One-on-One

LeBron James et les Finales de Conférence : une histoire d’amour presque ininterrompue depuis 12 ans

LeBron James

FDC + LBJ = <3

Source image : NBA League Pass

Ce soir à 21h30, les Finales de Conférence Est entre Celtics et Cavaliers démarreront par un Game 1 disputé sur le parquet mythique du TD Garden à Boston. Un joueur non moins mythique sera sur les planches en cette occasion. Un joueur qui s’apprête à disputer sa dixième Finale de Conférence sur les douze dernières saisons. Un joueur dont la seule évocation du nom peut suffire à faire frémir, de peur ou de plaisir, une arène de basket : LeBron James, le King incontesté de la NBA actuelle et depuis un bon bail.

Pour la huitième fois de suite et la dixième fois en douze ans donc, LeBron James va participer à une série de Finales de Conférence. Toujours à l’Est, son royaume. La première fois que BronBron est allé en Finale de Conférence, c’était en 2007. Il avait 22 ans et ce n’était que sa deuxième campagne de Playoffs. Cela ne l’a pas empêché de proposer une ligne de stats très sérieuse avec 25,7 points, 9,5 rebonds, 8,5 passes décisives et 2,7 interceptions de moyenne sur les six matchs de la série face aux Pistons. Série que les Cavs vont remporter (4-2) – dans le sillage de leur ailier ultra dominant – pour goûter aux premières Finales de leur histoire. Un sweep bien sec attendra Cleveland face aux Spurs d’un Tony Pi intenable mais pour le roi LeBron ce n’était que partie remise. Et revenir à ce niveau de la compétition va devenir une obsession.

« La saison régulière est une épreuve en elle-même. Ce n’est pas la course la plus rapide, c’est plus un marathon. En Playoffs – si vous réussissez suffisamment pour faire les Playoffs – c’est plus de l’ordre du sprint. Vous devez vous concentrer sur un adversaire. Quand vous en avez fini, vous devez vous concentrer sur un autre. » – Jerry West

Voici des paroles que LeBron James respecte à la lettre depuis qu’il est en NBA et notamment depuis 2007. En 2008 et en 2010, les Playoffs vont s’arrêter en demi-finale de Conférence contre les Celtics pour l’enfant d’Akron mais sinon c’est un carton plein avec au minimum une série de Finale de Conférence à l’actif de l’équipe emmenée par le King que ce soit à Cleveland (2007, 2009 et depuis 2015) ou à Miami (de 2011 à 2014). Oui, au minimum car en fait, mis à part en 2009 – avec cette série perdue en 6 contre le Magic de Dwight Howard, Rashard Lewis et Hedo Turkoglu malgré un James monstrueux (38,5 points, 8,3 rebonds, 8 passes décisives de moyenne) – LeBron est toujours  sorti de l’Est pour filer vers les Finales. Il faut dire que le bonhomme ne lésine pas sur son activité et ne rechigne pas à remplir les colonnes de stats quand il s’agit d’asseoir sa domination sur SA Conférence. Car l’Est c’est chez lui comme en atteste le tableau ci-dessous qui présente les moyennes du King sur les 52 matchs de Finales de Conférence qu’il a disputés en carrière :

Source : statmuse.com

Source : statmuse.com

Lourde la ligne de stats du bestiau ! Il est sur une série de huit Finales de Conférence d’affilée en comptant celles qui démarrent ce soir. Et il peut tout à fait se retrouver à jouer ses huitièmes Finales consécutives dans une dizaine de jours ! Pour trouver une telle série, il faut ni plus ni moins remonter aux Celtics de Bill Russell (10 Finales d’affilée de 1957 à 1966). C’est très certainement un objectif qui fait partie de ceux que LeBron peut se fixer. Car nous parlons bien ici d’un type qui est en train de tellement banaliser l’extraordinaire que cela ne nous surprend même plus de comparer ses performances et ses records avec ceux des années 50 ou des années 60. Une époque où la NBA n’avait rien à voir avec ce qu’elle est aujourd’hui. D’autant plus que si les Cavs se sont baladés en Playoffs l’an dernier en sweepant les deux premiers tours, on pensait que tout allait être plus compliqué quand on a vu les efforts que James a dû fournir pour se débarrasser des Pacers. Et puis, tout est rentré dans l’ordre quand il s’est agit de dresser les Dinos, une fois de plus. Le ballon dans une main et le balai dans l’autre, LeBron s’est occupé de faire sa loi dans le Nord pour avancer tranquillement jusqu’au plus haut niveau du tournoi à l’Est.

Ce sont désormais les Celtics qui vont se présenter face au roi et ses Cavs. L’an dernier, au même stade et avec une équipe totalement différente de celle de cette année, les Verts n’avaient rien pu faire d’autre qu’arracher une victoire et se faire sortir en cinq matchs. Pourront-ils faire mieux en 2018 ? Pas évident parce que depuis que LeBron a en quelque sorte vaincu le TD Garden en 2012, il a fait de l’arène verte une de ses salles de bains préférées. Souvenez-vous, c’était un Game 6, véritable tournant de la série, que BronBron a tout simplement écrasé d’une performance inoubliable : 45 points, 15 rebonds et 5 passes décisives. Victoire, série à 3-3 et qui retourne à Miami pour être remportée par le Heat qui sera champion dans la foulée… Voilà ce que l’héroïque escouade dirigée par Brad Stevens va devoir affronter à partir de ce soir.

LeBron James lui, va aborder cette série avec la confiance, la sérénité et l’aisance qui le caractérisent. Et avec un unique objectif : aller en Finales NBA pour la neuvième fois de sa carrière pour tenter, une nouvelle fois, d’ajouter une bague de champion à son palmarès de roi.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top