Playoffs NBA

Preview Celtics – Cavaliers, le duel des pivots : Aron Baynes vs Kevin Love, c’est Karine Le Marchand qui régale

L'Amour est dans le pré

You’re beautiful, it’s trou.

Source image : youtube

Troisième épisode de notre série de previews poste par poste, quelques heures avant le premier match d’une série qui devrait nous tenir en haleine comme Lily, Woody ou Tony. Don’t worry, la confrontation entre Celtics et Cavs sera forcément plus intéressante que nos blagues, la preuve avec ce cinquième focus entre deux bonnes bestioles au jeu néanmoins diamétralement opposé. Un pivot qui n’aime rien de moins que de masser les côtes de ses adversaires côté Celtics, et un pivot par défaut dont la spécialité se trouve plutôt du côté du parking. Allez, l’Amour est dans le pré.

On termine ce starting five avec la baston des pivots. Quelques incertitudes cependant, puisque si Tyronn Lue pourrait privilégier Tristan Thompson dans le cinq et décaler Kéké à son poste de prédilection, Brad Stevens pourrait pour sa part relancer un Marcus Morris en manque de confiance et ainsi faire sauter Baynes du 5 au profit d’Al Horford qui récupérerait la place du phare. On se calque néanmoins sur ce qu’ont offert les deux coachs sur les derniers matchs et on part sur cette bonne bagarre boueuse entre deux joueurs durs au mal et dont les coudes devraient s’entrechoquer une fois ou deux dans la série…

#Aron Baynes

La première sensation qui nous traverse quand on voit jouer Aron Baynes ? L’impression qu’il est un Celtic depuis la naissance. Fighting spirit et grain de folie qui va bien, rouquinerie assumée et look de hipster, regards de cannibale et trashtalking, l’ancienne femme de Blake Griffin a tout ce qu’il faut en magasin pour faire kiffer le Garden dont il est très vite devenu l’un des chouchous. Il ne sera peut-être jamais Hakeem Olajuwon mais ses points sont précieux, ses box-outs sont sanguinolents et il s’est même acheté… un tir à 3-points depuis le début des Playoffs. 2/3 du parking dans la série face aux Bucks, 7/16 contre les Sixers, plutôt pas mal pour un mec qui aura attendu le 31 mars pour inscrire son premier panier primé de la saison. Une corde intéressante de plus à son arc de guerrier, lui qui se fera un malin, plaisir à enflammer cette finale de Conférence, au propre comme au figuré. Le soldat vrai.

Ses stats face aux Cavs cette saison :

  • 17/10/17 : 6 points, 5 rebonds et 1 contre en 19 minutes
  • 03/01/18 : 6 points et 6 rebonds en 17 minutes
  • 11/02/18 : 2 points et 4 rebonds en 13 minutes

#Kevin Love

22 matchs ratés en cours de saison mais Keke l’Amour est bel est bien présent pour cette Finale de Conf’. Tantôt utilisé en 4, c’est beaucoup mieux, ou au poste 5 quand le coach d’en face joue petit, Kevin Love est sans cesse tiraillé entre le rôle du parfait lieutenant et une impression de gâchis de voir un joueur avec autant de talent réduit au simple rôle de sous-fifre de LeBron. Capable de prendre 18 rebonds un lundi et de planter dix flèches du parking deux jours plus tard, l’ancien Loup a du talent plein les mains mais le montre malheureusement trop rarement. Ses moindres faux-pas servent de paire de ciseaux à ses détracteurs, mais Love reste avant tout un merveilleux joueur, le genre de mec qui peut faire passer Cleveland d’équipe moyenne à favorite au titre. Capable de défendre même si beaucoup en doutent, c’est de sa forme notamment don dépendra le résultat de cette série. Un Love à 20 points et 12 rebonds de moyenne avec trois ou quatre bombas par match, voilà ce qu’il faudra aux Cavs pour se défaire des C’s. Et Keke en est grandement capable.

Ses stats face aux Celtics cette saison :

  • 17/10/17 : 15 points et 11 rebonds en 28 minutes
  • 03/01/18 : 2 points, 5 rebonds et 2 contres en 21 minutes
  • 11/02/18 : DNP

Et du coup, l’avantage, il est pour qui ?

Avantage Love bien sûr, on parle quand même d’un mec qui collectionnait encore les 40/20 il y a de ça quelques années. Aron Baynes tentera probablement de lui rentrer dans le lard et dans la tête, mais niveau talent la photo n’a pas lieu d’être. Le hustle est du côté Celtic, et encore, mais bon courage au pivot australien pour suivre Keke quand il commencera à aller rôder derrière la ligne à 3-points.

Voilà pour cette cinquième opposition, entre deux hommes aux allures d’agriculteurs mais chacun propriétaires de sacrés qualités basket. Deux hommes qui ne se croiseront pas forcément beaucoup sur le parquet mais qui sont pressentis pour débuter les matchs de cette série au poste de pivot, deux hommes dont les missions ne seront évidemment pas les mêmes, mais deux hommes sur qui l’attention sera toutefois portée dès ce soir. Allez, you’re beautiful, it’s true.

Et retrouvez aussi :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top