Equipes

Bilan de saison 2018, version Blazers : le meilleur et le pire en quelques mois

Terry Stotts

Tout ça pour ça.

Source image : YouTube/Portland Trail Blazers

Une free agency minimaliste pour assainir les finances de la franchise et les voilà qui étaient repartis à la charge pour tenter de faire mieux que leur élimination au premier tour des Playoffs par les futurs champions de Golden State. Well… c’est raté, essaye encore !

Ce que TrashTalk avait annoncé :

Après la surprise de 2016, les Blazers étaient rentrés dans le rang en 2017 et l’on s’attendait à peu près au même genre de saison en 2018 dans notre preview de la saison. Un bilan à l’équilibre penchant légèrement du côté des victoires, une qualification en Playoffs parmi les derniers spots à pourvoir à l’Ouest et une nouvelle élimination probable dès le premier tour contre un cador de la Conférence. Bref, on faisait confiance à Damian Lillard pour montrer l’exemple et poursuivre la série avec une cinquième participation d’affilée en postseason mais on l’imaginait trop seul pour faire quelque chose contre une équipe taillée pour le titre sur une série au meilleur des sept matchs. Vous noterez aussi la pertinence de cette preview avec l’annonce en exclusivité du départ de Noah Vonleh concrétisé juste avant la trade deadline pour permettre de libérer encore un peu de place dans la masse salariale de Portland.

Ce qui s’est vraiment passé :

Rip City faisait partie de ces équipes que nous avions bien décortiquée en début de saison, au point de ne pas franchement se tromper beaucoup sur le bilan de fin de saison ainsi que sur le sort qui leur été promis en Playoffs. Là où la rédaction s’est totalement craquée en revanche, c’est que nous ne nous attendions pas à une Conférence aussi dense des spots 3 à 9, rendant impossible toute prédiction du premier tour de la postseason. Alors certes, l’élimination au premier tour était annoncée, mais personne n’aurait pu prédire une telle gifle, encore moins contre un tel adversaire. Forts de leur third seed acquis grâce à une belle série de 13 wins consécutives pour bien terminer la saison régulière, les hommes de Terry Stotts affrontaient donc les Pelicans orphelins de DeMarcus Cousins pour gagner le droit d’aller prendre leur revanche contre les Warriors au tour suivant. Malheureusement, les Blazers devront attendre un peu avant de pouvoir se mesurer à nouveau aux champions en titre étant donné le résultat de leur série contre New Orleans. Un sweep net et sans bavure réalisé par Anthony Davis et ses copains qui soulève énormément de questions dans l’Oregon. Comment un Damian Lillard si régulier et si clutch en saison régulière a-t-il pu à ce point disparaître avec les traps des Pelicans ? Que doit faire le management local pour se relever de ce nouvel échec, marquant aussi une dixième défaite de suite en Playoffs depuis 2016 ? Des interrogations auxquelles le propriétaire Paul Allen et ses employés vont rapidement devoir répondre pour savoir comment aborder la suite des événements, à commencer par la FA qui se profile lentement.

L’image de la saison :

Damian Lillard

Nommé All-Star pour la troisième fois de sa carrière après deux années d’absence, Dame a réalisé une grosse saison régulière. Comme à son habitude, le numéro 0 a passé la seconde au retour du break de février avec des grosses performances dans son milieu naturel : le quatrième quart-temps. Décisif à de nombreuses reprises dans le money time, le meneur avait également rencontré son proprio en cours d’année pour lui faire part de ses ambitions avec la franchise de l’Oregon. Malheureusement, les paroles n’ont pas été suivies par des actes puisqu’il a été complètement éteint par la défense des Pelicans durant le premier tour des Playoffs (4-0). Avec 18,5 points de moyenne à 35,2% au tir et 30% de loin, il n’a pas répondu présent quand son équipe avait le plus besoin de lui. Il va falloir faire réparer sa montre car les Blazers ne peuvent plus se faire humilier de la sorte contre un adversaire à leur portée.

On ne l’attendait pas, il a cartonné : Shabazz Napier

Le terme de cartonné est peut-être un peu galvaudé mais Bazz a été la bonne surprise de la saison du côté de Portland.  Souvent relégué troisième dans la hiérarchie des meneurs au sein des autres équipes où il est passé, il a totalement assumé son rôle de back-up de Damian Lillard, allant jusqu’à lâcher de belles perf en l’absence du numéro 0. Titulaire à dix reprises, il a répondu présent lorsque les Blazers avaient besoin de lui. La franchise va vite devoir réfléchir à ce qu’elle veut faire de lui alors qu’il arrive au bout de son contrat rookie et qu’il ne lui reste plus qu’une qualifying offer à 3,4 millions de dollars.

