Kings

Opération du ménisque pour Bogdan Bogdanovic : le Serbe se refait un genou pour enchaîner et confirmer

Bogdan Bogdanovic

Allez Bogdan, soit le Peja Stojakovic des années 2000 et ramène nous Sacramento en Playoffs, s’il te plait.

Source Image : Pinterest

Auteur d’une belle campagne rookie avec Sacramento, Bogdan Bogdanovic doit se faire opérer aujourd’hui d’une déchirure partielle du ménisque du genou gauche. Il reviendra vite pour confirmer son talent, car c’est peu dire s’il en a. 

Il n’est jamais facile d’arriver dans une franchise qui perd, et dont on sait qu’elle va continuer de perdre. Supposé être drafté par les Suns en 27ème position de la draft 2017, le Serbe n’était déjà pas très bien loti. Puis un trade des Suns (« oh super je vais où ? Aux Spurs ? Aux Celtics ? Aux Rockets ? Où ça ?« ) l’enverra aux Kings pour que Phoenix puisse acquérir Marquese Chriss en 8ème pick (grosse rentabilité). De là, Bogdan rejoint une équipe des Kings axée sur l’entourage de sa jeunesse par des vieux briscards chevronnés. Vlade Divac, après le trade de son franchise player Demarcus Cousins à New Orleans pour Buddy Hield, Tyreke Evans et Langston Galloway, est conscient que le rebuild doit être entamé. Cela commencera par l’acquisition de De’Aaron Fox, meneur rappelant John Wall, en 5ème position de la Draft 2017. Le renard viendra se faire entourer des signatures de Zach Randolph, Vince Carter ou encore George Hill, pour lui apprendre le métier. Mais celui qu’on n’attendait pas « autant », et qui se trouve être un très bon complément au talent de Fox, c’est bien Bogdan Bogdanovic.

Excellent shooteur, bon passeur, très propre dans le jeu, l’ancien de Fenerbahçe s’immisce très rapidement dans son rôle au sein de la Ligue. Il faut dire que Bogdan se coltine déjà un palmarès européen et international long comme le bras : vainqueur de l’Euroligue avec Fener en 2017, meilleur espoir de la compétition deux années de suite en 2014 et 2015, triple médaillé d’argent : à la coupe du monde 2014 en Espagne, aux J.O 2016 de Rio et à l’Euro en Slovénie avec la Serbie, et tout ça du haut de ses 25 ans. L’ailier fait donc partie de ces joueurs européens qui attendent de se développer sur le continent pour ensuite tenter de percer aux States. Toutes proportions gardées, c’est ce qu’ont tenté des gars comme Drazen, Arvydas Sabonis, Tiago Splitter, Luis Scola ou encore plus récemment Milos Teodosic, avec chacun sa réussite. Cette manière de faire, très sage et réfléchie, a sans doute été bénéfique pour le Serbe, qui arrive maintenant en NBA avec une expérience certaine au haut niveau. Il plante quand même une bonne moyenne de 12 points à 44% au shoot et 40% du parking, 3 rebonds et 3 passes en 28 minutes avec les Kings. Il se permettra même d’être MVP du Rising Stars Challenge lors du All-Star Weekend, ce qui est plus qu’honorable. Très bon ajout dans le projet sur la durée de Sacramento, il a été capable de faire son trou pour devenir un incontournable dans la rotation futur du roster, avec de bons jeunes qui se développent et un coach confirmé aux commandes en la personne de Dave Joerger. On ne s’avance pas trop, mais un De’Aaron Fox à la mène, Bogdan Bogdanovic ou Buddy Hield qui plantent dans le corner et Willie Cauley-Stein ou Skal Labissière pour capter leurs déchets, ça a de la gueule.

Bon ajout dans un roster jeune et prometteur, Bogdan Bogdanovic, fort de sa belle saison à Sacramento, reviendra l’année prochaine pour confirmer et épater son compatriote de General Manager Vlade Divac. Ce dernier aura fort à faire pour retrouver le succès du début des années 2000 dans la capitale de la Californie, mais la base est solide. 

Source Texte : Sacramento Kings

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top