Pacers

Les notes de Pacers – Cavs : franchement, y’a longtemps qu’on avait pas vu un Victor aussi dominant

Victor Newman

Victor Oladipo >>> Victor Newman

source image : youtube

Envoyez les notes du blow-out de la nuit, et sans vous spoiler… ça sent le redoublement pour quelques zozos. Et pour ceux qui préfèrent un résumé dans les règles du lard, rdv ici.

___

PACERS

Victor Oladipo (9) : pris en sandwich par la défense des Cavs lors des trois derniers matchs, Totor a cette fois-ci confectionné son propre tacos en disposant des bouts de LeBron entre les feuilles de batavia. Parfait derrière la ligne, des envies de grimper tous les habitants de l’Ohio et un triple-double pour conclure sa folle soirée. Oladigame, et la bise à Paul George.

Lance Stephenson (8) : le genre de mec qu’on aimerait tous avoir comme pote de soirée. Infernal en défense, floppeur comme jamais et même joueur de banjo, Lance a fait du Lance et il a rajouté du beau basket à sa divine connerie. Manquait plus qu’une olive sur Tristan Thompson et on le demandait en mariage dans la nuit.

Domantas Sabonis (8) : 19 points à 9/11 en sortie de banc, six rebonds et une brosse parfaite, ce genre de tiercé qui te fait racheter le PMU du coin. Personne à Cleveland n’a réussi à l’arrêter, peut-être aussi car personne n’a essayé.

Darren Collison (7) : de l’adresse, quelques bonnes passes et toujours ce sourire qui t’oblige à l’aimer très fort. Le sosie de Junior Bevil a bien profité de l’absence de George Hill pour driver son squad, sans rien forcer.

Myles Turner (7) : il n’est pas encore le Dwight Howard qu’il pourrait être mais attention le freak quand il se met à défendre LeBron derrière la grande ligne. Intensité maximale du début à la fin, quelques gros paniers dessous, tout ce qu’on demande à un intérieur, n’est-ce pas les Cavs.

Bojan Bogdanovic (6) : moins flamboyant que sur son début de série, Bojan a néanmoins fait le taf. Première action ? Coup de la corde à linge sur LeBron. Quelques gros tirs par la suite mais globalement plutôt maladroit, probablement car sa faute sur le King a du lui fracturer le poignet. Bah ouais, sa nuque à l’autre c’est un rocher.

Thaddeus Young (6) : il a fait saigner LeBron James. Et ça, c’est 1500 points sur l’échelle de Nazr Mohammed. On a l’impression qu’il a deux pieds gauches et deux mains gauches, son menton fait deux mètres carrés, mais il reste diablement efficace.

Trevor Booker (6) : le genre de mec qu’un banc rêve d’avoir. A même tenté un chassé sur Kevin Love et personne ne lui en a voulu, une preuve de plus que tout le monde l’aime.

Cory Joseph (6) : là encore un gros plus qui sort du banc, et ses stats ne reflètent pas son apport sur le parquet. Il a fait souffler Darren et Toto, et c’est tout ce qu’on lui demandait.

T.J. Leaf (-) : la caution blanche et paysanne des Pacers, son entrée était contractuelle.

Joe Young (-) : invaincu en Playoffs. Bruh.

Glenn Robinson III (-) : invaincu en Playoffs, 100% au tir. Il est là le franchise player.

Nate McMillan (hum) : comme des envies de lui tirer les oreilles pour avoir laissé Oladipo rejouer dans le quatrième histoire qu’il valide son triple-double. A +25. Un seul Russell Westbrook dans la Ligue ça suffit messieurs.

CAVS

LeBron James (5) : on a parfois eu l’impression qu’il pouvait ramener les Cavs à lui tout seul, comme à peu près 864 fois dans sa carrière. Mais la manchette de Bojan, le poing de Thaddeus, l’alcool dans le sang de Lance et le niveau de ses teammates ont eu raison de lui. Rdv pour le Game 7, avec vos calculettes.

