Rockets

Chris Paul va serrer les dents : légère alerte au mollet, ça ne l’empêchera pas de jouer le Game 4

chris paul

Une défaite de 41 pions, ça laisse forcément des traces…

Source Image : Youtube

Après douze ans de travail acharné en NBA, Chris Paul a mis fin à la malédiction du second tour en ralliant ses premières finales de Conférence Ouest. C’est pourquoi il ne laissera aucune douleur le stopper sur son chemin, et fera tout pour nous éviter un autre Cavaliers – Warriors en Finales.

Le Game 3 de dimanche soir à l’Oracle Arena, remporté 126-85 par les hôtes d’Oakland, n’a pas seulement laissé une trace dans le mental des Rockets. Au-delà de la branlée infligée aux Texans, ce sont les corps qui ont été marqués, notamment celui de leur meneur All-Star, CP3, qui a ressenti une légère douleur au mollet gauche durant la rencontre. Pas forcément à son avantage lors de la défaite insultante des siens (comme la plupart de ses coéquipiers en fait), Chris était loin d’être à 100% physiquement pour stopper les assauts répétés de Stephen Curry, qui a finit à 30 points ce soir-là. Cependant, aucune douleur ne pourra stopper le Point God dans sa chasse aux Finales, ce qu’il a d’ailleurs confié hier à Tim McMahon d’ESPN :

Pas de souci a priori pour sa présence au Match 4, ce soir, mais Chris ferait bien de se creuser le cerveau. Car la défaite du Game 3 n’en était pas seulement une : elle fut humiliante. L’écart de 41 points au score final constituait non seulement la victoire la plus large de l’histoire des Warriors en Playoffs, mais aussi la plus grosse fessée de Houston ever en postseason. Si l’on sait que la forteresse de l’Oracle est imprenable depuis 16 matchs de Playoffs, il faudrait au moins se bouger un peu le cul, et montrer qu’un bilan de 65-17 ne s’obtient pas en déjouant à ce point là. CP3 n’était lui-même pas dans son assiette dimanche, compilant une ligne de stat à l’image de son équipe, à 13 points à 5/16 au shoot, et seulement 4 assists. Douleur au mollet certes, mais il doit step up au match suivant, sous peine d’accuser un retard de deux victoires sur ses rivaux californiens. Si tu sais pas comment jouer sur une jambe mon Paulo, passe donc un coup de fil à Isiah Thomas, il t’expliquera la technique.

On espère voir un Chris Paul en pleine possession de ses moyens cette nuit, capable de crosser Steph comme il a su le faire dans les deux premiers matchs de la série. En tout cas Fruit ne veut pas utiliser l’excuse de la blessure pour justifier ses performances, et c’est tout à son honneur.

Source texte : Tim McMahon, ESPN

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top