Wizards

Les Wizards sont en galère : l’abcès a été crevé lors d’une séance vidéo qui a choqué l’ensemble du roster

Wizards

Il est urgent de retrouver une osmose chez les Wizards.

Source image : NBA League Pass

Sous les cieux de Washington, l’ambiance est bien grise ces derniers temps. Les résultats sont en berne, et risquent d’offrir aux Wizards une match-up bien compliquée lors du premier tour des Playoffs, lors duquel ils risquent de se faire sortir s’ils continuent dans cette voie. Scott Brooks a donc tiré la sonnette d’alarme, et a réuni ce dimanche ses joueurs lors d’une séance vidéo qui pourrait s’avérer salvatrice.

La Maison-Blanche est en péril ! Non, rassurez-vous Donald Trump n’a pas encore fait des siennes. C’est du côté des Wizards que le bât blesse. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, tout se passait pour le mieux pour eux. Après un timide début de saison (12 victoires pour 11 défaites début décembre), D.C. était enfin entré dans sa saison, et a réalisé deux bons mois lors du passage entre 2017 et 2018. De quoi positionner la franchise autour du Top 5 à l’Est, en embuscade. On aurait pu penser que la blessure de John Wall, à la fin du mois de janvier, allait mettre son équipe en difficulté. Pour autant, Bradley Beal a step-up, bien secondé par un Tomas Satoransky fraîchement promu dans le cinq majeur, assez impressionnant sur le mois de février : 11,8 points, 3,5 rebonds et 5,8 assists de moyenne par rencontre. Si le Tchèque a très légèrement baissé de pied depuis, c’est le roster entier qui a commencé tout doucement à vaciller, à plier, et à perdre beaucoup de rencontres. Depuis le 1er mars, les Sorciers sont en négatif (14 succès pour 16 revers), et ça va de mal en pis, puisqu’ils restent sur quatre défaites d’affilée, dont deux très peu glorieuses à Chicago, et contre les derniers de l’Est, Atlanta. Le retour de Jean Mur, le 31 mars, n’a pas ramené la bonne dynamique dans la capitale. Peu à peu, Washington a dégringolé au classement, jusqu’à se retrouver huitième après la défaite concédée face aux Hawks. Avec un bilan de 42 victoires pour 38 déconvenues, les Wiz ne doivent leur salut qu’à une relative faiblesse de leur Conférence. Ils sont assurés d’aller en Playoffs, certes, mais s’ils y arrivent avec cette dynamique, ils risquent de se faire sortir ou même sweeper presto, et ce par n’importe quelle équipe du podium de la côte Atlantique. L’heure est donc au réveil, plus qu’urgent à quatre jours du début de la postseason. Après Bradley Beal, Scott Brooks a donc manifesté son mécontentement, et son ras-le-bol suite à l’humiliante défaite 103 à 97 subie à la Capital One Arena vendredi contre une franchise dont le meilleur joueur est, no disrispect, Taurean Prince. Trop, c’est trop, il s’est exprimé en conférence d’après-match :

« Si vous ne faites pas de passes à vos coéquipiers, vous ne pouvez pas avoir de bons shoots. Des joueurs de un-contre-un, il y en a peu dans la Ligue, et nous n’en avons pas un dans l’équipe. […] Le basketball égoïste, ce n’est pas fun à coacher, ni à jouer, ni à regarder. Et nous sommes une équipe qui joue un basket égoïste en ce moment. […] C’est embarrassant que nous ne jouions pas avec la passion avec laquelle nous sommes censés jouer. »

C’est une réaction à chaud, où tous les propos ne sont pas forcément mesurés. Mais comme des déclarations ne vont rien résoudre, Scott Brooks a convoqué ses joueurs à une séance vidéo, ce dimanche, le deuxième des trois jours de break dont ils bénéficiaient. Au lieu de s’entraîner, les joueurs ont passé l’après-midi en salle de visionnage, dans un silence de cathédrale. C’était un passage obligé, afin de voir si le coach et son roster étaient sur la même longueur d’onde :

« Nous aurions dû nous focaliser sur l’équipe, et j’ai fais ces commentaires après le match parce que c’est ainsi que je me sentais. [Ce que nous avons vu, ndlr], ce n’est pas l’équipe que nous sommes, et ce n’est pas l’équipe que nous devons être pour aller de l’avant. Donc je voulais m’assurer que tout le monde ait vu ce que je ressentais, et je pense que les joueurs vont réagir. »

