Blazers

Terry Stotts devrait être conservé par les Blazers : il faut se faire sweeper par Phoenix pour prendre la porte ?

Terry Stotts
Source image : YouTube/Portland Trail Blazers

Attention au grand ménage dans l’Oregon. Après la fessée reçue par New Orleans, les Blazers pourraient être touchés par bon nombre de changements. Toutefois, si les rumeurs ont fusé concernant un départ de Terry Stotts, le front office de Portland ne souhaiterait pas se séparer de son head coach.

Qui avait mis les Blazers sweepés par New Orleans au premier tour des Playoffs dans son bracket ? Qui avait prédit que le duo Rondo – Holiday allait défoncer la doublette Lillard – McCollum ? Soyez honnête, personne. Troisième de la Conférence Ouest, cinquième meilleure défense de NBA, un Dame Lillard on fire, tout était réuni pour faire des Pelicans de tout petits moineaux. Mais les étranges volatiles en ont décidé autrement. Le gros Nurkic souillé par Anthony Davis, Lillard et Stotts incapables de déjouer la prise à deux qu’a subi le meneur All-Star H24, et au bout de quatre L, les hommes de l’Oregon sont en vacances dès le 21 avril. Pourtant, le general manager des Blazers n’a pas prévu de tout chambouler pour autant. Neil Olshey ne compte pas réagir de façon excessive selon Marc Stein du New York Times. Une décision que n’approuverait pas forcement le proprio Paul Allen. Et on peut le comprendre ! Arrivé en 2012 dans la franchise de Portland, Terry Stotts n’a jamais pu dépasser le stade des demi-finales de Conférence. Viré ou pas ? La remise en question doit être nécessaire lorsque l’on se fait outcoacher par Alvin Gentry. No disrespect !

Fans du Moda Center, mouillez vous la nuque et hydratez vous bien, car la période estivale de Portland s’annonce mouvementée. On voit mal le proprio rester calme un deuxième été consécutif, surtout après la déculottée prise par Dame et sa clique. En décembre, le co-fondateur de Microsoft avait déjà poussé une gueulante suite au manque de résultat de son équipe. Attention aux coups de chaud du proprio durant la saison chaude qui pourrait faire son grand nettoyage. Si ce n’est pas le coach qui part en premier, ce pourrait bien être C.J. McCollum. Le MIP 2016, auteur d’une saison relativement correcte, serait menacé par l’échec de son association avec Damian Lillard. Dur d’imaginer un trade de Dame DOLLA tant il représente la franchise et tant son contrat de 28 millions est difficilement transférable. Une des clés d’un été réussi sera de se débarrasser au maximum des contrats pourris de l’équipe pour diminuer la masse salariale (118 millions de dollars). Mo Harkless à 10 millions, Evan Turner à 18, ça parait un peu cher payé, même si le dernier est important au sein de l’effectif. Spéciale dédicace aux 10 millions touchés par Meyers Leonard pour 8 minutes jouées cette saison. La gestion de cette tâche aura directement un impact sur ce qui s’annonce la grosse mission de la offseason des Trail Blazers, celle de prolonger Jusuf Nurkic. Le pivot débarqué de Denver il y a 15 mois a été d’un apport conséquent, toujours à poser de bons écrans pour les deux artistes McCollum et Lillard. En fin de contrat cette année, il faudra sortir le chéquier pour espérer conserver celui qui a fait sa meilleure saison en carrière sous les couleurs noires et rouges (14 points et 9 rebonds de moyenne sur la régulière).

Si Terry Stotts peut remercier Olshey de lui accorder un semblant de soutien, attention à ne pas trop prendre la confiance. Le proprio, qui semble agacé de la situation, pourrait tout de même réclamer des comptes à son GM.

Source texte : New York Times

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top