Pelicans

Pas de panique chez les Pelicans : victoire à Golden State, un premier sourcil en Playoffs

Pelicans
Source image : NBA League Pass

En déplacement à Golden State cette nuit, les Pelicans ont gardé leur niveau de concentration le plus haut possible et ont réussi à quitter l’Oracle en vainqueurs : un premier sourcil en Playoffs, maintenant faut finir.

Jamais facile de l’emporter chez les Warriors. Même avec de nombreux absents, même avec des joueurs en feu, entre le public local qui rugit, le coaching toujours précis de Steve Kerr et la pression de devoir faire un gros résultat chez le champion en titre, tout le monde ne se balade pas dans Oakland en sifflotant. Et il aura fallu justement que New Orleans propose une partition complète afin d’ajouter une victoire précieuse à leur compteur. Comme de nombreux observateurs avaient pu le voir avant le début de cette soirée NBA, les équipes en piste étaient dans des rencontres assez musclées, et n’importe quelle défaite pouvait vous faire chuter. Thunder, gagnant. Spurs, gagnants. Nuggets, gagnants. Pelicans ? Gagnants. D’autres observateurs avaient aussi un élément précis en tête, et qui était lié directement à la dynamique de l’équipe locale. Tabassés par les Pacers, grondés sévèrement par Kerr, les Dubs devaient se reprendre à domicile. Surtout que, mine de rien, on allait assister au dernier match de GS à domicile avant le premier tour des Playoffs. Il fallait donc finir sur un point d’exclamation, une note prometteuse. Malheureusement, si Kevin Durant donna tout sur le terrain avec Draymond Green, la défense poreuse des Warriors et de cruciales balles perdues finirent par déprimer les fans présents dans la salle. Symbole de cette maladresse, la grosse défense de Rondo sur KD, qui provoque une énième balle perdue quand les hôtes ont la possibilité d’égaliser.

Et c’est cet effort venant du meneur vétéran, côté Pelicans, qui a aussi servi de symbole. Depuis quelques jours, on regardait la troupe d’Alvin Gentry avec un oeil plissé, se demandant si l’équipe qui allait finir à la place du con ne serait finalement pas celle du Bayou. Et bien non, apparemment, Anthony Davis et sa bande n’ont pas prévu de se faire rattraper au buzzer. Cette victoire à Golden State, c’était la plus importante dans ce dernier virage de la régulière, y’a pas à débattre. Car même si les deux prochaines rencontres seront musclées (chez les Clippers puis face aux Spurs), New Orleans possède son destin entre ses mains, maintenant que ce succès en terre californienne a été acté. Un succès et l’affaire sera dans le sac, reste à voir quelle équipe acceptera de se faire plomber par Nikola Mirotic derrière l’arc. En fait, toute l’interrogation autour de NOLA vient de basculer de la simple participation aux Playoffs à la gueule de l’adversaire que tu veux jouer au 1er tour. Car mine de rien, si cette équipe est talentueuse, elle se repose surtout sur des efforts monumentaux de ses cadres, pour palier des absences. Jouer les Rockets ou les Warriors sur toute une série, il en est hors de question. Mais les Blazers contre qui tu as tenu tête toute la régulière, ou les Spurs déjà écartés deux fois, pourquoi pas ? Utah, plus profond et collectif bien que moins talentueux, a dominé ses matchups face aux Pels cette année. Mauvais délire en perspective.

Deux matchs sont encore au programme des copains de la Louisiane. Mais déjà, un premier sourire peut être esquissé sur le visage des fans. En perdant DeMarcus Cousins fin-janvier, nombreux sont ceux qui décalaient NOLA en vacances à partir de la mi-avril. Aujourd’hui, Anthony Davis et ses potes ont de quoi bomber le torse, la victoire d’hier soir en est un bel exemple.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top