Knicks

David Fizdale entame le chantier à New York : tout commence par sa relation avec Kristaps Porzingis

David Fizdale

Les vacances, c’est pour les autres.

Source image : YouTube

Arrivé à New York le 3 mai dernier, David Fizdale prend son nouveau rôle très à cœur. Les missions ? Connaître son franchise player et cerner ses objectifs pour ensuite s’aligner avec le reste de l’équipe. Le programme est chargé.

Sans coach depuis le licenciement de Jeff Hornacek et à l’issue d’une nouvelle saison sans voir les Playoffs, les Knicks décidaient de faire confiance à David Fizdale. Force est de constater que l’ancien assistant de Spoelstra attaque plein pot sa mission dans la Grosse Pomme. Après avoir déjà annoncé vouloir voyager en Lettonie pour rencontrer Kristaps Porzingis, l’ex-entraineur des Grizzlies veut continuer son opération séduction. Après une expérience ratée avec Marc Gasol, le coach de 43 ans sait qu’une bonne entente avec son franchise player est essentielle pour commencer l’aventure à New York. Il faut que les deux mentalités matchent pour que l’émulation soit au maximum pour commencer au mieux la nouvelle histoire. C’est ainsi qu’il souhaite instaurer un cadre dans lequel KP pourra pleinement s’épanouir.

« Je veux qu’il quelque chose de spécial quand il revient ici. Je veux qu’il ressente qu’une vraie culture de la gagne a été mise en place. […] Mon objectif principal cet été est de vraiment tisser des liens avec lui pour avoir ses impressions, ce qu’il ressent, ce qu’il a aimé, ce qu’il n’a pas aimé, ce qu’il aimerait voir. Quels sont ses objectifs ? Est-ce qu’il se voit comme un gars qui peut être MVP un jour ? Meilleur défenseur de l’année ? Je veux entendre tout cela et partager avec lui ma vision sur la façon de l’y amener. »

A l’image d’un Popovich avec Tim Duncan, Fizdale va passer du temps seul à seul avec son franchise player pour échanger, le comprendre et lui inculquer la mentalité qu’il souhaite appliquer aux Knicks. Pour paraphraser Pop, quand ta star accepte ton coaching, les autres se taisent et suivent. On leur souhaite là même relation et surtout la même réussite. Toujours en rééducation suite à sa rupture des ligaments croisés du genou gauche, le Letton de  22 ans représente l’avenir de la franchise. Le nouveau coach de NY a besoin d’un pilier pour ensuite travailler sur l’effectif jeune de la franchise mythique. En effet au-delà de la mentalité de jeu qu’il avait déjà annoncée et de l’importance du franchise player, le natif de Los Angeles veut développer ses jeunes déjà présents dans l’effectif et ceux qui arriveront lors de la prochaine Draft. L’ancien technicien de Memphis commencent déjà à bosser sur le neuvième choix des Knicks et sur les joueurs qu’il souhaite rencontrer avant le 21 juin prochain, une toute nouvelle expérience pour lui qu’il confie à Al Iannazzone de Newsday :

« Regardez les joueurs qui étaient prévus dans ces eaux-là à la dernière Draft, cela représente beaucoup de talent. […] Ces gars ont un excellent modèle sur la façon dont nous allons attaquer cela. Ils m’impliquent dans le processus et me permettent d’apprendre. Je n’ai jamais vécu le processus d’entrevue de cette manière auparavant. […] Le but est de voir comment les questions sont orientées vers notre vision et savoir quel joueur correspond à cette vision, je pense que nous finirons par trouver un très bon joueur de basket-ball. »

L’entraineur qui attaquera seulement sa troisième saison à la tête d’une franchise s’éclate et continue d’apprendre toutes les ficelles du métier. S’il a appris auprès d’un des coach les plus réputés actuellement en la personne d’Erik Spoelstra, David Fizdale doit se faire sa propre expérience sur toutes les missions qu’implique sa position de head coach comme le fait d’étudier minutieusement les profils de Draft. L’utilisation de la jeunesse est primordiale mais il faut aussi du vieux briscard pour encadrer tout ça. Un rôle que pourrait avoir Enes Kanter. En fin de contrat, le pivot turc ne sait pas encore quoi faire cet été, Fizdale, lui, est confiant sur ce sujet.

« Aujourd’hui, il est avec nous. C’est comme ça que je le vois. C’est un Knick. Jusqu’à ce qu’on me dise le contraire. […] Il pourrait blaguer mais il semble très excité et il attend vraiment avec impatience ce nouveau départ. C’est un joueur d’enfer et il correspond à l’aspect de dureté dont nous parlions. »

Le nouveau coach des Knicks a du pain sur la planche, il le sait mais il prend sa mission avec excitation et un enthousiasme démesuré. Connu pour avoir un caractère bien trempé, le bonhomme veut inculquer des valeurs au jeune groupe de New York. Pour cela, il faut continuer de séduire Kristaps Porzingis et se baser sur des joueurs de caractères et identitaires comme Enes Kanter. Si tout cela fonctionne, la franchise aux deux bannières pourrait retrouver ses lettres de noblesses. Trust The Knicks Process !

Source texte : Newsday

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top