Suns

Devin Booker veut goûter aux Playoffs en 2019 : tout doux, récupérer DeAndre Ayton serait déjà un bon début

Devin Booker

Il y a encore du boulot.

Source image : NBA League Pass

Il a la production individuelle d’un All-Star en puissance mais il traîne les résultats déplorables de son équipe en boulet. Et ça, Devin Booker en a assez. S’éterniser dans les bas fonds du classement, l’arrière n’en veut plus et affirme que c’est la dernière fois qu’il mate les Playoffs sur son canapé. 

Terry Rozier qui va débuter les Playoffs en meneur titulaire des Celtics en l’absence de Kyrie Irving, Kelly Oubre Jr. qui mènera la second unit des Wizards, Karl-Anthony Towns qui se dressera face aux Rockets en tant que co-leader des Wolves : plusieurs élèves de la cuvée des rookies de 2015 seront présents pour le début de la postseason. Parmi eux, on trouve des sixièmes hommes, des role players et même des joueurs qui incarnent le visage de leur franchise. Certains découvrent les joutes printanières et d’autres en sont déjà à leur troisième édition. Mais dans cette assemblée de jeunes acteurs, des talents manquent. Et Devin Booker fait partie de ces grands absents. Poser quasiment un 25-5-5 pour sa troisième saison, claquer 70 points dans un match, prendre régulièrement chaud du parking : Bookie donne là-dedans et il est le seul de sa cuvée à pouvoir le faire. Sa pyromanie s’exprime dans le bordel des Suns, ce qui revient à brasser beaucoup d’air pour rien. Les Playoffs vont débuter sans Phoenix mais les défaites, le tanking et tout ce qui va avec, Devin Booker n’en veut plus. L’arrière ambitionne logiquement d’aller en Playoffs et comme il l’a expliqué à Marcel Mutoni du AZ Central, il les veut dès 2019.

« Ne pas disputer les Playoffs, c’est terminé. C’est probablement la dernière fois que je ne participe pas aux Playoffs. Ça me met la pression et j’en ai besoin. Je vois ces équipes qui luttent pour l’emporter dans cette atmosphère si particulière et ces matchs-là, je veux les disputer. […] Je pense continuellement à remettre cette franchise dans le bon sens, à lui ramener la gloire passée. J’ai regardé des highlights de Charles Barkley et Steve Nash et comment le stade était en fusion. Je veux que les Suns revivent tout ça. »

Devin Booker n’a pas froid aux yeux et cette déclaration est pleine de culot. Les Suns ont validé le pire bilan de la Ligue avec 21 victoires pour 61 défaites et pourtant le gamin tape du poing sur la table en déclarant que plus aucune postseason ne se déroulera sans sa présence. Affirmer haut et fort que c’est la dernière fois que les Playoffs se jouent sans Phoenix, c’est positif vis-à-vis de l’investissement et l’implication du joueur envers sa franchise. Mais c’est dans la réalisation de la prophétie que Booker risque de se heurter à quelques obstacles. Mis à part lui, et à la rigueur T.J. Warren ou Dragan Bender qui se développe doucement, personne n’est indispensable à Phoenix ou n’a le niveau requis pour figurer dans une équipe dont les prétentions sont d’aller en Playoffs chaque année. Sans défense, sans fond de jeu et sans coach digne de ce nom, les Suns regarderont leurs collègues se foutre sur la tronche à la télé au printemps prochain et celui d’après encore. Pour quitter les profondeurs de la Conférence Ouest, les Suns doivent compter sur leur bonne étoile pour la Draft. Elle leur a souvent fait défaut mais les hommes de l’Arizona ont mis le paquet en terminant avec le pire bilan de la Ligue. Il faut récupérer du lourd et son nom est déjà connu. S’ils chopent le first pick, les Suns choisiront, normalement, DeAndre Ayton pour former avec Booker une paire arrière-pivot des plus explosives. Le tandem « Shaq et Kobe » 3.0 est la solution au problème de Booker mais tranquilo. Les deux gamins cumulent moins d’années que Vince Carter et un duo aussi jeune semble un peu tendre pour hisser une franchise dans les huit meilleures de l’Ouest.

Le talent de Booker est inestimable et le gamin s’impatiente. Il veut croquer les Playoffs en 2019 et les Suns vont devoir gérer la signature de son nouveau contrat qui devrait frôler le max et attirer des joueurs pour entourer le jeune pyromane. Booker a donc autant de chances de découvrir les Playoffs l’an prochain que JaVale McGee de devenir MVP.

Source texte : AZ Central

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top