Knicks

Trae Young drafté par les Knicks : et si la pile électrique débarquait à New York cet été ?

Trae Young
Source image : youtube

En ce moment, toutes les équipes font leurs petites enquêtes pour bien drafter dans un mois, et il n’a pas fallu attendre longtemps avant que les Knicks ne débarquent avec un coup de coeur : Trae Young, la voilà la cible apparemment première de la franchise new-yorkaise.

On dit bien « apparemment », car en mai et juin, tout ce qui tourne autour des rumeurs est à prendre avec des pincettes de la taille de l’Empire State Building. Cette semaine passée, toutes les franchises ou presque étaient présentes lors de la Draft Combine, sorte d’immense centre de loisirs en plein air au sein duquel les meilleurs prospects réalisent leurs tests physiques. C’est notamment là qu’on peut voir un Mo Bamba avec des bras de type albatros, ou la lenteur d’un joueur attendu au taquet. Du coup, quand vous avez autant de talent rassemblé à un seul et même endroit, vous avez de nombreux représentants de différentes franchises, donc de nombreuses discussions derrière des portes blindées, donc de nombreuses rumeurs. Les médias new-yorkais étaient prêts à dégainer dès le moindre murmure, mais c’est Kevin O’Connor qui est arrivé avec le plus joli steak en écrivant sur The Ringer. Ce dernier a rassemblé ses infos, ses sources, mixé le tout et avancé la possibilité suivante : celle d’avoir un intérêt mutuel entre Trae Young et les Knicks. La grande scène pour un meneur comme lui, un joueur flashy pour une franchise comme celle de New York, pas besoin d’avoir fait de grandes études pour capter le délire. Mais dans le détail, c’est l’association avec un certain… Frank Ntilikina qui exciterait Steve Mills et les décisionnaires de la Big Apple, eux qui verraient en ce duo un potentiel combo parfait entre calme et folie, attaque et défense, taille et vitesse, culot et application.

Un peu plus tôt dans la semaine, le père de Trae Young, Ray, a indiqué au New York Daily News que New York est une destination désirée pour son fils à cause des projecteurs que ce grand marché braque sur les joueurs. “C’est ce que Trae adore,” a dit Ray de son fils, qui était en entretien avec le management de New York ce vendredi. Plusieurs sources au sein de la Ligue m’ont indiqué que les Knicks avaient le béguin pour le meneur de l’Oklahoma, donc l’intérêt est mutuel. Et c’est assez facile de comprendre pourquoi : Young est un complément idéal sur le backcourt aux côtés de Frank Ntilikina, que les Knicks projettent en tant qu’arrière capable de gérer l’attaque par séquences. Ntilikina pourrait espacer le terrain afin de laisser Young montrer toute sa magie balle en main, mais il pourrait aussi sprinter derrière les écrans pour obtenir des tirs ouverts à trois points pendant que Ntilikina lance le système. Ce serait un duo parfait pour alléger la charge de travail placée sur Kristaps Porzingis.

Il est clair que pour les Knicks, avoir un potentiel créateur comme Young a un côté un peu rêvé. Un peu trop même… car sans vouloir briser les rêves des fans de Gotham, il faudrait que Trae soit encore disponible en 9ème place de la Draft, ce qui semble aujourd’hui borderline impossible. Jugez plutôt les franchises situées devant et qui pourraient prendre le meneur-scoreur. Orlando en 6ème place ? On sait que John Hammond aime prendre des risques avec les freaks, mais vu les besoins du Magic sur le poste de gestionnaire, le pick semblerait évidemment au premier abord. Chicago en 7ème place ? Pas sûr, comme pour Dallas en 5ème place, le spot est déjà pris par un meneur sur lequel le management compte (Kris Dunn et Dennis Smith Jr). Là où l’obstacle semble quasiment insurmontable, c’est évidemment Cleveland en 8ème place. On ne sait rien de ce qui va se passer dans les quatre prochaines semaines, entre finale de conférence, Finales NBA, rumeurs autour de LeBron et utilisation ou non de ce pick. Une chose est sûre, si Koby Altman a la possibilité de faire potentiellement transition à la mène et avoir une pépite comme Trae Young à développer, il sautera probablement dessus. Pour les Knicks, il faudrait donc qu’un mini-miracle prenne place, avec un Collin Sexton montant d’une place, un coup de hype poussant une franchise à prendre Young afin que New York choisisse un joueur plus « safe » des deux côtés du terrain, ou que tous les GM soient bourrés le 21 juin.

Trae Young à New York, ce n’est pas hors de question mais le chemin sera long et les planètes devront toutes être alignées pour que cela se fasse. Ce qui se produit typiquement le soir de la Draft.

Source : The Ringer

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top