Pelicans

Breakout Playoffs pour Jrue Holiday : il ne laissera pas les Pelicans aller en vacances de sitôt

Jrue Holiday

Si Holiday se met à jouer comme ça, on va bientôt se demander qui est le vrai franchise player à New Orleans.

Source image : YouTube

Encore une victoire à l’extérieur de New Orleans (102-111) dans la série les opposant à Portland, et encore une performance XXL de leur guard Jrue Holiday. L’un des mecs les plus sous-estimés de la NBA qui regarde un candidat au MVP dans les yeux, allez prédire ça.

Immense exploit des Pels la nuit dernière, qui après un autre match serré, décidé dans les cinq dernières minutes, a réussi à aller chercher la victoire au Moda Center. Défense barbelée, attaque menée par un Rajon Rondo au sommet de son art, Anthony Davis qui tient la baraque aux moments clés… Et si The Brow est évidemment à citer comme le grand artisan de ce double succès, il est un joueur que beaucoup de gens oublient, mais qu’ils se voient aujourd’hui obligés d’acclamer. Jrue Holiday, l’ancien All-Star de 27 ans, est monstrueux dans le rôle de lieutenant d’AD. Au Game 2, il combine 33 points (record personnel en Playoffs) à 14/24 au shoot, 9 assists et 3 rebonds. Ces chiffres s’ajoutent à une ligne de stats déjà excellente au Game 1, ayant compilé 21 points à 50%, 7 rebonds et 2 contres. Avec des performances comme celles-ci, Jrue fait taire les critiques de nombres d’observateurs de la Ligue. Ces derniers avaient notamment estimé que sa signature pour 126 millions de dollars sur 5 ans comportait, à leur goût, quelques zéros de trop. Monsieur Vacances a su leur répondre, et de quelle manière. Quand on apprenait la blessure au tendon d’Achille de Demarcus Cousins le 27 janvier dernier, Holiday savait qu’il devrait passer un cran, et compenser la perte du pivot. Cette montagne, l’arrière l’a gravi avec panache, et est maintenant considéré par son coach, Alvin Gentry, comme le meilleur homme à tout faire de la Ligue, comme il l’a expliqué à NBC Sports en conférence d’après match.

« Citez moi un meilleur two-way player que lui dans la Ligue actuellement. Allez-y, j’écoute. »

On peut difficilement le contredire, tant Holiday a un énorme impact sur le succès de sa team. En attaque ? Le man score à des pourcentages excellents, à 3 points et à 2, il donne des assists, reconnait les prises à deux, et fait les bons choix dans le money time. En témoigne d’ailleurs la flèche assassine rentrée sur la tête de C.J. McCollum pour prendre cinq points d’avance à deux minutes de la fin du match. En défense ? Sa longueur et son envergure donnent des cauchemars à tout l’Oregon. Il garde aussi bien Damian Lillard que McCollum, ce qui permet aux Pels de switcher sur les écrans et forcera d’ailleurs Dame à perdre sept ballons lors du Game 2, dont un passage en force obtenu dans le clutch. Un joueur complet donc, dont tous les coachs rêveraient pour entourer leur franchise player. Car si Anthony Davis est le joueur phare de la Nouvelle-Orléans, Jrue en est le cœur, battant si fort qu’il fait trembler Rip City. Et la belle histoire, c’est que le meneur revient de loin, et a connu pas mal de galères. L’année dernière, en cours de saison, il décide de rester auprès de sa femme atteinte d’un cancer, le temps de sa convalescence, et met sa carrière NBA entre parenthèses. Il reviendra par la suite plus hargneux que jamais.

Désireux d’emmener la franchise de la Louisiane le plus loin possible dans ces Playoffs, Jrue Holiday frappe fort dans ce début de série, étouffant Lillard et plantant des gros shoots. Reste à savoir s’il gardera cette dynamique au Smoothie King Center de New Orleans, lors du Game 3 de jeudi.

Source texte : NBC Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top