Knicks

Officiel : Jeff Hornacek n’est plus le coach des Knicks, il y a un gros poste à prendre à New York

Steve Mills - Scott Perry - Jeff Hornacek

C’est Scott Perry, Steve Mills et Jeff Ho… ah non, Hornacek a été jeté par-dessus bord.

Source image : Youtube / SNY

C’était pressenti depuis plusieurs semaines, si ce n’est plusieurs mois. Jeff Hornacek a officiellement été démis de ses fonctions hier soir, par Scott Perry et Steve Mills, respectivement General Manager et président des Knicks. L’aventure à New York s’arrête après deux saisons pour Horny, qui n’aura pas réussi à relever la barre d’une franchise mal en point. Alors que le poste est vaquant, le nouveau coach pourrait être un nom bien connu de la Grande Ligue.

Hier soir, Jeff Hornacek et les Knicks ont clôturé leur saison par un succès à la Quicken Loans Arena, contre des Cavaliers qui n’ont pas réellement joué la rencontre. De quoi décrocher une 29ème victoire, pour 53 défaites subies. Le bilan n’est pas très éloquent, et est pire que celui de l’an dernier (31 wins – 51 revers). La franchise de NYC piétine depuis des années, et ça ne va pas en s’améliorant. Des fusibles doivent donc sauter au sein de l’équipe. Et comme souvent dans ce genre de situation, c’est au niveau du banc que des changements s’effectuent. D’autant plus que l’on parle d’une franchise mythique, qui a envie de retrouver son allant d’antan, et le plus rapidement possible. Ainsi, au terme de deux saisons moyennes sur le banc des orange and blue, Jeff Hornacek vient d’être remercié par le front office de l’organisation possédée par James Dolan. Il n’est d’ailleurs pas le seul à prendre la porte, puisque l’assistant coach, Kurt Rambis, est également débarqué. Alors qu’il restait un an de contrat aux deux hommes, cela n’a pas traîné. Comme on le pressentait, des décisions ont rapidement été effectuées, dès la saison régulière terminée. Attendre, pour quoi faire ? Ainsi, à peine le trajet retour en provenance de Cleveland effectué, Steve Mills et Scott Perry ont balancé Horny comme une vieille chaussette au fond d’une armoire. Ils se sont d’ailleurs prononcés par un communiqué commun sur l’éviction du coach et de son assistant, sur le compte Twitter des relations publiques de la franchise :

 « Jeff Hornacek démis de ses fonctions de coach.

New York, 12 avril 2018. Le président des Knicks Steve Mills, et le General Manager Scott Perry ont annoncé aujourd’hui que Jeff Hornacek était démis de ses fonctions de coach en chef.

Mills et Perry : ‘Jeff est un vrai professionnel qui a travaillé sans relâche pour cette organisation lors des deux dernières saisons. Nous apprécions sincèrement ses efforts et ses considérables contributions envers l’équipe et lui souhaitons de réussir dans ses futurs projets.’

De plus, l’assistant coach Kurt Rambis a lui aussi été relevé de ses fonctions.

Mills et Perry : ‘Kurt a joué un grand rôle chez les Knicks pendant les quatre dernières saisons, en tant qu’assistant coach et que coach en chef par intérim. Nous le remercions pour son dévouement à New York et lui souhaitons le meilleur pour la suite.’

Hornacek avait rejoint les Knicks en tant que 28ème coach en chef dans l’histoire de la franchise le 2 juin 2016, et a réalisé un bilan cumulé de 60 victoires pour 104 défaites (36,6% de succès) pendant deux saisons. »