La séance vidéo incluait des passages de matchs de cette année, montrant l’égoïsme, le manque d’entraide, l’individualisme parfois, qui régnait lors des dernières semaines chez les Wizards. Le plus marquant, c’est quand des extraits de match de Playoffs de l’an dernier étaient diffusés à la suite de ces séquences. Les joueurs de Washington étaient comme des chiens contre Boston. Mais au-delà d’être des chiens, c’était surtout une meute. L’ensemble du roster a observé dans le silence, personne n’a parlé, discuté, ou débattu comme c’est la coutume dans ce genre d’exercice. Interloqués, les joueurs semblent avoir eu une prise de conscience, à l’image de Bradley Beal et Marcin Gortat :

« C’était comme lorsqu’un professeur s’énerve, et tu fais le choix de lever la main ou non. Je pense que là [la séance vidéo], c’est une de ces fois où il vaut mieux garder la main sous votre bureau. […] L’équipe que l’on a vu sur les séquences vidéo, ce n’était pas nous. […] En regardant ce qu’on a fait tout au long de l’année, et lors des derniers matchs, on a pu voir notre comportement, notre approche, et voir deux équipes différentes. Ils nous ont montré des extraits de nous l’an dernier en Playoffs. Juste notre intensité, notre concentration, notre grit and grind, notre attention au moindre détail, à n’importe quoi, c’était beaucoup mieux. Donc c’est comme ça que nous avons besoin d’être. » – Bradley Beal

« C’était très silencieux. Nous regardions, écoutions, et c’était une bonne session. Très bonne session. […] Je suis totalement d’accord [avec le fait qu’ils soient égoïstes]. L’observation vient du coach, et nous, en tant que joueurs, nous avons remarqué ça pendant les matchs. On le ressent parfois. Il faut que ça change. Ça doit changer le plus vite possible. Cela ne vient pas que d’un gars. Cela vient de beaucoup de personnes. Vous ne pouvez pas gagner des matchs de basket si vous pensez juste à vous-même. » – Marcin Gortat

Le Marteau Polonais décrit même des situations précises :

« Par exemple, si je défends DeMarcus Cousins ou Karl-Anthony Towns, s’ils me battent dans la peinture, ou s’ils ont une meilleure position que moi, à ce moment j’ai besoin d’un guard pour m’aider et d’un grand pour le gêner avec des mains et des corps sous le panier, pour m’aider à l’arrêter. Et c’est pareil pour des gars comme Russell Westbrook ou LeBron James, je dois aider mes coéquipiers à arrêter ces gars, et les martyriser dans la peinture. […] C’est un sport d’équipe, et de défense collective. Et si on ne fait pas ça, on ne va pas gagner. On peut oublier nos objectifs en Playoffs si nous ne commençons pas à faire ça. »

Le message semble être bien passé auprès des cadres des Wizards : il est plus que temps de se reprendre, sinon c’est la rouste qui les attend dans moins d’une semaine. Après cette longue séance, certains sont allés shooter, avec la musique à fond dans la salle, pour briser ce silence. Ce lundi, D.C. s’est s’entraîné, et des changements étaient sans doute déjà perceptibles dans l’état d’esprit du groupe. Mais le vrai test, sera de passer au révélateur Celtics, ce soir. Il faudra s’imposer contre une équipe qui a beaucoup de blessés, qui a donc un niveau à peu près équivalent à Washington actuellement. Mais Boston a du cœur, ses joueurs savent s’entraider, malgré toutes les absences. Les hommes de Scott Brooks devront adopter le même type de comportement, pour essayer de reprendre un tant soit peu de confiance avant les Playoffs. Il leur faut aller de l’avant, et cela passe par deux belles victoires en deux jours contre Beantown et Orlando. Il est temps de se prendre en main, de réaliser le potentiel que l’effectif possède. L’équipe n’a que très peu changé depuis l’an dernier. Le niveau, ils peuvent donc l’avoir, à condition de jouer ensemble, et de trouver cette énergie commune qui les nourrissait à la même période l’an dernier. Les Sorciers peuvent encore terminer sixièmes, septièmes ou huitièmes, selon les résultats de Milwaukee et Miami. Il est nécessaire de se sortir les doigts, de remonter la pente pour essayer d’avoir une match-up plus favorable que Toronto, incarnée par des Celtics diminués (ce que ne souhaiteraient pas les jumeaux Morris) ou des Sixers inexpérimentés.

Messieurs les Wizards, les deux prochains jours sont sans doute les plus importants de votre saison. Soit l’entente revient comme par miracle, et les hommes de la capitale vont en embêter plus d’un lors de la postseason, soit le mal est trop profond et seuls quelques éclairs individuels pourront empêcher Washington de se faire sweeper éliminer au premier tour des Playoffs. Scott Brooks a fait le taf en s’exprimant, en créant une prise de conscience chez ses joueurs par la séance vidéo. C’est maintenant à ces derniers de réagir rapidement, ou jamais.

Sources texte : washingtonpost.com, bulletsforever.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top