Grizzlies

MarShon Brooks signe un contrat de deux ans chez les Grizzlies : c’est la belle histoire du jour

MarShon Brooks, Memphis Grizzlies

MarShon Brooks > Dillon Brooks

Source Image : YouTube

MarShon Brooks, le joueur de 29 ans dégoté par les Grizzlies il y a une semaine, vient de parapher un contrat de deux ans à Memphis. Une renaissance pour celui qui était dans la All-Rookie Second Team en 2012, et qui a été trimbalé un peu partout depuis.

De retour dans la Grande Ligue après quatre ans d’absence, MarShon Brooks brille dans le Tennessee. Après un premier match incroyable, il a confirmé et affiche une moyenne de 23,3 points, 3,7 assists, 2 rebonds, 1,7 interception, à 57,1% au tir, dont 64,7% du parking que l’on n’avait pas forcément vu venir. Certes, il n’a joué que trois matchs, mais c’est le premier joueur de la franchise a avoir marqué plus de 70 points lors de ses trois premiers matchs. Vous avez bien lu, en seulement trois petits matchs, MarShon Brooks est rentré dans l’histoire des Grizzlies. Bien sûr, c’est une franchise récente, mais tout de même, si quelqu’un vous avait dit il y a une semaine que l’arrière inscrirait son nom dans l’histoire, vous lui auriez sans doute répondu de se calmer sur la plante verte et vous auriez eu raison. Pourtant, le toujours très bien informé Shams Charania de Yahoo Sports a annoncé la bonne nouvelle avec la proposition d’un contrat de deux ans garanti en 2018-19 immédiatement accepté par Brooks.

Drafté en 2011 en vingt-cinquième position par les Boston Celtics, il est tradé dans la foulée aux New Jersey Nets. Il s’éclate dans cette franchise qui traîne dans les bas-fonds du classement (Nets un jour, Nets toujours), et fait donc partie des meilleurs rookies de la Ligue avec 12,6 points, 3,6 rebonds et 2,3 passes de moyenne. Malheureusement, lors de la saison 2012-13, son temps de jeu est considérablement réduit avec l’arrivée à Brooklyn (la franchise ayant déménagée entre temps) de Joe Johnson. Lors de l’intersaison 2013, il est impliqué dans le blockbuster trade envoyant Paul Pierce et Kevin Garnett dans le borough new-yorkais contre, entre autre, les picks de draft qui ont enterré les Nets ces dernières saisons. Il ne s’impose pas à Boston, où Avery Bradley domine son poste, et passe la plupart de son temps aux Maine Red Claws, l’équipe de G League affiliée aux C’s. En janvier 2014, il est finalement envoyé aux Warriors, qui l’échangeront le mois suivant avec Kent Bazemore aux Lakers. Là-bas il reprend un peu confiance en lui, en marquant tranquillement 6,4 points par match. Mais, son contrat rookie expirant, les Lakers n’ont pas souhaité le resigner. En échec aux Etats-Unis, MarShon plie bagage pour l’étranger, et signe à l’Emporio Armani Milano (paye ton naming) puis aux Jiangsu Dragons en 2015. 36,6 points, 5,7 assists et 7,2 rebonds plus tard, il est appelé par les Grizzlies pour venir tanker pendant dix jours, une offre qui ne se refuse pas, et qu’il n’a pas refusé, bien lui en a pris…

Autour du business omniprésent où les joueurs ne décident pas de leur avenir, certaines histoires rendent la NBA un peu plus humaine. On se rappelle tous de Jonathon Simmons, qui a signé aux Spurs en 2015 grâce à une détection à 150€. Eh bien MarShon Brooks, c’est la nouvelle belle histoire de la Ligue. Après avoir galéré pendant des années, on ne peut que lui souhaiter un bel avenir du côté de Memphis, enfin, à partir de la saison prochaine.

Source texte : Yahoo Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top