Sixers

Amir Johnson se la joue papa poule : les Sixers doivent faire attention aux distractions

amir johnson

Père Castor, raconte-nous une histoire.

Source Image : Benoît Carlier - TrashTalk

Recruté cet été par les Sixers, Amir Johnson est un joueur que l’on peut qualifier de vétéran. Il a déjà connu les Playoffs à six reprises auparavant, une expérience utile pour encadrer les jeunes qui, pour la plupart, sont pour la première fois en postseason.

Présent dans le groupe des Sixers en Playoffs, Amir Johnson apporte plus humainement que statistiquement. L’intérieur a désormais des statistiques faméliques (4,6 points, 4,5 rebonds, 1,6 assist à 53,8% au tir), mais a aidé en l’absence de Joel Embiid. Sa dureté, sa taille et sa défense sont importantes dans la rotation des Sixers. Mais son apport ne s’arrête pas là. Il est aussi là pour se la jouer Père Castor et donner des bons conseils aux jeunes des Sixers. Les meilleurs joueurs (Simmons, Embiid, Saric, Fultz) ont été draftés tout récemment, et sont encore novices dans l’art des Playoffs. C’est en ce sens là qu’Amir Johnson peut leur apprendre, comme il l’a dit au micro de Tim Reynolds d’Associated Press.

« On a un excellent état d’esprit. On prend soin de nous, de notre santé et de notre corps, sans être happé par les rues de Miami. On fait notre travail, on essaye de gagner, et ensuite on rentre chez nous. Il ne faut pas répéter les anciennes erreurs, en 2006, on [les Detroit Pistons] s’était fait avoir par les rues de Miami. On sait les conséquences qui ont suivies… »

Oui, Amir Johnson était rookie aux Pistons en 2006 lorsqu’ils ont perdu contre le Heat en finale de Conférence. Selon lui, une des raisons pour lesquelles les Pistons ont perdu, c’est qu’ils se sont laissés avoir par la belle ville de Miami. Ses plages, ses lumières, ses bars à cupcakes, bref, la ville floridienne est connue pour ses distractions. Des distractions qui ont posé problèmes aux Pistons en 2006, mais pas aux Sixers cette saison. Une bonne surprise donc, pour ces jeunes joueurs qui ont fait preuve d’un grand sérieux et de beaucoup de professionnalisme. A égalité 1-1 avant d’aller à Miami, les potes du Process auraient pu se laisser tenter, mais que nenni, ils ont fait preuve d’un professionnalisme incroyable, remportant les deux matchs à l’American Airlines Arena.

Ce soir aura lieu le Game 5 entre les Sixers et le Heat. Ce match peut déjà être le dernier de la série, ce qui serait une surprise, tant les matchs étaient tendues, et les deux équipes se rendaient coup pour coup. Dans tous les cas, l’attitude des jeunes Sixers est à noter comme étant exemplaire, une attitude qui pourrait les emmener loin…

Source texte : Associated Press

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top