Jeff Green (5) : il a mis quelques tirs, ce qui le place automatiquement au dessus de ses coéquipiers.

Tristan Kardashian (4) : il a débarqué en fin de match comme un cheveu sur ta soupe. Quelques écrans et quatre rebonds plus tard, Tyronn Lose a compris qu’il était un peu tard pour y penser.

Kevin Love (3) : le pauvre homme est l’un des meilleurs joueurs de la Ligue mais son coach continue de croire qu’il n’est capable que de prendre des trois en sortie d’écran. Imaginez Cristiano Ronaldo en défense centrale. C’est bon ? Maintenant mettez-le à Lille. Voilà.

Gérard (3) : trois flèches gérardesques du parking et au moins quatre fois plus de regards hagards. Le genre de soirée où il ne serait même pas capable de citer le nom de cinq de ses coéquipiers, et c’est pour ça qu’on l’aime.

Kyle Korver (3) : trop absent ce soir, mis à part son quota de bombes derrière la ligne. Ashton Kutcher en finale de conférence ? So 2017.

Jordan Clarkson (3) : c’est quand il a mis deux paniers dans le garbage qu’il a semblé heureux. C’est dire le QI potentiel du bonhomme, qu’elle fût merveilleuse cette trade deadline à Cleveland.

Larry Nance Jr. (3) : le gâchis continue avec l’homme qui a sorti Kevin Durant de son confort. L’utilisation de Larry à Cleveland, c’est un peu comme si t’avais du Poulet de Bresse sur la table mais que tu préférais manger du blanc de dinde de chez Lidl.

Jose Calderon (1) : titulaire en Playoffs en 2018. Même le retour du Burger Quiz est moins marrant.

Cedi Osman (-) : le prospect grappille de plus en plus de temps de jeu. Très hâte de le voir jouer 35 minutes en 2044.

Ante Zizic (-) : il a un nom rigolo, parce que ça ressemble à zizi. C’est tout.

George Hill (-) : son absence a pesé, mais au moins il n’a pas raté son match.

Tyronn Lue (hum hum) : n’arriverait même pas à faire gagner la Coupe de France au PSG. Même face aux Herbiers.

Il y aura donc un Game 7 entre les Pacers et les Cavs, et celle-là il fallait se lever tôt pour la sortir. Rendez-vous dimanche soir pour le LeBron Game, le genre de soirée qui décidera probablement de la suite de la carrière du King…

4 Commentaires

4 Comments

  1. Buzz

    28 avril 2018 à 20 h 17 min at 20 h 17 min

    Votre commentaire sur TJ Leaf est du racisme inverse d’une part et degueulasse a l’endroit de la direction d’Indiana d’autre part. Jamais vous ne pourriez ecrire cela aux States

    • Gvar

      29 avril 2018 à 12 h 41 min at 12 h 41 min

      Tu as raison, ça pue le racisme comme remarque de Trash mais bon, on ne peut pas dire qu’ils fassent toujours dans la finesse par chez eux…
      Mais euh, pourquoi « inversé » ? Le « racisme » n’est pas la propriété d’une « race » ou d’une autre… Le racisme c’est du racisme, POINT !

    • Giovanni Marriette

      30 avril 2018 à 22 h 19 min at 22 h 19 min

      A prendre au millième degré, le but était plutôt de mettre en avant le côté bouseux des habitants de l’Indiana. Le mot « blanc » est certainement mal utilisé, je m’en excuse platement.

  2. Gvar

    29 avril 2018 à 12 h 44 min at 12 h 44 min

    Je me suis rarement autant marré devant une analyse basket ! ^^ (à part la « caution blanche et paysanne » franchement limite)
    Mes mentions spéciales :
    [Osman] : « Très hâte de le voir jouer 35 minutes en 2044″
    [Zizic] :  » il a un nom rigolo, parce que ça ressemble à zizi. C’est tout »
    [Nance Jr.] : « c’est un peu comme si t’avais du Poulet de Bresse sur la table mais que tu préférais manger du blanc de dinde de chez Lidl »

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top