Rockets

Les Rockets s’imposent sans la manière dans le Game 1 : James Harden taille patron, mais il fallait bien ça

James Harden - Rockets

Saison régulière ? Playoffs ? Pick-up Game ? Match contre les U12 de Chateauroux ? James Harden reste en mode MVP.

Source image : Youtube

Il en fallait, du courage, pour aller regarder le dernier match de la nuit. Rockets – Wolves, c’est sans doute la match-up la moins équilibrée sur le papier de ces Playoffs. Alors que certains s’attendaient à un blow-out en bonne et due forme dans le Toyota Center, il n’en fut rien, et on peut dire que Houston a frôlé le crash, et doit son salut à celui qui a été acclamé à grands coups de « MVP, MVP » tout au long de la soirée, James Harden.

On le voyait venir de loin : des Texans reposés, qui veulent frapper un grand coup pour leur premier match de postseason, face à la fragile équipe de Minneapolis, qui a obtenu sa qualification tardivement. Jimmy Butler attaque la rencontre avec une douleur au poignet, le duo Capela – Harden est déjà très chaud, et ça donne un cinglant 17 à 6 après seulement six minutes de jeu. On commençait alors à se glisser un peu plus profondément dans le lit/canapé, présage d’un blow-out, un bon plus 30 sans forcer. Mais il n’en est rien. Les gars de Thibodeau ont du caractère, et l’ont prouvé de manière collective, comme en témoignent leurs 22 assists sur la partie. Les Wolves s’accrochent et plantent leurs griffes sur leurs adversaires, 27 -21 à la fin du premier quart-temps. Le deuxième est serré, les deux équipes échangent des paniers, jusqu’au moment où El Chapo décide d’en terminer avec les politesses. Il enchaîne dix points pour creuser l’écart, et basculer avec sept points d’avance à la pause. Buckets maintient les siens dans la rencontre (10-4-2), alors que le pivot suisse des Rockets est déjà à 20 points et 10 rebonds à mi-rencontre, dominant largement KAT (3 points, 5 rebonds).

Andrew Wiggins initie bien le deuxième acte, et remet les Loups dans la partie. Minny augmente l’intensité défensive et remporte le troisième quart-temps 25 à 22, de quoi revenir à quatre points à l’approche des dernières 12 minutes. La pression monte à Space City. Chris Paul réalise un bon début de quatrième, mais ce n’est pas suffisant. Tels des damnés, les Wolves restent au contact. Ainsi, les Rockets pouvaient commencer à avoir peur du grand méchant loup, prêt à enlever furtivement la victoire. Cependant, il semble qu’on ait enfin trouvé un prédateur naturel aux canins : le champion barbu. James Harden est à l’origine de 17 des 28 points de son équipe dans la dernière période. Il s’est comporté comme le patron en fin de match, et a posé une grosse série de 12 points d’affilée. De quoi enterrer Minnesota ? Et bien non. Wiggins et ses potes jouent vite, font des stops. Patrick Reed, le champion du Masters d’Augusta, commence à suer à grosses gouttes comme le reste de la salle, lorsque CP3 pète un fusible, et envoie inexplicablement une passe en tribunes à 8 secondes de la fin, alors que le score est de 104 à 101 ! Les Wolves ont donc un ballon pour aller en prolongation. Dans ces cas-là, aucun doute, balle dans les mains de Buckets. Mais de panier, il n’y aura pas. Turn-around jumper compliqué à 45 degrés, airball, fin de rencontre.

Minny n’est pas passé loin, il en manquait peu. Avec cinq joueurs en double figure, ils ont espéré longtemps, malgré leur 43,8% au tir. Dominants statistiquement, ils devront attendre mieux de Karl-Anthony Towns, décevant ce soir (8-12-2). Les Rockets s’en sortent bien, avec leur 27% de réussite du parking, alors qu’Harden fait 7 sur 12 de loin. Cela donne un beau 44-8-4 pour El Barbudo, à un point d’égaler son record en Playoffs. On peut saluer la performance de Capela, auteur de 24 points et 12 rebonds. Mais sinon, hors CP3, c’était silence radio du côté des autres joueurs de Houston.

Mike D’Antoni peut s’estimer heureux : ses Rockets n’ont pas fait un grand match, mais s’en sortent. Il faudra être être bon collectivement, et ne pas compter uniquement sur Harden pour aller loin en Playoffs. Le dernier match de ce dimanche n’était pas le plus beau de la soirée, mais nous indique plusieurs choses : Houston est friable, et Minnesota ne va pas se faire rosser tous les soirs, il y a bien deux franchises qui vont se disputer cette série.

Box Score Rockets-Wolves 1er tour Game 1 2018

Box Score Rockets-Wolves Game 1 2018

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top