat la saison prochaine) avait déjà fait savoir en interne qu’il ne souhaitait pas prolonger à Phoenix en cas de trade. Envoyer deux jeunes joueurs et un pick de draft élevé afin de récupérer the Unicorn qui allait se casser au bout de deux ans, bonjour l’arnaque. Idem pour la Grosse Pomme car on le sait, le gagnant dans un trade, quelque soit la compensation, c’est en général celui qui récolte le meilleur joueur. Le cas d’Uncle Drew en est le parfait exemple : les Celtics ont maintenant Kyrie Irving, blessé certes mais qui va revenir dès le début de l’édition 2018-19 tandis que les Cavs n’ont plus qu’un huitième choix à la Lottery et George Hill (alors qu’à la base, ils ont récupéré Isaiah Thomas, Jae Crowder, Ante Zizic et le pick des Nets). Dans tous les cas, il y a une team dont l’avenir est un peu plus glorieux que l’autre… En ayant décliné l’offre new-yorkaise, les Soleils ont pu développer Josh Jackson qui, noyé dans cette cuvée 2017 remplie de rookies phénoménaux, est auteur d’une bien belle première aventure sur les parquets NBA. Avec une moyenne de 13,1 pions, 4,6 rebonds et 1,5 assist par match, l’ancien de Kansas a montré de bonnes choses en tant que joueur polyvalent capable de défendre dur et avec une palette offensive à perfectionner, mais assez large. Et le ciel s’annonce vierge de tout nuage puisque les Suns ont obtenu le premier choix de la Draft 2018 qui leur permettra d’attirer un DeAndre Ayton ou un Lucas Doncic. Il y a pire comme choix.

Que ce soit DeAndre Ayton pour former un duo type Shaq et Kobe avec Devin Booker, le tout suppléé par un Josh Jackson qui fait le taf des deux cotés du terrain ou Doncic pour créer une triplette assez dingue en terme de talent sur les lignes extérieures, les deux options sont prometteuses, et ça n’aurait sûrement pas été possible avec KP caché dans les cactus.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top