Defensive Rankings

Défenseur de l’année : les votes de la rédaction pour le trophée

Défenseur de l'année 2018 - Rudy Gobert

Cette fois-ci c’est la bonne pour Rudy.

Source image : montage pour TrashTalk par Léonce de TBNL

Ils ont régalé tout au long de l’année, pris un minimum de paniers sur la tronche et doivent être félicités avec autre chose qu’un simple bravo. Le Defensive Player Of the Year, c’est un trophée pour l’élite des stoppeurs, et ils sont nombreux à avoir fait le job cette saison. Pour qui voter ? La rédaction donne ses réponses.

Et d’ailleurs, comme d’habitude, vous connaissez le principe : le but est de partager tous ensemble nos avis, pas uniquement les catapulter pour ne rien avoir en retour. On attend donc vos propres votes, avec votre petit texte et ce qui vous rend sûr et certain de votre choix. Sans plus attendre, voici les génies du jour.

___

David : Rudy Gobert

Est-ce le chauvinisme qui parle ? Peut-être. Mais qui peut nier les arguments en faveur du Français ? Meilleur defensive rating individuel de la Ligue, fer de lance de la seconde meilleure défense NBA, il a surtout eu un énorme impact dans ce secteur lors de son retour de blessure, changeant drastiquement le visage du Jazz.

Ben : Rudy Gobert

Un peu de chauvinisme parfois ça ne fait pas de mal, d’autant que le pivot du Jazz n’en a même pas franchement besoin. Déjà passé tout proche l’année dernière, son seul point faible concerne la colonne des matchs manqués. Mais on ne choisit pas de se blesser et lorsqu’il est la, Rudy est tout simplement le leader défensif de la deuxième meilleure D de toute la NBA. Seulement devancé par Anthony Davis au nombre de blocks de moyenne, il est une vraie tour dissuasive pour les attaquants adverses comme on a encore récemment pu le voir face au Thunder lors du premier tour des Playoffs.

Alexandre : Rudy Gobert

Quel autre joueur impacte autant la défense d’une équipe ? Avec le retour de son français fin janvier, le Jazz a non seulement pu enfiler les victoires pour remonter au classement mais l’escouade de Quin Snyder a aussi rattrapé les Celtics au niveau du ratio défensif pour finir premier ex-aequo. Ensuite, il est vrai que Rudy n’a joué « que » 56 matchs par rapport par exemple à un Al Horford mais c’est bien le seul indicateur chiffré qui soit en faveur du celte. Le « defensive box plus minus » ou autre « Defensive Win Shares » ou encore les stats moins avancées comme les rebonds et les contres sont largement en faveur du pivot du Jazz. Sans compter le nombre de tirs sur lesquels Gobzilla influe…

Giovanni : Rudy Gobert

Allons enfants de la patrie, le jour de succéder à Joakim Noah est arrivé. Oui il a raté un paquet de matchs, mais quand on voit le step-up du Jazz à son retour en janvier on oublie tout non ? Et puis qui d’autre peut franchement être aujourd’hui considéré meilleur que Rudy au niveau de la dissuasion défensive ? Al Horford, Paul George, Joel Embiid ne sont pas loin mais quand on est le phare de la deuxième meilleure défense de la Ligue, on est DPOY épicétou. Ça fait quand même quelques saisons qu’il s’en rapprochait, alors cette fois-ci c’est la bonne.

Hugo L. : Rudy Gobert

Pas de patriotisme, mais de simples faits. Le retour de Rudy a été déterminant dans le run du Jazz pour aller en Playoffs en fin d’année. N’ayant pas perdu son rôle d’épouvantail durant sa période de blessure, le Français a été le patron de l’équipe qui autorise le moins de points par match à ses adversaires en NBA, rien que ça. Ajoutez à cela le titre officieux de deuxième meilleur contreur de la Ligue, et vous obtenez un Rudy enfin reconnu à sa juste valeur : celle de meilleur défenseur de l’année.

Mathieu : Rudy Gobert

« Allons, enfants de la Patrie…» oups ne nous emballons pas. Mais force est de constater que l’intérieur mérite amplement ce titre. Leader défensif de la meilleure équipe dans ce domaine, son retour a permis au Jazz de faire son run pour les playoffs. Une série de 29 victoires et 6 défaites entre le 19 Janvier et la fin de régulière basée sur une défense de fer dont le français n’est pas étranger. Déjà candidat dans la même catégorie l’an dernier, l’intérieur est toujours aussi dissuasif et efficace de son côté du terrain avec 2,30 contres par match.Bref, pour l’année passée et celle-ci, il est de rigueur de récompenser Rudy et le Jazz pour leur défense !

Émile : Rudy Gobert

Tiens, ça fait trois personnes du Jazz que je sacre. Et bah tant pis, c’est mérité. Blessé plusieurs fois dans la saison, il est revenu et a assuré. Depuis son retour, le Jazz est tout simplement premier dans quasiment toutes les statistiques défensives. Il a un énorme rôle dans la qualification du Jazz en Playoffs. Parce que quand tu veux pénétrer et que tu vois Gobzilla dans la raquette, tu préfères revenir en arrière.
Allez, Marseillaise.

Hugo C. : Rudy Gobert

Quels autres joueurs ont une influence sur les systèmes de leurs adversaires ? Ils sont très peu nombreux. Si Rudy affiche la très belle moyenne de 2,3 contres de moyenne par match, il est également le leader de la deuxième meilleure défense de la ligue. Et le scénario joue en sa faveur. Devancé de justesse l’année dernière par Raymond Vert, Gobzilla semble mené la danse dans la course au défenseur de l’année. Ok, Gobert a ouvert sa bouche bon nombre de fois cette saison pour faire savoir qu’il était le « joueur le plus impactant en défense » mais on ne peut pas vraiment lui donner tort.

Bastien : Rudy Gobert

Une course très ouverte, car sans véritable favori, mais Rudy l’emporte au finish pour des raisons qui semblent assez évidentes. Leader défensif d’une des meilleures équipes NBA dans sa moitié de terrain, Gobert est la pièce maîtresse du Jazz et son absence s’est clairement ressentie dans les résultats des siens. C’est simple : depuis son retour à la compétition fin-janvier, Utah a été l’équipe la plus dominante de la Ligue au niveau des résultats et cela commençait par le taf monstrueux du tricolore sous les arceaux. Paul George, Draymond Green, Joel Embiid et compagnie : merci mais non merci.

Vous l’avez compris, tout le monde ici a l’air plutôt d’accord. En espérant une confirmation de nos espérances dans un mois et demi ?

2 Commentaires

2 Comments

  1. Edes

    11 mai 2018 à 18 h 19 min at 18 h 19 min

    Il fait pas la saison au complet et contrairement à d’autres il se concentre uniquement sur les écrans et la défense dans la peinture.

  2. Adrien Von Niederhausern

    18 mai 2018 à 17 h 49 min at 17 h 49 min

    🤣🤣🤣 rudy gobert il est tout pourri, il s’est fait défoncer par capela en demi de conférence et en plus blessé la moitié de l’année.Vos « journalistes » regardent la nba?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top