Allez, dehors les boulets. On fait d’une pierre deux coups dans la Big Apple, en dégageant également Kurt Rambis, cette sangsue qui s’accrochait aux arbres tel un paresseux. C’en est donc fini de la période Jeff Hornacek à New York. Il n’a pas eu une tâche facile. Arrivé à l’été 2016, choisi par Phil Jackson, il lui avait été demandé d’incorporer le triangle à son système offensif. Cela n’avait pas fonctionné, les Knicks avaient terminé douzièmes à l’Est. L’été suivant, le Zen Master quittait le navire, Scott Perry débarque à la barre, et ne semblait pas pleinement satisfait avec le coach qu’il possédait. Ses missions étaient de progresser défensivement, de développer des jeunes… Le succès n’est pas au rendez-vous. 18ème meilleure défense de la Ligue, il n’y a pas vraiment de progrès, le bilan est même pire que celui de l’année précédente, malgré une onzième place sur la côte Atlantique. Le couperet est donc tombé sur la caboche de l’ancien coach des Suns, qui n’aura pas impressionné lors de son passage, tout comme ses prédécesseurs. La franchise du MSG n’a franchi un tour de Playoffs qu’à une seule reprise en 18 ans. Ça trépigne, ça bouge, mais ça n’avance pas du tout du côté de NYC. Depuis le départ de Jeff Van Gundy, on peine à trouver celui qui tiendra le gouvernail fermement, et emmènera les Knicks sur des eaux plus paisibles. La recherche d’un nouveau coach est d’ailleurs ce qui va agiter la franchise et ses alentours dans les jours qui suivent.

Ainsi, d’après Adrian Wojnarowski d’ESPN, plusieurs noms sont en tête de liste pour prendre la succession de Jeff Hornacek. Tout d’abord, celui qui fait le plus de bruit depuis des semaines, Mark Jackson. L’ancien coach des Warriors est pressenti du côté de la Grosse Pomme depuis un bon moment. Analyste depuis son départ de Golden State pour ESPN et ABC, il pourrait enfin retrouver un poste, et quel poste. Un bâtisseur tel que lui, dans un aussi gros marché, cela pourrait fonctionner. Ainsi, il semble tenir la corde, devant d’autres patronymes ronflants. David Fizdale est l’un d’entre eux. L’ancien entraîneur de Memphis, devenu célèbre pour son « Take that for data », était pressenti du côté de Phoenix en mars. Magic Johnson avait également fait part de son intérêt pour lui, plus tôt dans l’année. Ensuite, vient un autre David, Blatt. Limogé comme un malpropre par les Cavaliers en janvier 2016, il est depuis retombé sur ses pattes en Turquie, à Darussafaka. L’été dernier, il avait annoncé vouloir revenir en NBA, il représente donc une alternative possible pour les Knicks. Le nom de Jerry Stackhouse est également évoqué dans les discussions. L’ancien joueur de Detroit est en poste depuis 2016 avec les Raptors 905, la franchise de G League affiliée à celle de Toronto. Champion en 2017, et finaliste cette année, il pourrait accéder à un poste de head coach dans la Grande Ligue dès cet été. Enfin, il y a Doc Rivers. Il faudra observer du côté des Clippers, afin de voir si Glenn reste en Californie. Sinon, il fait partie des candidats très sérieux que New York aimerait bien rencontrer. Peu importe qui décrochera la timbale, la tâche qui attend l’heureux élu sera complexe, avec un roster faible, l’absence de Porzingis à la rentrée, et un objectif : la free agency 2019.

Manquerait plus qu’ils rappellent Derek Fisher, et on pourrait se marrer encore plus. En tout cas, c’est l’heure de dire au revoir à Jeff Hornacek, qu’on regrettera du côté des Knicks (peut-être pas Kurt Rambis). Horny n’a pas su relever le défi, qui était trop costaud pour lui, sans doute comme pour n’importe qui. De fait, la chasse est ouverte : qui veut être le capitaine du bateau ivre que représente la franchise de New York, et passer une année galère à se faire fusiller ? Faites vos jeux, rien ne va plus.

Sources texte : Twitter/NY_KnicksPR, ESPN

1 Comment

1 Comment

  1. fp

    13 avril 2018 à 0 h 50 min at 0 h 50 min

    Dolan ne prendra jamais Mark Jackson. Fitzdale et Jay wright tiennent la corde.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top