Rockets

Les Rockets ont le meilleur petit lineup de la Ligue selon P.J. Tucker : ça se chauffe gentiment avant le Game 3

P.J. Tucker

Une ligne de stats à 22 points à 8/9 au shoot, ça fait pousser des ailes.

Source Image : Youtube

Après la guerre du terrain, c‘est maintenant avec les mots que les joueurs veulent frapper. P.J. Tucker, le pitbull des Rockets, a ainsi affirmé après la victoire des siens au Game 2 (127-105) que le petit cinq proposé à certains moments du match par Houston était le meilleur de toute la NBA. Petit pic aux Warriors, avant d’aller se foutre sur la gueule à Oakland.

Décidément, une victoire contre Golden State fait pousser des ailes dans le Texas. Plus tôt dans la saison, Clint Capela y allait déjà de sa petite provocation. De quoi nourrir un peu plus la rivalité entre les deux tauliers de la Conférence Ouest. Celui qui, pas plus tard qu’hier au micro de Sam Amick de USA Today, a rajouté de l’huile sur le feu n’est autre que P.J. Tucker. Auteur de 22 points à 5/6 du parking lors de la victoire des Rockets au Game 2, il s’est permis cette petite sortie concernant le small ball pratiqué par les deux équipes :

C’est mon lineup préféré. On a le sentiment que nous sommes les meilleurs à ce petit jeu, quand nous jouons petit. On a l’impression que personne ne peut faire ce que l’on fait. Vous voulez jouez petit ? D’accord, très bien. On va jouer petit aussi. Et comme je le disais, notre cinq small ball est le meilleur de la Ligue. »

Le small ball, tendance actuelle dans la NBA, a été instauré par plusieurs coachs à des époques différentes, et avec plus ou moins de réussite. Don Nelson à l’époque de l’épopée We Believe déjà à Oakland, Erik Spoelstra en calant Chris Bosh en pivot dans le Big Three composé avec LeBron James et Dwyane Wade… Puis Steve Kerr est arrivé à San Francisco, pour mettre en place l’un des cinq les plus destructeurs de l’histoire. Souvent utilisé dans le dernier quart, le « Death Lineup » comme il est appelé, s’est composé tout d’abord de Stephen Curry, Klay Thompson, Harrison Barnes, Andre Iguodala et Draymond Green. Enlevez maintenant Barnes et rajoutez Kevin Durant, vous obtenez le cinq majeur actuel des Warriors. Conçu pour courir, fatiguer l’adversaire, shooter de partout et switcher sur tous les écrans en défense, cette formation « petite » est très efficace et a réussi à complètement changer le jeu pratiqué en NBA. De plus en plus de franchises raffolent de cette méthode, s’inspirant de ce que Steve Kerr a mis en place. Si bien que les équipes concurrentes pour le titre s’alignent sur le plan de jeu des gars de la Baie pour tenter de les contrer. C’est ce qu’a fait Houston à l’intersaison, en bâtissant une équipe clairement conçue pour battre les Warriors.

Ainsi, Mike D’Antoni s’est appliqué durant toute la saison à mettre en place un cinq capable de contrer le Death Lineup de Golden State, et il semble enfin avoir trouvé la formule : Chris Paul, James Harden, Eric Gordon, Trevor Ariza et P.J. Tucker. Si Luc Mbah a Moute et Ryan Anderson s’y sont également essayés, c’est avec ces gars que les Texans ont creusé l’écart dans le Match 2, et ont réussi à imposer la dureté physique et la réactivité suffisante pour battre les guerriers à leur propre jeu. Pas de Clint Capela pour protéger l’arceau, mais des morts de faim sur l’homme, qui ont fait déjouer la plupart des systèmes annoncés par Curry. Adaptation parfaite de la part de D’Antoni, qui emporte la confiance avec lui à l’Oracle Arena.

Reste à voir si Steve Kerr va, comme souvent, s’ajuster à ce lineup en lançant un pivot capable d’apporter un point de fixation dans la peinture, et accessoirement capable de blesser certains des meilleurs joueurs adverses. Coucou Zaza, ça fait longtemps qu’on ne t’as pas vu !

Source texte : USA Today

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top