Playoffs NBA

Preview Celtics – Cavaliers, le duel des ailiers : Jayson Tatum vs Kyle Korver, le choc des générations

Kyle Korver vs Jayson Tatum

D’un côté le quatrième meilleur sniper de l’histoire du game, de l’autre l’un des futurs cracks de la Ligue. Faîtes vos jeux !

Source image : montage TrashTalk via Youtube

Troisième épisode de notre série de previews poste par poste, quelques heures avant le premier match d’une série qui devrait nous tenir en haleine comme Lily, Woody ou Tony. Don’t worry, la confrontation entre Celtics et Cavs sera forcément plus intéressante que nos blagues, la preuve avec ce troisième focus entre un jeune joueur qui s’annonce comme l’une des futures stars de la Ligue et un sniper qui a mathématiquement l’âge d’être… son père. Allez, choc des générations.

On enchaîne donc avec une match-up entre deux hommes issus d’une époque différente… et d’un moule différent. D’un côté l’un des meilleurs artificiers de l’histoire de la Ligue, rien que ça, et de l’autre celui qui pourrait en être l’un des meilleurs joueurs tout court durant les quinze prochaines saisons minimum. Le feu contre la glace, la crèche face à la maison de retraite..

#Jayson Tatum

Si Terry Rozier fut le MVP de la série face aux Bucks, Jayson Tatum en est celui des demi-finales contre Philly. 23,6 points, 3,4 rebonds et 3,2 passes à plus de 52% au tir, plutôt pas mal pour un rookie, qui plus est dans une équipe où le collectif prime sur la performance individuelle. Longtemps dans l’ombre du phénoménal duel entre Donovan Mitchell et Ben Simmons pour le trophée de Rookie Of the Year, c’est bel et bien Jayson qui leur fait la nique aujourd’hui en se retrouvant en Finales de Conférence alors qu’il vient à peine de fêter ses vingts piges et qu’il est pourtant – déjà – l’un des leaders de sa franchise. Aussi adroit qu’un horloger , capable de déployer des lianes n’ayant rien à envier à Giannis Antetokounmpo, proprio d’un footwork de rêve et d’une collection de moves déjà bien remplie, Jayson est l’archétype du basketteur de notre époque. Et si ça commence à faire beaucoup de compliments, dîtes-vous… que ça ne fait que commencer.

Ses stats face aux Cavs cette saison :

  • 17/10/17 : 14 points, 10 rebonds et 3 passes en 37 minutes
  • 03/01/18 : 15 points, 5 rebonds et 2 passes en 30 minutes
  • 11/02/18 : 9 points, 2 rebonds, 1 passe et 1 steal en 27 minutes

#Kyle Korver

Dans la famille rien à voir avec sa match-up du jour, je voudrais Kyle Korver. Physique de décathlonien à défaut d’être un freak, hygiène de vie parfaite, ressemblance patentée avec l’acteur Ashton Kutcher et protège-dents bien vissée sur la mâchoire sont les particularités de cet homme. Sa particularité dans le game ? Quinze saisons au plus haut niveau et quasiment pas une seule en dessous des neuf points de moyenne, un All-Star Game (volé) en 2015 et surtout… presque 2500 bombes du parking rentrées en carrière, une folie faisant de lui le quatrième plus grand artificier de l’histoire derrière Reggie Miller, Ray Allen et Jason Terry. Catch, shoot, catch, shoot, on dirait une reprise de cette bonne daube de L’artiste mais il faut y voir pour y croire. Le mec dégaine à la vitesse de la lumière et rentre à peu près la moitié de ses tirs s’il vous plaît. Rajoutez à cela une défense plus que correcte sur l’homme et vous obtenez le lieutenant parfait pour LeBron, puisque c’est tout ce que l’on demande en 2018 à un joueur des Cavs.

Ses stats face aux Celtics cette saison :

  • 17/10/17 : 0 point en 7 minutes
  • 03/01/18 : 15 points et 3 rebonds en 26 minutes
  • 11/02/18 : 3 points, 2 rebonds, 2 passes et 1 contre en 16 minutes

Et du coup, l’avantage, il est pour qui ?

Celui-là on le donne à Jayson Tatum, pour la variété déjà énorme de ce qu’il peut nous proposer. Avec un petit bémol cependant sur le manque d’expérience à ce niveau, alors que son adversaire commence à en avoir vu d’autres. mais dans les stats comme dans l’influence éventuelle sur le résultat, Jayson doit dominer Kyle. Et c’est une obligation pour les Celtics.

Voilà pour cette seconde opposition entre deux hommes frappés par un méchant choc des cultures. D’un côté Snapchat et les I-Phones, de l’autre les Tamagoshi et les cabines téléphoniques, mais deux hommes dont l’adresse et la forme globale décidera peut-être d’un ou deux matchs de la série. Allez, father and son, et la bise à Cat Stevens.

Et retrouvez aussi :

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top