Raptors

Kyle Lowry a fermé quelques bouches : 24 points à Washington, match de leader pour aller en demi

kyle lowry
Source image : NBA League Pass

Si son total de points n’a pas de quoi faire bondir certains, la façon avec laquelle Kyle Lowry a géré ce Game 6 remporté par les Raptors était exemplaire : patron de Toronto cette nuit, le meneur était au top.

Peut-on demander meilleure performance de la part de Kyle ? Numériquement parlant, toujours, il aurait pu planter 100 points et on serait tous contents. Il existe un tas de petits compartiments sur lesquels on peut revenir et se demander si le pitbull aurait pu fournir davantage. Mais pour ce qui est du reste, donc du vrai jeu, de ce qu’on voit sans avoir à le chiffre, c’est quasiment impossible. Par rapport à son rôle, les besoins de son équipe, la gestion du rythme, le leadership, les bonnes décisions au bon moment, Lowry avait les jauges boostées à 99. Et c’est justement ce que les Raptors demandaient, eux qui ne pouvaient compter sur un DeRozan de rêve. Impérial sur les rencontres précédentes, le meilleur scoreur de la franchise canadienne n’était ni dans son assiette ni dans celle de Kyle, dont l’appétit est pourtant féroce. Non, ce dont Lowry avait faim, c’était d’une bonne tranche de demi-finale servie avec son petit verre de rouge venu de Cleveland ou de l’Indiana. Un repas bien copieux, servi par les Wizards, et léché jusqu’à la dernière trace de sauce. En première mi-temps, les Raptors capoutaient leur attaque et avaient besoin d’un soldat capable de réguler tout ça. En duo avec VanVleet, Kyle calmera son groupe et lui permettra de revenir petit à petit dans la partie.

Et quand en deuxième mi-temps le money-time s’approcha, c’est dans la continuité de sa belle première que KL guidera son navire vers la victoire. Des pénétrations bien contrôlées, des tirs bien pris, pas de quoi forcer sur la gâchette, juste une propreté maximale dans les décisions prises sur le terrain. Sachant que John Wall et Bradley Beal donnaient tout pour remettre leur franchise dans le match, il fallait qu’un joueur assure et prenne des initiatives offensives qui changeaient de celles de DeMar. Le plus marrant, finalement, c’était peut-être de repenser à sa prolongation contractuelle de l’été dernier, qui avait fait buguer et fera buguer beaucoup de monde. Peut-être que le genre de match qui valait son prix, c’était celui là ? On sait bien que Lowry apporte bien plus que de la stat, sa sérénité à la mène, son application en défense et sa capacité à bien intégrer tout le monde mérite des sous, mais il y avait de fortes critiques – à juste titre – sur le fait que les grands moments n’étaient pas souvent liés au visage du meneur. Pour fermer quelques bouches, Kyle a donc offert la perf qu’il fallait, au moment qu’il fallait, à l’endroit qu’il fallait. Maintenant, c’est patience, repos, et Game 7 à la téloche entre Cavs et Pacers, en attendant de voir s’il aura Darren Collison ou George Hill dans son assiette.

24 points, 6 rebonds, 6 passes, 9/15 au tir, mais tellement plus que cette simple ligne. Toronto avait besoin d’un berger pour mener ses joueurs jusqu’en demi-finale, c’est Kyle Lowry qui a assuré la mission du jour.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top