Knicks

LeBron James chez les Knicks : il n’aura fallu que 24h pour que les médias new-yorkais prennent feu

LeBron James
Source image : YouTube

David Fizdale recruté pour les 4 prochaines années, le plan médiatique a été parfaitement respecté puisqu’un certain LeBron James a été immédiatement mentionné, quelques heures après l’arrivée du coach. New York, where amazing shit happens.

Il y a des choses qui ne bougeront jamais en NBA, et qui nous rassurent au quotidien. Curry qui met des trois-points de 9m, les Clippers qui chient en demi-finale grand maximum, LeBron qui désosse les Raptors… et les médias new-yorkais qui créent des liens à base de n’importe quoi. Un All-Star qui porte une casquette des Yankees ? Dossier de trois pages dès le lendemain, sur les liens d’enfance qui unissent tel joueur avec la Big Apple. Un phénomène qui passe ses vacances dans la cité qui ne dort jamais ? Paparazzis envoyés dans un fourgon blindé, pour prendre l’intéressé en photo dans une situation douteuse. Telle est la folie qui anime New York City, et qui rend la franchise des Knicks aussi amusante que frustrante. Mais ça, on le sait depuis longtemps, donc il n’y a pas vraiment de surprise sur ces breaking news locales. Ni sur la dernière, signée le NY Post, et qui concerne LeBron James. Agent-libre cet été, le King pourrait tout à fait signer dans une autre franchise, dont celle désormais coachée par l’ancien tacticien des Grizzlies. Mais il n’a fallu « que » l’arrivée de David Fizdale pour que, soudainement, le cap space des Knicks soit pointé du doigt avec apparemment la potentielle place pour signer LBJ. Blindés par les dossiers Kyle O’Quinn et Enes Kanter (23 millions en duo l’année prochaine s’ils prennent leur option), les copains de NYC sont pas en place pour pouvoir recruter LeBron… maiiiis si ces deux cocos deviennent libres, qui sait ?

Et c’est là que la magie new-yorkaise prend place. En fait, apparemment, il suffirait que Boule et Bill – Kanter et O’Quinn – ne prennent pas leur option pour que le management des Knicks fasse une proposition contractuelle à James. No disrespect envers Steve Mills et Scott Perry, leur projet a un début de bonne tête et c’est déjà moins le bordel aujourd’hui que pendant l’intégralité de l’ère Phil Jackson. Mais restons sérieux quelques minutes. La probabilité de voir LeBron signer à New York est équivalente à celle de voir les Raptors sweeper les Cavs sur la série en cours. Le seul moyen qui semblerait véritablement intéressant, pour le King ? Ce serait de réaliser sur place son fameux Banana Boat, avec Chris Paul, Carmelo Anthony et Dwyane Wade. Sauf que le premier a l’air épanoui comme tout à Houston, le deuxième a une saison à 28 millions à activer dans l’Oklahoma, et le troisième penche bien plus vers la retraite que vers une saison exténuante à New York. Attention, on ne dit pas que cela n’arrivera jamais, on dit simplement que… ça n’arrivera certainement pas cet été. Pas quand on sait que l’objectif numéro 1 de LeBron est de continuer à aller en Finales NBA en se promenant dans la Conférence Est, et que cela ne collera pas en débarquant soudainement dans le cirque médiatique de la Grosse Pomme. Par la suite, oui, qui sait. Peut-être que James sera trop attiré par le fait de pouvoir sauver la cité qui ne dort jamais, en lui offrant un titre qui le placerait au niveau des plus grands dieux du sport sur place. Mais ce n’est même pas sûr que le management en place soit vraiment intéressé par le fait d’acquérir LBJ cet été, en tout cas pas avec la dynamique mise en place depuis un an.

Allez, rêvons, soyons jeunes, soyons fous. Signons LeBron chez les Knicks, ne prolongeons pas Porzingis, et fonçons à l’Est avec le duo James – Fizdale à la tête de New York. Après tout, vu ce que BronBron nous a montré sur le marché au fil des années, cela n’aurait rien de surprenant.

Source : NY Post

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top