Sixers

Les Sixers ont pu retrouver leur Dario Saric préféré : le retour du Croate, clé de la série pour Philly ?

Dario Saric
Source : barstoolsports.com montage TrashTalk

Et les héros de ce Game 4 entre Sixers et Celtics furent donc… TJ McConnell et Dario Saric ! Comme prévu, évidemment. Plus sérieusement, ce sont ces derniers qui ont été les grand artisans du retour à 3-1 dans la série face à Boston, et qui seront attendus ce soir dans le Massachusetts. Surtout le Croate.

Une victoire était impérative pour les Sixers lundi soir afin d’éviter le sweep et entretenir l’infime espoir de disputer un Game 7 dans un TD Garden chaud comme la braise. Voilà la première étape de la folle remontada entreprise par Philadelphie franchie. Et la ville de l’amour fraternel peut notamment remercier Dario Saric, dont le réveil est tombé au meilleur moment. Si la plupart de ses coéquipiers ont été bons, c’est surtout le couteau-croate qui a élevé son niveau de jeu avec ses 25 points, 8 rebonds et 4 assists lors du succès 103 à 92 de Philly. D’abord servi au poste, il a été très efficace lorsque ses collègues galéraient un peu en attaque. Une fois le jeu collectif installé, l’ailier fort a pu montrer l’étendue de sa palette offensive. Vous y ajoutez une agressivité digne de Playoffs, quelques filoches bien senties et vous obtenez Super Dario ! Il faut dire que c’était le moment ou jamais de se réveiller pour le douzième choix de la Draft 2014. Timide voire passif depuis le début des demi-finales de conférence, Saric ne trouvait pas ses spots ni son rythme et cela se ressentait dans le jeu des Sixers. Dans ce qui ressemble à un épisode de la saga Mission Impossible, Dario devra clairement reproduire un type de match similaire pour permettre aux siens de réaliser l’impossible. Depuis le premier match contre les C’s où il a signé la belle perf de 0 sur 4 du parking, il a tourné à près de 37 % au shoot. Trop peu pour un joueur qui était dans la discussion du Rookie de l’année passée.

Dario Saric a donc fait le plus grand bien dans ce Game 4, tout comme la pile électrique TJ McConnell qui a signé le meilleur match de sa life : 19 pions, 8 rebonds et 5 caviars. Et quand Ben Simmons ne s’obstine pas à foncer tête baissé vers la défense de fer de Boston, c’est tout le jeu des Sixers qui est bonifié. Avec ses 19 points, 13 rebonds et ses 5 assists, il a également su donner les clefs du camion à un McConnell on fire. Une des seules ombres au tableau, la prestation des snipers de l’équipe. Redick, Belinelli, Covington, Ilyasova, tous maladroits lundi soir, en particulier from downtown : 3 sur 17 au total…! Point noir qui peut laisser de l’espoir pour la suite. Philly ne devrait pas envoyer des briques comme ça sur le ou les prochains matchs, et ce sera justement à Dario de mener la charge en étant efficace sur l’extérieur. Saric a cette particularité d’être aussi bien capable de compléter le taf d’Embiid et Simmons que de dominer le jeu quand on lui en donne la possibilité. Passif, le Croate ne pourra l’être sous peine de voir le schéma des trois premiers matchs se reproduire. Sachant que le TD Garden devrait être aussi hostile que les bonnes vieilles salles de Zagreb, le Homie sera attendu de pied ferme.

Les Sixers se sont offert le droit d’espérer un comeback lors de ce Game 4 plutôt correct dans l’ensemble, mais les enfants de Brett Brown vont devoir à tout prix mieux jouer collectivement pour prolonger un peu plus cette série. Simmons et Embiid au comptoir, évidemment, mais Dario aussi.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top