Wizards

Les Wizards retrouvent leur vrai basket : victoire 122 à 103, grosse pression sur Toronto pour le Game 4

Wizards
Source image : @WashWizards

Battus avec la manière et surtout remis en question après avoir vu certains joueurs se chatouiller, les Wizards ont fait leur spéciale en rentrant à domicile : schizophrénie totale, pur basket et grosse victoire devant leur public. Les gars de Washington veulent retourner au Canada.

Non, non, non. Non, il n’y aura pas de 3-0 pour les Raptors, pas comme Golden State face à San Antonio ou New Orleans contre Portland. Pourtant loin d’être favoris, les hommes de Scott Brooks ont réussi à trouver leur petit déclic afin d’offrir une partition typique de leur fort potentiel. En début de rencontre, pourtant, ce vendredi, ce sont les visiteurs qui semblaient les plus sereins et proches de célébrer, le rythme de jeu allant dans le sens de Toronto et le public faisant autant de bruit qu’un Panda shooté au Zoloft. En parlant de l’animal préféré des Instagrameuses, Bradley Beal faisait son grand retour dans notre sport après deux premiers matchs de Playoffs particulièrement hideux. Sans hésitation sur ses shoots, incisif dans ses décisions, l’arrière claquait enfin une performance à son niveau et c’est son gros premier quart-temps qui permettait notamment à Washington de rester dans le coup. Toronto, malheureusement, ne pouvait compter autant sur son banc que d’habitude, le deuxième quart se transformant en véritable tsunami pour Dwane Casey et sa clique. Pris de vitesse par les hôtes, bousculés sous les arceaux par Ian Mahinmi et Mike Scott, les Raptors avaient des étoiles au-dessus de leur tête et les contre-attaques menées par Wall faisaient mouche. Un 39-32 qui menait à une autre grosse période, le troisième quart servant définitivement de coup de massue pour les visiteurs.

Les efforts de première mi-temps étant malheureusement chiés par une mauvaise fin de partie, John Wall et ses potes accéléraient comme jamais en sortie de vestiaire. Et bien aidé par un Marcin Gortat ravi de pouvoir aider au scoring, le dragster de la capitale se baladait comme un enfant dans son parc préféré. Caviar ici, caviar là, en soulignant le bon taf de la paire Mahinmi – Oubre en sortie de banc aux côtés de Scott, les hôtes parvenaient enfin à créer une vraie distance et les sourires pouvaient enfin commencer à se lâcher dans les travées du Capital One Center. On avait peur pour ces Wizards, et on a toujours peur, quelque part. Car s’il y a bien une équipe qui peut totalement changer de visage en 48h et retomber dans ses habitudes de merde pour le match le plus important de la saison, c’est celle de Brooks. Mais il était impératif de prolonger la série pour retourner au Canada, se redonner confiance, et pourquoi pas forcer un Game 5 ultra-tendu avec deux équipes à égalité. Ce sera dur, la tâche sera rude avec une défense plus sérieuse en face et des espaces qui seront donc moins évidents à exploiter. La bonne nouvelle reste que Washington est loin de mourir, et Washington veut voir ce que ça donnerait d’insérer une toute petite seringue de pression dans le sang des Raptors. Pour peu que la machine se mette à transpirer à grosses gouttes, ça vaut le coup d’essayer. En tout cas, pour ce qui est de ce Game 3, c’est géré et bien comme il faut.

Il y aura un gros, un très gros Game 4 à suivre ce dimanche à Washington. Pour voir si les Raptors ont le répondant en transformant la salle de John Wall en cours de récré personnelle. Pour voir si les Wizards peuvent enchaîner deux bons matchs de suite. La pression au max dans les deux camps, le genre de programme parfait pour une rencontre épique.

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top