On l’attendait au taquet, et il a abusé : Terry Stotts

Difficile d’identifier un joueur qui n’aurait pas vraiment fait son boulot pendant la régulière, c’est surtout le dénouement de la saison qui a du mal à passer chez les fans. Perdre contre les Pelicans n’a rien de complètement humiliant sachant qu’ils possèdent sûrement le meilleur intérieur de la planète en la personne d’Anthony Davis et qu’ils ont également su hausser leur niveau de jeu collectivement à l’image de Jrue Holiday et de Rajon Rondo pour tenter de faire oublier l’absence de DMC. Mais là où ça coince, c’est ce manque de réaction proposé par les Blazers et donc par leur coach pour tenter de contrer la défense louisianaise largement concentrée sur Damian Lillard. Les Playoffs sont un moment idéal pour réaliser des coups de poker, ce que n’a même pas tenté Terry Stotts, se faisant outcoacher par Alvin Gentry qui s’est donc contenté de reproduire le même schéma de jeu pendant quatre matchs d’affilée jusqu’à obtenir la qualification. Cela peut paraître un peu rude étant donné la saison régulière réalisée par Portland, mais l’heure de l’entraîneur passé par Roanne durant sa carrière de joueur est peut-être arrivée pour tenter d’entamer un nouveau cycle dans l’Oregon.

La vidéo de la saison :

Nouveau record en carrière pour le MIP 2016 qui a encore progressé cette saison comme en atteste cette vidéo. Auteur de 50 points en 29 minutes, personne ne sait jusqu’où il aurait pu aller si le match avait été serré. Toujours est-il que c’est de lui qu’aurait pu venir la solution contre les Pelicans alors qu’il a failli ramener la série à Portland grâce à ses 38 points dans le Game 4. Au cœur de certaines rumeurs, son avenir chez les Blazers n’a pas l’air directement menacé.

Ce qui va bientôt se passer :

Paul Allen va sûrement vouloir trouver des responsables à ce nouvel échec en Playoffs. Il faut parfois prendre des risques pour tenter de s’améliorer et ce groupe va clairement devoir changer des choses pour espérer avoir une trajectoire positive durant les années à venir. Damian Lillard arrive tranquillement dans son prime et il est important de l’entourer dès maintenant, pour pouvoir en profiter au maximum. Terry Stotts a l’air sur un siège éjectable, tout comme le GM qui a surtout réussi à alourdir les finances de la franchise malgré quelques bons deals pour se rattraper plus récemment. On suivra également le dossier de Jusuf Nurkic qui semble vouloir rester au Moda Center si la franchise allonge les billets. Un sujet qui mérite réflexion alors que de gros poissons seront disponibles sur le marché des transferts à l’instar de Paul George, DeMarcus Cousins, DeAndre Jordan voire même LeBron James.

C’est déjà fini pour les Blazers qui doivent puiser dans cet échec pour revenir encore plus forts l’année prochaine. L’arrivée d’un nouveau All-Star dans l’Oregon pourrait permettre à Portland de viser plus haut même si c’est surtout dans l’attitude que les Pionniers ont déçu au mois d’avril.

2 Commentaires

2 Comments

  1. Nicolas Blondet

    28 avril 2018 à 16 h 43 min at 16 h 43 min

    Je pense que la chose la plus importante pour l’été des blazers est de garder terry stotts, trader Mcollum pour un vrai poste 3 capable de prendre le lead dans les moments chaud, je pense que cela est faisable étant donné la cote de l’arrière des blazers.

    • Mongo

      29 avril 2018 à 9 h 25 min at 9 h 25 min

      Je suis vraiment pas d’accord, se separer de celui qui a ete notre satisfaction en saison reguliere et en playoff c’est du suicide. Le premier que je vire moi Paul Allen c’est Neil…pas Armstrong mais cet escroc d’Olshey! Il nous a plombe les finances Turner, Leonard et Mo qui aurait du garder son bar ont des salaires de pacha alors que se sont de tres bon exemple de joueurs moyens qui seraient meme coiffeur a Denver ou les king of loose de sacramento.

      Je me separe donc de ces trois, je resigne Nurkic comme doublure et je propose un pont d’or a Damarcus. Parce ce que c’etait ma crainte, tomber sur des interieurs sans pitie et une lame en defense Philly, Nola, Warriors, et Celtics sont dangereux grace a ca. Nous n’avions que tres peu de menaces exterieur pour compenser. Je suis tres mais alors tres en rogne contre ce massacre, je ne m’attendais pas une telle saison reguliere mais vers la fin il y avait une serie defaite qui a attire mon attention sur le fait que notre banc est molisson. Nous attendons la reaction de Paul Allen parce que si on prend les meme et on recommence ce n’est pas sweep l’an prochain mais on ne sera certainement pas PO.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top