Pacers

Pour Thaddeus Young, le ciel est la limite de ces Pacers : c’est pas faux vu comment saute Oladipo

Pacers oladipo
Source image : NBA League Pass

Après une brillante saison régulière et des Playoffs accrochés au premier tour, les Pacers croient en leur avenir. C’est, en tout cas, ce que le daron local pense en la personne de Thaddeus Young. L’intérieur est motivé et confiant.

Il y a de quoi gonfler le torse et faire rugir les tracteurs, dans l’Indiana. Désolé, on était obligés d’en caler une dès l’intro. Avec un effectif ultra-complémentaire, des joueurs qui s’apprécient sur comme en dehors des terrains, un jeune leader qui monte en régime et un coach respecté par ses troupes, les Pacers sont en bonne position pour créer une page très intéressante dans la Conférence Est. Annoncés en reconstruction voire en mode tanking il y a quasiment un an, les hommes de Nate McMillan ont défoncé les pronostics et poussé le délire jusqu’au bout : 48 victoires en régulière, 7 matchs contre le LeBron FC, c’est fort. Du coup, malgré la déception d’une élimination assez tôt en Playoffs, la confiance règne chez la plupart des joueurs qui n’ont qu’une seule envie, celle de démarrer la saison suivante. Il suffit de voir Cory Joseph valider sa player option à la vitesse de la lumière et Victor Oladipo demander à son coach perso de le faire bosser dès la fin du Game 7 pour capter que la détermination est commune chez les joueurs d’Indianapolis. Interviewé par Hoopshype, Thaddeus Young a donc pu s’exprimer et faire écho à ce même sentiment. Chez les Pacers, on voit les choses en grand et on pense pouvoir bâtir autour de ce groupe. On écoute le vétéran.

Franchement, le ciel est notre seule limite. Collectivement, on est déjà bons, mais je pense qu’on sera encore meilleurs l’an prochain car on aura une année supplémentaire d’expérience dans notre sac et on ne sera pas une toute nouvelle équipe qui vient de s’assembler. Cette saison, on a fait de notre mieux en apprenant un peu chaque jour et en faisant en sorte que tout le monde soit sur la même longueur d’ondes, et ça a très bien marché. Maintenant qu’on se connaît tous et qu’on a joué ensemble pendant un an, en créant une vraie cohésion d’équipe ? La saison prochaine, cela devrait être 10 fois plus facile. Il n’y a pas beaucoup d’apprentissage et de découverte dont on aura besoin, on peut juste redémarrer là où on s’est arrêtés et se concentrer uniquement sur le fait de progresser.

Il est clair que pour les fans des Pacers, cette saison était aussi surprenante qu’appréciable, et pour les joueurs aussi. Habituellement, les groupes qui vivent un gros transfert (comme celui de Paul George) ont besoin de quelques saisons pour remettre quelque chose en place. Sachant que Kevin Pritchard venait à peine de reprendre les commandes de la franchise, on donnait au patron une ou deux saisons de plus avant de le juger. Pas le temps de traîner, tout ce beau monde a jeté les « habituellement » à la poubelle et a offert une campagne remarquable. Là où les propos de Young sont surtout intéressants, c’est lorsqu’on se penche sur le dossier… de Thaddeus lui-même. Avec une player option de près de 14 millions à prendre pour l’année prochaine, l’ailier-fort parle comme s’il était de retour dans le groupe. Ce qu’on lui souhaite, ce qu’on leur souhaite, et ce dont il a probablement envie, mais on verra comment les choses se dérouleront contractuellement. Le faire de voir Cory Joseph lancer le move a de quoi donner espoir, maintenant Young pourrait tout à fait attendre son tour, voir comment le reste de l’effectif est conservé, puis prendre son blé au même tarif ou un peu plus cher s’il le désire. Il sera intéressant de surveiller son dossier, car mine de rien Thad est un daron d’expérience qui a du volume dans le vestiaire, est respecté par ses jeunes coéquipiers et apporte une dimension polyvalente intéressante à cet effectif. Le perdre ne serait pas « dévastateur », mais ce serait bien chiant de savoir comment le remplacer.

Si le management d’Indianapolis mené par Pritchard parvient à conserver tout ce beau monde, il est clair que la saison prochaine des Pacers sera ultra-excitante. Respectée par LeBron, les Cavs et toute la sphère basket, cette équipe de l’Indiana a de quoi lever la tête.

Source : Hoopshype

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top