Jazz

Donovan Mitchell a survolé le Game 6 contre OKC : 38 points pour le rookie venu d’une autre planète

Donovan Mitchell
Source image : YouTube

Mais quand est-ce que ce garçon va nous rejoindre sur Terre ? En apesanteur depuis son premier pas en NBA, Donovan Mitchell est à un tel niveau qu’il a tout simplement roulé sur le Thunder sur ce Game 6 salvateur : quel rookie, quel rookie…

Et alors l’ironie du jour était évidemment du côté de chez nous, sachant que la veille de ce match, on nous posait la question en plein Free Flow. Alors, quel rookie réalise les meilleurs Playoffs jusqu’ici ? Ben Simmons tombait comme un cheveu sur la soupe, comme une évidence, comme un choix logique vu sa moyenne en une série. Mais il faut croire que le copain Donovan aime écouter et regarder le Free Flow. Car quelques heures plus tard, Mitchell va lâcher sa plus sérieuses performance de toute sa saison rookie, au moment où son équipe en avait le plus besoin. Il faut comprendre l’absurdité de cette soirée, de ces statistiques, de ce déroulé de match. Déjà, pour commencer, Ricky Rubio ne tenait pas puisque sa cuisse le lâchait. Résultat, qui récupérait un maximum de responsabilités en tant que meneur ? Bibi. Ensuite, pour enchaîner, les problèmes de fautes venaient plomber sa partition globale, lui qu’on retrouvait beaucoup en survêtement en plein money-time, parce que son coach Quin Snyder avait peur de le perdre pour 6 fautes. Hyper-intense, hyperactif et hyper-jeune, Mitchell peut parfois faire des erreurs qui pénaliseront son équipe. C’est en cela que la décision de Snyder était compréhensible.

Mais pour le reste…?

Un troisième quart-temps venu d’une autre dimension, ça c’était incroyable à vivre en direct. Surtout qu’en face, Russell Westbrook touchait lui aussi la grande étoile jeune de Super Mario, le rendant invincible pendant quelques courts moments. Habitué à bouffer ce genre de météorite tout seul, le meneur du Thunder voyait cette fois un collègue en faire de même. Un peu de challenge pour le Brodie ! Malheureusement pour Russ, ce n’était pas un peu de challenge, c’était the challenge. Et quand il fallait y répondre avec fermeté, tenir tête sans se faire défoncer les pieds, Westbrook acceptait la mission avec joie. 22 points dans le troisième quart pour Donovan, des finitions acrobatiques, des lancers provoqués, des bombes plantées de loin, ça se calmait forcément dans le dernier quart mais on était sur les standards historiques déjà montrés par le bonhomme depuis quelques mois. Justement, dans la catégorie rookie, comme dire… Cela faisait plus de 30 ans qu’on n’avait pas vu un joueur de première année impressionner autant en série d’ouverture de Playoffs. Pour sa première ? 38 points dans un match très chaud ? Quasiment 28 points de moyenne, sans trembler ? Avec des défenses serrées sur sa gueule mais la sérénité d’un vétéran dans sa tête ? Plus les jours avancent, plus ou va refuser de croire que ce type est un rookie. C’est certainement Wade, qui a mis un shoot en bonus, et sanctionne déjà dans la NBA actuelle. Quoi de plus normal dans la vie folle de Donovan Mitchell ?

Il aurait pu craquer sous la pression, et on ne lui en aurait pas énormément voulu. Leader offensif du Jazz, Mitchell a fait péter la défense du Thunder et filer un paquet de migraines à ses détracteurs. Comment ne pas s’incliner devant lui, désormais…?

1 Comment

1 Comment

  1. Saint Glock

    29 avril 2018 à 17 h 24 min at 17 h 24 min

    Le deuxième rookie de l’histoire à taper plus de 20 points de moyenne sur ses 6 premiers matchs de playoffs, le premier étant Kareem…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top