Raptors

Nick Nurse favori pour reprendre le banc des Raptors : Toronto cherche une nounou pour s’occuper des gosses

Nick Nurse

Qui de mieux qu’un disciple de Dwane Casey pour se faire ressortir par LeBron lors des Playoffs prochains ?

Source image : YouTube

Après avoir appris le souhait de Mike Budenholzer de rejoindre les Milwaukee Bucks, le management de Toronto va devoir se trouver un nouveau favori pour coacher ses joueurs l’année prochaine. Si les noms de Jerry Stackhouse ou Rex Kalamian circulent dans les couloirs, c’est bien Nick Nurse, assistant au Canada depuis 2013, qui serait le mieux placé pour reprendre les rênes de l’équipe.

On n’est jamais mieux servi que par soi-même, comme dit le proverbe (ou Kobe). C’est la façon de penser que semblent privilégier les Raptors pour asseoir un nouveau coach sur leur banc la saison prochaine. Après le licenciement de Dwane Casey suite au sweep insultant contre les Cavs, on aurait pu penser que Masai Ujiri, le GM de Toronto, renouvellerait tout son staff, pour repartir de zéro et rebâtir de nouvelles bases. Ce n’est semble-t-il pas dans les plans de la maison. Selon Josh Lewenberg de TSN Sports, c’est Nick Nurse, assistant coach des Raptors depuis 2013, qui pourrait arborer la casquette de coach l’an prochain :

Trois noms ressortent donc du lot. D’abord Jerry Stackhouse, l’ex futur Michael Jordan passé notamment par les Pistons, puis Rex Kalamian, lui aussi assistant coach aux Raptors depuis 2015, et enfin celui qui a le plus de chance, a priori, de se voir nommé : Nick Nurse. Bien que Rex et Jerry soient des candidats sérieux, Nurse bénéficie sûrement de son expérience déjà conséquente au coaching. En effet, le tacticien a entraîné divers clubs anglais durant 12 ans, passant par Brighton, Manchester ou Londres. Un peu le Jose Mourinho de la NBA. Mais ce qui intéresse d’autant plus, ce sont ses passages en D-League, désormais G League. Après son trip européen, il traversa l’Atlantique pour entraîner tour à tour les Iowa Energy et les Rio Grande Valley Vipers. Il remporta dans ce laps de temps, entre 2007 et 2013, deux titres de champion de D-League ainsi qu’une distinction de Coach de l’Année en 2011. Il abandonnera ensuite la Ligue de Développement pour rejoindre les Raptors, et ainsi œuvrer à faire revivre les dinos pour qu’ils deviennent ce qu’ils sont aujourd’hui. Car même après le coup de balai de monsieur LeBron James, il ne faut pas oublier que Toronto vient d’accomplir une très grosse saison, à 59 wins, record de franchise, et que Nick n’y est pas étranger. Il y est d’ailleurs pour beaucoup dans le changement de plan de jeu de la bande à DeRozan durant l’été, plus collectif et moins axé sur l’isolation.

Masai Ujiri privilégierait donc la loyauté, l’ancienneté et la continuité dans sa petite entreprise, en donnant vraisemblablement sa chance à un mec qui connait la maison. Attention à ne pas trop se trimbaler le spectre des échecs en Playoffs cependant, et à se renouveler un tant soit peu pour que les déconvenues soient moins fréquentes. Sour

Source Texte : Josh Lewenberg, TSN Sports

1 Comment

1 Comment

  1. Zarokh

    18 mai 2018 à 15 h 33 min at 15 h 33 min

    A mon avis c’est pas le moment de casser le groupe des raptors, Casey était criticable comme coach certe. Mais le viré et les rumeurs de transfère de DeRozan. Ca valait le coup de retenter une saison avec le même groupe, vu le temps que ça a pris pour le construire. Les Raptors vont dans le mur.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top